Une nervosité limitée sur le pétrole

©EPA

Les prix du pétrole ont gagné jusqu'à 2,62% ce vendredi en réaction au regain de tensions au Moyen-Orient. L'Iran a annoncé qu'un de ses tankers avait été touché par des frappes de missiles en mer Rouge.

Agitation sur le marché pétrolier. Les cours du brut ont quelque peu flambé ce vendredi matin, suite à une présumée attaque terroriste contre un tanker iranien en mer Rouge, à une centaine de kilomètres du port saoudien de Jeddah. Le Brent  , l'indice pétrolier de référence en Europe, a gagné jusqu'à 2,62% avant de réduire progressivement ses gains.

De nombreux analystes craignent aujourd'hui que l'explosion sur le tanker "ravive les craintes géopolitiques dans la région". "La possibilité que ces missiles aient été tirés depuis l'Arabie saoudite peut signifier une escalade dans la région après la période de calme qui a suivi les attaques du mois dernier," explique Craig Erlam, analyste chez Oanda.

C'est que les intervenants de marché ont encore de vives souvenirs de l'attaque par drone en Arabie saoudite le 16 septembre, qui avait provoqué un arrêt brutal d'environ la moitié de la production saoudienne (soit entre 5% et 6% de la production mondiale) et fait s'enflammer les prix du pétrole. Ce jour-là, le Brent avait bondi de 14,61%. Du jamais vu depuis la fin des années '90.

Photo du Sabiti, le tanker iranien qui a été touché par deux frappes de missile ce vendredi ©AFP

Un impact faible, à moins que...

Mais l'attaque de ce vendredi a eu un effet d'une moindre ampleur, la production iranienne étant bien inférieure à celle de l'Arabie saoudite. Ce qui explique la réaction modérée des cours du pétrole. "L'impact est limité, à moins que vous ne pensiez que l'Iran exercera des représailles dans le détroit d'Ormuz ... Ce sera plus favorable sur le marché du fret. Il pourrait potentiellement augmenter les primes d'assurance (sur les pétroliers)", estime Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

Le WTI et le Brent "étaient déjà en hausse [ce vendredi] en raison des espoirs sur le commerce sino-américain, et l'attaque sur le tanker n'a fait qu'alimenter ce mouvement"
David Madden
analyste chez CMC Markets

Le WTI, l'indice de référence aux États-Unis, et le Brent "étaient déjà en hausse [ce vendredi] en raison des espoirs sur le commerce sino-américain, et l'attaque sur le tanker n'a fait qu'alimenter ce mouvement", précise également auprès de l'AFP David Madden, analyste chez CMC Markets. La perspective d'un accord - ou du moins la fin des tensions commerciales - incite les observateurs à penser que la faiblesse de la demande ne pourrait être que temporaire.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a indiqué dans un rapport publié ce vendredi matin tabler sur une croissance de la demande pétrolière à 1 million de barils par jour (mbj) cette année et à 1,2 mbj en 2020. Et de pointer que les cours du pétrole sont retombés ces derniers jours sous leur niveau d'avant l'attaque en Arabie saoudite.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect