Les techs poussent le Nasdaq toujours plus haut

©Photo News

Le Nasdaq a touché un nouveau record, à plus de 7000 points. Il a bénéficié de la remontée des titres phares du secteur technologique comme Amazon, Alphabet et Facebook. Le segment des semiconducteurs a également joué un rôle dans la belle performance de l’indice en 2017 et cette année. Des titres comme AMD ont bénéficié ce mercredi des déboires d’Intel après la révélation de failles de conception dans les puces informatiques. Les valorisations élevées du secteur technologique ne préoccupent pas les investisseurs.

Le Nasdaq vole de record en record en ce début d’année. L’indice a franchi le seuil de 7000 points lors de la première séance de 2018, et ce mercredi, il continue de progresser. Les valeurs technologiques ont envoyé l’indice au-delà de ce cap pour la première fois. Les grands noms du secteur, comme Facebook, Amazon, Alphabet et Twitter ont progressé de plus de 1% mardi. "Après le vote de la réforme fiscale de Donald Trump, ce secteur avait été délaissé au profit des banques et de l’industrie", observe Quincy Krosby, gestionnaire de fonds chez Prudential. "Traditionnellement, le début du mois de janvier voit de l’argent frais affluer sur le marché. Cette fois-ci il a bénéficié au secteur technologique", a-t-elle ajouté.

©MEDIAFIN

Les fabricants de semiconducteurs, comme AMD, Micron Technology, Nvidia, et Broadcom, ont également contribué à pousser l’indice au plus haut. En 2017, le segment avait progressé de 38,2% contre 28,2% pour le Nasdaq. Les actions de ces sociétés ont profité d’un rapport de l’association de l’industrie des semiconducteurs (SI A), qui a indiqué qu’en novembre, les ventes de puces informatiques ont grimpé de 21,5% à 37,7 milliards. Les ventes ont augmenté de 40,2% à 8,77 milliards aux Etats-Unis, mais le marché le plus important est devenu la Chine, qui pèse 11,9 milliards des ventes, et a connu une hausse de 18,5% par rapport au mois de novembre 2016. "L’industrie mondiale a dépassé un cap symbolique, avec un mois record pour les ventes. Pour l’année, elles pourraient atteindre 400 milliards pour la première fois", a déclaré le président de la SIA dans un communiqué. La forte demande s’explique notamment par les besoins des sociétés technologiques chinoises qui veulent développer leur propre centre de données.

"Les fabricants de semiconducteurs vont continuer à mener la charge cette année" pour le Nasdaq, prédit Brian Battle, directeur du trading chez Performance Trust Capital Partners.

Par ailleurs, AMD et Nvidia ont profité de l’envolée des cours des cryptomonnaies, car les puces informatiques fabriquées par ces sociétés sont utilisées pour le minage des bitcoins. AMD a en outre profité ce mercredi d’une faille de conception découverte dans les puces informatiques fabriquées par Intel, qui les rendent vulnérables au piratage.

400 milliards
Les ventes de puces informatiques pourraient atteindre un record en 2017 à cause de la forte demande chinoise et américaine.

Des valorisations toujours acceptées La dernière semaine de l’année passée avait vu le Nasdaq reculer, notamment à cause des ennuis d’Apple, qui avaient pesé sur les cours. "Les investisseurs ont craint que les valeurs ne reculent après leur progression très élevée durant l’année", note Tom Cahill, de Ventura Wealth Management. "Les performances observées l’année passée étaient fantastiques, mais il est difficile d’imaginer que celles-ci puissent être répliquées en 2018. Toutefois, la croissance s’est avérée solide, et nous venons d’observer un changement fiscal. Ces thèmes pourraient encore jouer cette année", estime Brian Battle. "Les valorisations sont très élevées, mais on peut argumenter que le secteur technologique dispose encore de potentiel à cause de l’influence de la technologie dans l’économie actuelle", ajoute-t-il.

Amazon affiche actuellement une valorisation de 280,68 fois ses bénéfices attendus pour 2017, et Facebook de 31,13. Ces valorisations sont élevées, mais l’enthousiasme des investisseurs ne faiblit pas en cette période de taux d’intérêt très faible. Alphabet, Microsoft, Apple, Facebook et Amazon ont collectivement contribué à deux tiers de la performance du Nasdaq à 7000 points, selon l’institut de recherche Biryini Associates. Il faut remonter à la bulle internet avant 2000 pour connaître une progression encore plus rapide de l’indice, et des valorisations très élevées. Mais les analystes ne voient plus de bulle désormais sur le Nasdaq.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content