"Nous aurons une nouvelle crise de l'euro et une crise bancaire en 2020"

©Marco Mertens

Un "deal cosmétique" entre les Etats-Unis et la Chine pourrait permettre aux Bourses de terminer l’année en beauté, mais en 2020, nous devons nous attendre à une nouvelle crise bancaire et de l’euro en Europe. C’est du moins l’avis du spécialiste des marchés, le Suisse Felix Zulauf.

Ce mardi, le Suisse Felix Zulauf, spécialiste des marchés, était invité comme orateur au deuxième "Fund Insiders Forum" de L’Echo et du Tijd, organisé à l’Hôtel de la Poste, sur le site de Tour & Taxis à Bruxelles.

En plus d’être le fondateur de Zulauf Asset Management, dont il est président, Felix Zulauf est également connu pour ses analyses de marché très pointues. Il est également consultant auprès de plusieurs grands investisseurs et publie régulièrement ses propres réflexions sur les problèmes macroéconomiques. Il est également célèbre pour son franc-parler et, en "bon" Suisse, il se montre plutôt sceptique envers l’Union européenne et l’euro.

Zulauf dresse un portrait plutôt sombre de l’économie mondiale. L’intégration de la Chine au sein de l’économie mondiale au cours des 30 dernières années a provoqué une explosion du commerce international. Nous avons connu des périodes de ralentissement de la mondialisation, et avec la vague actuelle de protectionnisme, nous nous trouvons à la veille d’une nouvelle correction. Cette période pourrait durer entre 10 et 15 ans et jouer des tours aux entreprises ayant connu une forte croissance au cours des dix dernières années.

Perdants

Une des raisons majeures expliquant le retour du protectionnisme, c’est que la mondialisation ne produit pas que des gagnants, mais aussi des perdants. Dans les pays émergents – en particulier en Asie et en Chine –, la classe moyenne s’est beaucoup développée, tandis que dans les pays riches – en Europe et en Amérique du Nord – elle a plutôt régressé en termes relatifs. Son mécontentement a affaibli les partis politiques traditionnels et créé un terreau favorable pour le populisme. "La révolution contre l’establishment devrait s’aggraver", prévient Zulauf. "La résistance continuera jusqu’à ce que les citoyens obtiennent satisfaction."

"Les Chinois sont beaucoup plus malins que nous: ils ont une vision à long terme, ce qui nous manque cruellement."
Felix Zulauf

La Chine dispose aussi de quelques avantages qui manquent à l’Occident. "Les Chinois sont beaucoup plus malins que nous: ils ont une vision à long terme, ce qui nous manque cruellement. Et ils travaillent très dur parce qu’ils veulent y arriver." La forte croissance de la Chine, tant économique que politique, a fait vaciller le trône sur lequel les Etats-Unis étaient assis, et est en partie à l’origine de l’émergence du protectionnisme.

Zulauf s’attend à ce que cette tendance se poursuive au cours de la prochaine décennie et que le conflit perdure entre les Etats-Unis et la Chine. "La période de bonne entente fait désormais partie du passé." Il n’exclut pas qu’une guerre finisse par éclater, et que le cas échéant, les forces en puissance s’affrontent en mer de Chine méridionale.

Petits cadeaux

En Occident, Zulauf pense que le populisme dominera dans les prochaines années. "Presque tous les politiciens sont des populistes. Ils font des petits cadeaux à leurs électeurs. Ces petits cadeaux s’appellent la sécurité sociale." Une politique économique populiste va cependant de pair avec l’isolationnisme, le protectionnisme, les politiques de relance, la dévaluation et l’endettement croissant. Leur impact à long terme est catastrophique, met en garde le Suisse: baisse du niveau de vie, inflation et "disruption" financière. Pour lui, "les politiciens distribuent de l’argent pour gagner des voix, alors qu’ils devraient en gagner grâce à de bonnes idées."

Locomotive

Comment Zulauf voit-il notre avenir proche? Il s’attend à ce que l’économie américaine atteigne son point le plus bas au printemps 2020, pour ensuite rebondir. "Trump sera soulagé si l’économie redémarre car cela augmentera ses chances d’être réélu."

"Ne comptez pas sur la Chine pour reprendre rapidement son rôle de locomotive de l’économie mondiale."
Felix Zulauf

Sa vision d’avenir pour la Chine est très différente. Après des années de forte croissance, l’économie chinoise est en phase de consolidation, une période qui devrait durer de cinq à huit ans, estime-t-il. "Ne comptez pas sur la Chine pour reprendre rapidement son rôle de locomotive de l’économie mondiale", prévient Zulauf. Cette situation aura aussi des conséquences pour l’Europe, fortement tributaire de la croissance chinoise au cours des dix dernières années.

Zulauf se montre tout aussi inquiet envers la situation en Europe. Il estime que l’euro est "loin d’être une réussite et que la monnaie unique provoque de nombreux déséquilibres". Déséquilibres qui devront tôt ou tard être rectifiés. Il s’attend à ce qu’une nouvelle crise éclate en Europe l’an prochain: une crise de l’euro et peut-être aussi une crise bancaire.

2,5% par an

À quoi peuvent s’attendre les investisseurs dans ces circonstances? À pas grand-chose, estime Zulauf. Les rendements des obligations resteront faibles, vu qu’elles soutiennent l’ensemble du système monétaire.

"Vous devez être un ‘stock picker’ très doué ou un excellent ‘market timer’ pour obtenir plus que ces 2,5%."
Felix Zulauf

En 2011, on pensait que les marchés d’actions mondiaux augmenteraient en moyenne de 8% par an au cours des dix années suivantes. En 2019, ces attentes ont été fortement revues à la baisse, pour se situer à 2,5% par an. "Vous percevrez peut-être des dividendes. Ce n’est pas grand-chose, mais les obligations rapportent encore moins", ajoute-t-il. "Vous devez être un ‘stock picker’ très doué ou un excellent ‘market timer’ pour obtenir plus que ces 2,5%. Ou investir dans un fonds qui réussit à faire mieux."

Zulauf estime que l’or mérite également une place dans tous les portefeuilles. Il s’attend à une nouvelle phase de hausse du prix de l’or l’an prochain.

Les Bourses pourraient afficher de bons résultats à court terme, estime le Suisse. Il s’attend à ce que les Etats-Unis et la Chine concluent bientôt un accord commercial. Probablement un "deal cosmétique", qui permettra aux marchés de terminer l’année en beauté.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect