Les taux obligataires à 5 ans à nouveau positifs

©BELGAIMAGE

Certains gestionnaires obligataires estiment que la tendance de fond est bel et bien en train de s’inverser sur les marchés des taux.

La cadence haussière des taux tend à s’accélérer ces derniers jours. Les rendements des dettes émises par les pays les plus solides de la zone euro retrouvent leur plus haut niveau depuis la fin 2016. Le taux de l’obligation belge (OLO) à 10 ans, qui évoluait encore sous le seuil de 0,5% à la mi-décembre 2017, se situe en ce moment à 0,95%. Celui du Bund allemand à 0,70%.

Vers la fin des taux négatifs

Les taux à plus court terme n’ont pas été en reste. Ils ont adopté une trajectoire identique. Les signes de plus en plus nets de sortie progressive de la BCE de sa politique d’assouplissement quantitatif (QE), la vigueur de la reprise économique et la remontée des anticipations d’inflation, dissuadent de plus en plus d’investisseurs d’accepter des rendements négatifs. Du coup, pour la 1ère fois depuis novembre 2015, le rendement du Bund allemand à 5 ans est repassé lundi tout juste au-dessus de 0%. Celui de l’OLO à 5 ans, qui évolue en territoire positif depuis vendredi, est à 0,029%.

Mais en accélérant la hausse des rendements, les marchés ne feraient-ils pas preuve d’un excès d’optimisme? Surtout en regard des chiffres de l’inflation annoncés en Allemagne. Ceux-ci font ressortir un ralentissement de la hausse des prix dans ce pays pour le 2e mois d’affilée. Le rendement du Bund à 5 ans est du coup revenu en territoire négatif, à -0,024%. On voit mal, au cas où l’inflation devait tarder à se raffermir davantage, comment la BCE, qui vise un objectif de 2% pour l’inflation, pourrait mettre fin à son QE. Pas plus tard que lundi, Peter Praet, son chef économiste, rappelait que la fin de ce QE n’aura lieu que quand l’inflation pointera son nez.

Il reste, estiment certains gestionnaires obligataires, que la tendance de fond est bel et bien en train de s’inverser sur les marchés des taux. Cité par Reuters, Mark Dowding, de chez BlueBay A.M. (Londres), fait remarquer que les contrats à terme sur obligations intègrent déjà un retour des rendements à court terme allemands à près de 0,2% dans 2 ans. Ce qui revient à anticiper que plus aucune obligation d’Etat européenne n’affichera alors un rendement négatif. Selon des données de Tradeweb, environ 42% des 7.000 milliards d’euros d’obligations souveraines de la zone euro échangées sur ses plateformes, affichent encore des rendements inférieurs à 0%. Cette proportion était encore de 52% en juillet.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content