Powell: "Les États-Unis sont probablement en récession"

Jerome Powell a jugé que la Fed n'est pas à court de munitions. ©Photo News

Le président de la Fed Jérôme Powell défend sa politique monétaire. Il constate que les États-Unis sont probablement en récession, mais pas une récession normale.

Jerome Powell a répondu aux questions de la présentatrice de l'émission matinale Today sur NBC sur sa politique monétaire. Il a tiré le constat que l'économie américaine serait bien en récession, "mais pas une récession normale". "Nous sommes dans une situation unique. Le retournement de l'économie n'est pas typique", a-t-il déclaré. "À un certain moment, le virus sera sous contrôle, et la confiance va revenir chez les gens et les entreprises. C'est pour cela que nous voulons soutenir un rebond aussi vigoureux que possible", a-t-il ajouté.

0
%
La Fed a abaissé ses taux d'intérêt près de 0% par deux fois au début de ce mois face à l'impact du coronavirus sur l'économie américaine.

La Fed a abaissé ses taux d'intérêt tout près de 0% et a déployé toute une série de mesures pour inonder le système avec de l'argent. "La seule limite que nous avons est le butoir du Trésor" américain, a précisé Jerome Powell.

"Nous allons chercher partout sur les marchés des capitaux, les endroits où le crédit est gelé, et nous avons les moyens, dans ces circonstances uniques, d'intervenir temporairement et de faire ces prêts."
Jerome Powell
Président de la Fed

"Nous allons chercher partout sur les marchés des capitaux, les endroits où le crédit est gelé, et nous avons les moyens, dans ces circonstances uniques, d'intervenir temporairement et de faire ces prêts", a-t-il dit. "Nous allons continuer à faire cela agressivement et avec détermination comme nous l'avons fait jusqu'à présent."

Flou sur la reprise

Jerome Powell s'est gardé de pronostiquer précisément un retour de la croissance, qu'il prévoit "durant la deuxième partie de l'année" et encore moins la vigueur de la reprise. "Le virus va déterminer le calendrier", a-t-il déclaré. "Notre économie tournait bien avant l'épidémie. Il n'y avait aucun problème. Mais les gens ont été contraints de réduire leurs activités", a-t-il souligné.  

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés