analyse

Le début de la fin pour le bitcoin?

©REUTERS

Le bitcoin est tombé ce mardi matin en dessous de 6.000 dollars. La monnaie électronique n'avait plus évolué sous ce seuil symbolique depuis la fin du mois de juin.

Où s'arrêtera la chute du bitcoin ? La devise électronique est tombée à moins de 6.000 dollars ce mardi, pour la première fois depuis le 29 juin. La cryptomonnaie a perdu plus de deux tiers de sa valeur en huit mois. Cette tendance négative pourrait bien continuer, selon l'économiste Frank Vranken (Puilaetco Dewaay).

Entre 3h30 et 4h du matin, le bitcoin est soudainement passé de 6.200 dollars à 5.887,07 dollars, son plus bas niveau depuis la fin du mois de juin.

Les investisseurs qui utilisent la monnaie virtuelle sont nerveux depuis quelques jours, parce que la SEC (Securities and exchange commission), l'autorité de surveillance des marchés des Etats-Unis, examine des demandes de mise sur le marché de fonds d'investissement (ETF: exchange traded funds, soit des fonds qui répliquent la performance d'un actif sous-jacent) indexés sur le bitcoin.

Le cours du bitcoin avait atteint un record absolu à près de 20.000 dollars à la mi-décembre 2017. Depuis lors, c'est la dégringolade.

Pire que la livre turque

Une tendance négative qui pourrait bien continuer après le passage, ce mardi, sous le plancher symbolique des 6.000 dollars.

"Face à l'euro, le bitcoin a perdu environ 55% depuis le début de l'année", souligne Frank Vranken, chef stratégiste chez Puilaetco Dewaay, dans une note publiée ce mardi matin. "C'est davantage que la livre turque qui a perdu 40%" dans le même laps de temps.

"Le plongeon du bitcoin face au dollar observé cette nuit pourrait être décisif pour le proche avenir", ajoute-t-il. "Parce que nous le voyons passer sous le seuil de 6.000 dollars pour la troisième fois depuis février. À tout le moins, nous assistons à un sérieux test de ce niveau. La faiblesse est toutefois aussi évidente à voir pour les analystes techniques, car nous avons des planchers plus bas et des sommets moins élevés."

D'autres devises électroniques, comme l'Ether , sont encore plus mal en point. Entre autres causes, les investisseurs qui avaient placé de l'argent dans des levées de capitaux en monnaie virtuelle, appelées ICOs (Initial coin offerings), ont tendance à vouloir récupérer leurs billes à la vue de la vitesse à laquelle les entreprises qui ont levé ces fonds dilapident leurs liquidités.

Dernière baisse ou échec total?

Autre cause des maux des devises virtuelles: la presse a rapporté des pratiques douteuses sur ces marchés. Des investisseurs auraient soutenu artificiellement les cours pour susciter l'enthousiasme d'un large public afin d'ensuite retirer leur mise en encaissant une grosse plus-value.

Alors que la technologie de la blockchain est partie pour durer, les devises sous-jacentes pourraient être vouées à l'échec. Les prochains jours et semaines seront décisifs.
Frank Vranken
Chef stratégiste de Puilaetco Dewaay

En outre, des pays ont restreint ou interdit l'investissement en bitcoin. C'est par exemple le cas de l'Arabie saoudite. Des investisseurs ont aussi lâché la monnaie virtuelle parce qu'il devenait de plus en plus compliqué de créer de nouveaux bitcoins. La devise électronique a aussi été utilisée comme un moyen de faire sortir de l'argent de certains pays, comme la Chine.

"Le résultat est que c'est l'heure de vérité pour le bitcoin et les autres cryptomonnaies", affirme Frank Vranken. "Alors que la technologie de la blockchain (chaîne de blocs, NDLR, une technologie utilisée par le bitcoin, qui permet de vérifier à tout moment l'intégrité de l'ensemble du marché) est partie pour durer, les devises sous-jacentes pourraient être vouées à l'échec. Les prochains jours et semaines seront décisifs, les courtiers devant décider dans quelle direction orienter leurs prix. Une dernière baisse ou un échec complet..."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content