Le Bund allemand dans le rouge pour la première fois depuis 2016

©Bloomberg

Le rendement du Bund à 10 ans est brièvement tombé en territoire négatif après les résultats pires qu'attendu des enquêtes sur l'activité dans le secteur industriel allemand. Celles-ci présagent d'un ralentissement marqué de la première économie européenne.

Jamais depuis octobre 2016, le rendement de l'emprunt d'Etat à dix ans en Allemagne n'avait fait une incursion en terrain négatif. C'est désormais chose faite. Le Bund allemand, référence pour l'ensemble de la zone euro, s'est replié après les estimations flash de l'activité industrielle chez nos voisins allemands. Le rendement à dix ans a touché un plus bas à -0,013% vers 12h50.

La monnaie européenne a piqué du nez face au dollar  .  

Ce qui inquiète les investisseurs 

L'indice PMI pour le secteur manufacturier allemand, qui mesure la croissance de l'activité, s'est inscrit à 44,7 en mars, tandis que les analystes tablaient sur 48. 44,7, un niveau jamais atteint depuis l'été 2012. Lorsque l'indice est inférieur à 50, cela signifie que l'activité diminue. Ce chiffre "peint un tableau très inquiétant pour le secteur et pour sa capacité à se remettre de la crise dans laquelle il se trouve", explique Craig Erlam, analyste pour Oanda qui cite le ralentissement des ventes de voitures, le Brexit, le conflit commercial sino-américain et les craintes sur la croissance économique mondiale comme motifs d'inquiétude.

La croissance dans les services a également ralenti en Allemagne avec un sous-indice de 54,9 contre 55,3 en février. Mais, "tant qu'il y a de la croissance dans les services on peut éviter une récession", assure l'économiste de Markit Chris Williamson, qui se demande toutefois combien de temps les services pourront jouer ce rôle. "Si on examine la tendance de l'emploi et des commandes nouvelles, on a un risque baissier pour les perspectives; elle pourrait saper encore la confiance des entreprises et provoquer une nouvelle contraction des dépenses des entreprises et des ménages, augmentant ainsi le risque d'une récession". 

L'Allemagne, dont la consommation des ménages est devenu le nouveau moteur de la croissance, a évité de peu une récession au quatrième trimestre 2018, avec une stagnation de la croissance faisant suite à une contraction le trimestre précédent.

Quid des taux belges?

Le taux belge à long terme est, lui, à son plus bas niveau depuis plus de deux ans. Pourquoi? Les causes du phénomène sont à chercher du côté d'un ralentissement de l'économie. Le taux belge subit un sort semblable au Bund allemand, descendant sous 0,45%, soit son plus bas niveau depuis novembre 2016.

La baisse constatée depuis la fin de l'année passée s'est accélérée en mars, souligne Mathias Van der Jeugt, chef du Market Research chez KBC. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n