Potentiel supérieur à 30% pour bpost et AB InBev

©Photo News

Le potentiel moyen du Bel 20 pour les douze prochains mois reste stable autour de 11%. Six valeurs de l’indice bruxellois affichent un potentiel de hausse supérieure à 20%.

Depuis la mi-avril, les cours des membres de l’indice Bel 20 ont fluctué de manière significative, avec notamment un bond de 15% d’Umicore, de 7% d’Ackermans, et de 6% d’Engie. À l’inverse, bpost (-13%), Proximus (-10%) ou AB InBev (-7%) ont contrebalancé ces bonnes performances. Lors du mois écoulé, le Bel 20 a finalement limité sa progression à 0,1%.

©Mediafin

Dans le même temps, les résultats annuels n’ont plus entraîné de variations significatives des objectifs moyens, les variations mensuelles les plus importantes étant à mettre au crédit d’Umicore (+ 2,6%) à la hausse et de Telenet (-3,6%) à la baisse. En moyenne, ils ont reculé de 0,4%.

Le potentiel moyen des membres du Bel 20 est donc resté stable lors du mois écoulé, autour de 11,4%. La dispersion reste toujours aussi importante, avec six valeurs affichant un potentiel supérieur à 20% (AB InBev, bpost, Aperam, ING, Galapagos, Telenet), tandis que six autres sont en territoire négatif. Colruyt reste la valeur affichant la prime la plus importante par rapport à son objectif moyen.

AB InBev a vu de nombreux analystes (Investec, Kepler Cheuvreux, ABN Amro, Goldman Sachs, Exane BNP Paribas) descendre leur objectif suite à l’annonce des résultats trimestriels afin notamment d’intégrer l’évolution des taux de change. Merrill Lynch est de son côté passé à la vente sur le brasseur louvaniste, en se montrant pessimiste sur les perspectives de croissance à partir de l’année prochaine, ce qui pourrait remettre en cause la politique de hausse du dividende à moyen terme.

Bpost a continué de voir les analystes ajuster à la baisse leur objectif (notamment KBC Securities ou Morgan Stanley) ou leur recommandation (HSBC, passé à la vente) suite à l’annonce de perspectives décevantes pour l’exercice en cours. Le postier a donné un objectif pour le résultat opérationnel se situant dans le bas de la fourchette des attentes, tandis que la visibilité sur les résultats futurs fait aujourd’hui défaut. À moyen terme, l’action bpost risque de devenir de plus en plus dépendante des perspectives d’amélioration chez sa filiale américaine Radial.

ING a subi de nombreuses baisses d’objectifs (KBC Securities, Crédit Suisse, Morgan Stanley) suite à l’annonce de résultats trimestriels peu engageants, qui ont poussé certains analystes à remettre en question le modèle de croissance mis en place chez le banquier néerlandais. Le Crédit Suisse estime également que le marché est actuellement trop optimiste sur l’évolution des dividendes futurs.

Proximus a enregistré de nombreuses baisses sur le mois écoulé, notamment au niveau des objectifs de cours chez UBS, Degroof Petercam, S & P Capital ou Jefferies; tandis qu’Exane BNP Paribas a descendu son rating vers "sous-performance". Les analystes ont ajusté leurs attentes aux nouveaux objectifs fixés par la direction, tandis qu’ils s’attendent à un marché belge qui devrait rester particulièrement compétitif durant les prochains trimestres.

Telenet a subi de nombreux ajustements à la baisse de ses objectifs (notamment chez UBS, Degroof Petercam, Kempen, Morgan Stanley, Barclays ou Goldman Sachs) suite à l’annonce de chiffres trimestriels décevants et de l’annonce que le retour d’un dividende n’était pas encore à l’ordre du jour.

Engie a été relevé à l’achat chez Morgan Stanley, l’analyste estimant que la réorganisation des activités permettra une accélération de la croissance, qui ne se reflète pas encore dans le cours.

UCB a vu son objectif relevé chez UBS suite à l’annonce de l’acquisition d’une molécule à Proximagen, qui pourrait constituer un renfort intéressant au portefeuille du groupe dans l’épilepsie (Keppra, Vimpat).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content