1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street termine en baisse malgré le rebond des techs

Après avoir subi des prises de bénéfice ces derniers jours, les valeurs des entreprises technologiques retrouvent les faveurs des investisseurs à New York. En Europe, la reprise est plus limitée.
  • Wall Street termine en baisse malgré le rebond des techs

    La Bourse de New York, en proie à quelques doutes sur la réforme fiscale et ses éventuels effets, a terminé dans le rouge mardi à l'issue d'une séance très indécise. Le Dow Jones a perdu 0,45% à 24.180,64 points. Le Nasdaq a cédé 0,19% à 6.762,21 points. Le S&P 500 a reculé de 9,80 points à 2.629,46 points.

    Le marché action a été indécis, mais cela correspond avant tout à une pause après la forte progression des indices enregistrée ces dernières semaines dans la perspective de la finalisation de la réforme fiscale. Les spéculations vont bon train sur la façon dont la réforme fiscale va affecter les entreprises du secteur technologique, en particulier celles qui font la majeure partie de leur business à l'étranger.

    Du côté des indicateurs, la croissance de l'activité dans les services a ralenti plus que prévu en novembre pour s'établir à 57,4%, selon l'indice des directeurs d'achats. Avant la cloche, le département du Commerce a également indiqué que le déficit commercial s'était creusé plus que prévu en octobre sous l'effet d'un niveau record des importations de biens et services.

  • Wall Street termine en baisse

    • Le Dow Jones a perdu 0,43% à 24.186,68 points.
    • Le Nasdaq a cédé 0,19% à 6.762,21 points.
    • Le S&P 500 a reculé de 9,46 points à 2.630,10 points.
  • Le pétrole termine en hausse à New York

    Le prix du pétrole new-yorkais a terminé en hausse ce mardi, engageant sa consolidation après avoir chuté depuis l'annonce de la prolongation jeudi d'un accord de réduction de production pétrolière entre l'Opep et ses partenaires.

    Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en janvier, référence américaine du brut, a pris 15 cents pour clôturer à 57,62 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

  • La tendance a été irrégulière sur les places en Europe. La plupart d'entre elles ont clôturé sur un bilan légèrement négatif. A l'instar de l'indice Stoxx 600 qui a baissé de 0,19% à 386,74 points. De ses 19 sous-groupes sectoriels, ceux de l'immobilier commercial (+1,08%) de la distribution (+0,88%) et de l'agroalimentaire (+0,46%) ont affiché les meilleures dispositions.
    A l'inverse, ceux des matières premières (-1,3%), des soins de santé (-0,96%), des assureurs (-0,6%) et des banques (-0,4%) se sont retrouvés dans le bas du classement.

    Les actions technologiques qui comptent beaucoup dans la meilleure tenue de la Bourse du Nasdaq à New York n'ont pas été d'un soutien aussi efficace de ce côté-ci de l'Atlantique. Elles ont progressé de 0,37% en moyenne. 

    Du côté des indices nationaux, le DAX 30 de Francfort a cédé 0,08% à 13.048,54 points, le CAC 40 parisien 0,26% à 5.375,53 points et le FT 100 de Londres 0,16% à 7.327,50 points.

    Les annonces de bpost appréciées

    Partagée entre la tentation de certains investisseurs de prendre quelques  bénéfices et l’intérêt d’autres pour étoffer davantage leur portefeuille d’actions, l’indice Bel 20 de la Bourse de Bruxelles a évolué tantôt à la hausse, tantôt en repli. C’est finalement sur un bilan tout juste négatif de 0,04% qu’il a clôturé. Il s’est établi en clôture à 3.999,75 points.

    Plus forte hausse dans l’indice,  bpost est monté de 1,91% à 26,91 euros. Les nouvelles données  hier soir par la société sur l’évolution de ses affaires au cours des 10 premiers mois de l’année, et la décision d’attribuer dès jeudi un acompte sur dividende de 1,06 euro brut, ont de toute évidence plu au marché. Depuis le début du  mois de juillet, le titre du groupe postal   a progressé de 24%. Il se rapproche progressivement de son plus haut historique de 27,44 euros atteint en avril 2015.

    Autre action bien tenue, Colruyt a récupéré 1,37% à 44,63 euros. A l’opposé, outre Aperam qui a lâché 1,64% à 42,10 euros,  Bekaert a repris de plus belle sa descente aux enfers et signe par la même occasion la plus décevante prestation du jour. L’action a reculé de 1,54% à 34,28 euros et porte à plus de 11% ses pertes depuis le début de l’année.

    La séance a aussi été sombre pour le secteur biotech. Curetis par exemple a abandonné 4,61% à 3,91 euros, Kiadis Pharma 4,27% à 7,72 euros et Biocartis 3,7% à 11,70 euros.

    Sur les autres marchés, l'euro recule face au dollar pour le 3e jour de suite. De 0,42% à 1,1816. Faiblesse également des cours de l'once d'or  (-0,97% à 1.263,77 dollars). En revanche, le prix du baril de Brent se raffermit de 0,82% à 62,96 dollars.

     

    A l'agenda de ce mercredi entre autres:

     

    - Allemagne: commandes à l’industrie/octobre
    - Etats-Unis: Enquête ADP sur l’emploi/novembre
                        Productivité, coûts du travail (révisé)/T3
                        Côté entreprises: Broadcom/résultats du T4 (après Bourse)
                                                et verdict par un tribunal de Détroit dans le procès d’Olivier Schmidt, responsable de Volkswagen dans le procès des logiciels truqueurs

  • Les technos relèvent la tête

    Après la pluie, le beau temps. Voilà que les actions des sociétés technologiques qui avaient subi d'importants dégagements notamment sur l'argument qu'elles ne sont pas celles qui profiteront le plus de la réforme fiscale que concocte Donald Trump -le taux de l'impôt de leurs profits s'élève en moyenne à 18,5%-, retrouvent grâce auprès des investisseurs.

    A Wall Street, cette composante dans l'indice général du Nasdaq remonte de 1,46%.  Elle profite de rebond de titres comme Micron Technology (+4,36%), KLA-Tencor (+3,15%), Applied Materials (+3,13%) et Nvidia (+2,5%) notamment. Du côté des géants dans ce compartiment à la Bourse de New York, Microsoft regagne 1,7%, Alphabet (Google) 2,2%, Apple 1,37% et Facebook 2,25%.

    En Europe, la reprise est moins nette. Vers 17h30, porté principalement par les actions des fabricants de semi-conducteurs telles que Dialog (+2,6%), STMicroElectronics (+2%) et Infineon (+1,8%), l'indice Stoxx 600 Technology contenait son mouvement de reprise à 0,45%.

  • Plancher historique pour KKO International

     

    KKO International, l'action de l'investisseur dans la culture de cacao en Côte d'Ivoire a touché un nouveau plus bas depuis son introduction sur Euronext Bruxelles. Elle accuse en ce moment une perte de 9% à 0,81 euro et porte à 63,6% sa chute depuis le début de cette année. De ce fait, la capitalisation boursière de la société est ramenée à 10 millions d'euros.

    L'action avait été introduite en Bourse le 17 septembre 2015, au terme d'une IPO qui avait porté son prix à 3,26 euros.

    La déprime des cours de la fève de cacao explique pour une grande part la tenue décevante de cette action en Bourse. A Londres, la tonne de cacao s'échange ce mardi sur un prix qui cède encore  2,55% à 1.952 dollars. Soit à un plus bas de 8 semaines.

    Ces 12 derniers mois, le prix du cacao a perdu 16% en raison principalement de prévisions de surplus mondial.

  • La Bourse de New York évolue sur une note hésitante en début de séance mardi, les valeurs technologiques repartant à la hausse au lendemain d'un repli marqué lié au mouvement général de rotation sectorielle favorisé par le vote du Sénat américain sur la réforme de la fiscalité.

    Trente minutes après le début des transactions, l'indice Dow Jones s'effritait de 0,07% à 24.272,62 points, tandis que le S&P 500 prenait 0,06% à 2.640,66 points. Sur le Nasdaq, l'indice général gagnait 0,38% à 6.801,48 points. La composante technologique remontait de 1,1% et celle des sociétés biotech de 0,8%. Après avoir perdu 3,77% lundi, Microsoft reprend 1,21% à 82,06 dollars.

    Principal soutien du Dow Jones, McDonald's prend la tête des meilleures progressions. Le titre prend 1,57% à 173,33 dollars.
    A la baisse, Walt Disney qui avait gagné 4,7% la veille, se replie de 1,5% à 108,5 dollars. Selon CNBC, le groupe pourrait conclure rapidement un accord sur la reprise d'actifs de Twenty-First Century Fox (+2,42%).

  • La production de l'Opep au plus bas depuis 2007

    La production de l'Opep a reculé de 300.000 barils par jour (bpj) en novembre, à son plus bas niveau depuis mai, sous l'effet notamment d'une baisse conjuguée des exportations de l'Irak et de l'Angola, montre une enquête réalisée par Reuters.

    L'Opep a respecté à hauteur de 112% ses engagements pris dans le cadre de l'accord d'encadrement de la production en vigueur depuis le début de l'année, à comparer à un taux de conformité de 92% en octobre. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole a convenu de réduire sa production d'environ 1,2 million de bpj dans le cadre de l'accord conclu avec la Russie et d'autres pays producteurs non membres du cartel.

    Ces efforts pour rééquilibrer le marché ont permis au Brent de remonter à près de 63 dollars le baril, son plus haut niveau depuis près de deux ans. La semaine dernière, l'Opep et ses alliés ont prolongé, comme prévu, l'accord de plafonnement jusqu'à la fin de l'an prochain.

    L'Opep avait annoncé l'an dernier un objectif de production de 32,50 millions de barils. Cet objectif incluait l'Indonésie, qui a quitté depuis l'organisation, mais non la Guinée Equatoriale, dernier pays à avoir rejoint l'organisation.

    L'enquête Reuters montre que la production a totalisé 32,35 millions de barils en moyenne en novembre, dépassant d'environ 600.000 bpj l'objectif ajusté prenant en compte le départ de l'Indonésie.
    En comptant la Guinée équatoriale, la production de l'Opep en novembre a atteint 32,48 millions de bpj, en baisse de 300.000 bpj par rapport à octobre et à son plus bas depuis les 32,44 millions produits en mai, selon les enquêtes Reuters.

    L'Angola, le meilleur élève

    La plus forte baisse en novembre, de 100.000 bpj, a été le fait de l'Angola, dont les exportations son tombées à un creux de 13 mois. Elles sont affectées par des maintenances.

    La deuxième plus forte baisse provient d'Irak, deuxième producteur de l'Opep, notamment en raison des tensions dans le Kurdistan irakien. Son taux de conformité est au plus haut depuis la mise en oeuvre de l'accord, selon l'enquête.

    La production a aussi baissé au Venezuela, à cause de la récession qui y sévit, et en Algérie, pour le deuxième mois d'affilée, du fait d'opérations de maintenance.

    La production du Nigeria et de la Libye, les deux pays membres de l'Opep exemptés de l'accord d'origine, a baissé de respectivement 40.000 bpj et 30.000 bpj. La production de l'Arabie saoudite a diminué de 30.000 bpj.

     

    Après avoir reculé de 2% lundi, le prix du baril de Brent se raffermit ce mardi de 0,3% à 62,6 dollars.

  • Légère baisse du montant total des comptes d’épargne

    En octobre, l’encours des comptes d’épargne a diminué de 120 millions d’euros (-0,05%) pour s’établir à 258,31 milliards d’euros, selon les statistiques publiées mardi par la Banque nationale de Belgique (BNB). Il s’agit du troisième mois de baisse d’affilée du montant total des livrets. D’août à octobre 2017, les carnets d’épargne ont perdu 320 millions d’euros. Leur encours avait déjà diminué au premier trimestre avant de remonter durant les quatre mois suivants.

     

    Actuellement, la tendance est négative en 2017 (-3,31 milliards d’euros). Mais c’est en grande partie dû à un déclassement de certains comptes d’épargne en comptes non réglementés en mars dernier.

    Malgré des taux d’intérêt très faibles, les particuliers sont restés fidèles au livret d’épargne, le produit bancaire le plus populaire en Belgique.

  • Timide hausse à Wall Street à l'ouverture

     

     

     

    - Dow Jones       : +0,14% à 24.322,22 points

    - S&P 500          : +0,07% à  2.641,41  points

    - Nasdaq général: -0,12% à 6.767,38 points

  • 200 MLN EUR
    Rachat d'actions pour Deutsche Börse
    Deutsche Börse annonce un nouveau programme de rachat d'actions d'un montant d'environ 200 millions d'euros, qui devrait être achevé d'ici la fin juin. Ce programme sera financé par des ressources disponibles de quelque 800 millions d'euros, dont une partie servira aussi à financer des acquisitions, a précisé l'opérateur boursier allemand dans un communiqué.

  • Le déficit commercial US se creuse plus que prévu

    Le déficit commercial des Etats-Unis s'est creusé plus que prévu en octobre sous l'effet d'un niveau record des importations de biens et services, a indiqué mardi le département du Commerce.

    En données corrigées des variations saisonnières, le solde chroniquement déficitaire des échanges des Etats-Unis avec le reste du monde s'est établi à 48,7 milliards de dollars en octobre contre 44,9 milliards (révisé en hausse), en hausse de 8,5% par rapport à septembre.

  • Un investisseur chinois augmente sa participation dans Dialog

    Un véhicule d'investissement appartenant à Tsinghua Unigroup, premier fabricant chinois de puces en silicium, a porté à 7,15% sa participation dans Dialog Semiconductor, montre un document officiel publié mardi.

    L'investisseur chinois détient désormais 5,46 millions de titres Dialog Semiconductor contre 5,34 millions précédemment.

    L'opération a été réalisée le 30 novembre, jour où le titre Dialog s'est effondré de 20% à la suite d'un article de Nikkei évoquant la possibilité qu'Apple, principal client du fabricant de semi-conducteurs, conçoive ses propres circuits intégrés de gestion d'énergie (PMIC) pour ses iPhone.

    L'action Dialog gagnait 3%, plus forte hausse de l'indice paneuropéen Stoxx 600, lui-même en recul de 0,2% au même moment.

  • Vers une ouverture en ordre dispersé à Wall Street

    Wall Street pourrait rebondir à l'ouverture tandis que le Nasdaq devrait rester sous l'influence de la poursuite du mouvement de rotation sectorielle en cours depuis plusieurs séances, qui pénalise entre autres les valeurs technologiques.

    A 14h, les contrats à terme sur les principaux indices américains évoluaient de la manière suivante:

    • Dow Jones: +0,29%
    • S&P 500: +0,17%
    • Nasdaq 100: -0,02%

    Quelques indicateurs sont également à l'agenda pour la séance de mardi. Les investisseurs prendront connaissance des chiffres du commerce extérieur américain en octobre et de l'indice d'activité dans le secteur des services (ISM) en novembre.

  • "Le marché est sous le coup de plusieurs inquiétudes, à commencer par la baisse des marchés asiatiques, elle-même liée à la baisse du pétrole et des ressources de base. Les investisseurs redoutent aussi une mauvaise orientation de Wall Street à l'ouverture, avec un secteur technologique encore sous pression. Le fait que les négociations sur le Brexit n'avancent pas, pas plus que celles pour former un gouvernement en Allemagne, pèsent aussi."
    Alexandre Baradez
    Analyste de IG France

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous (12h30->13h30)

  • Le point sur les marchés en milieu de journée

    1. Après un début de séance en ordre dispersé, les indices actions européens ont tous pris le chemin de la baisse en fin de matinée, les investisseurs prenant leurs bénéfices sur les valeurs technologiques, après les fortes progressions enregistrées depuis le début de l'année. Les valeurs défensives (immobilier, distribution, alimentation, utilities) profitent de ce mouvement de rotation sectorielle.

    2. Aux alentours de 12h, Paris cède 0,73%, Francfort 0,70% et Amsterdam 0,25%. L'indice DJ Stoxx 600 abandonne 0,48%.

    3. Londres est à l'équilibre, profitant de la baisse de la livre sterling face à l'euro (-0,46% à 1,1308) et de la bonne tenue des valeurs de la distribution comme Tesco, WM Morrison et Sainsbury dans le sillage d'une note de Goldman Sachs.

    4. Le compartiment des valeurs minières signe la plus forte baisse sectorielle en Europe (-1,54%), lesté par le repli des prix du cuivre et des prises de bénéfice par des investisseurs qui ignorent les données positives sur l'accélération de l'activité dans le secteur des services en Chine.

    5. A Bruxelles, l'indice Bel20 est à l'équilibre à 3.998,22 points grâce notamment à Colruyt (+1,61%) et Engie (+0,20%) tandis qu'Aperam (-1,9%) et Bekaert (-1,8%) lestent l'indicateur. Les biotech pâtissent de l'aversion au risque: Celyad, Biocartis et Kiadis lâchent un peu plus de 3%.

  • Kinepolis place deux emprunts obligataires pour un total de 125 millions

    Kinepolis vient de placer pour 125 millions d'euros d'obligations dont 60 millions à 8 ans et 65 millions à 10 ans. Les coupons sont de respectivement 2,4% et 2,9%, avec un prix d'émission fixé au pair.

    Selon nos confrères du Tijd, l'exploitant de salles de cinéma visait un montant combiné supérieur, de l'ordre de 175 à 200 millions d'euros.

  • L'activité du privé continue d'accélérer en zone euro

    L'activité dans la zone euro s'est accélérée le mois dernier, grâce à une demande particulièrement soutenue, montrent les résultats définitifs de l'enquête IHS Markit auprès des directeurs d'achats publiés mardi.

    L'indice PMI composite définitif calculé par IHS Markit s'est élevé 57,5 ce mois-ci, contre 56,0 en octobre, ce qui confirme l'estimation préliminaire.


    Il atteint ainsi son plus haut niveau depuis avril 2011 et se situe nettement au-dessus de 50 séparant croissance et contraction de l'activité.

     

    "La zone euro a connu un mois de novembre exceptionnel, ce qui annonce une fin d'année dynamique. Vu la vigueur des commandes et des embauches et le degré élevé d'optimisme des milieux d'affaires, la zone euro devrait commencer la nouvelle année sur des bases solides."
    Chris Williamson
    Chef économiste chez IHS Markit

  • Les supermarchés britanniques en tête du FTSE grâce à Goldman

    Tesco, WM Morrison et Sainsbury signent es trois plus fortes hausses du FTSE londonien dans le sillage d'une note de Goldman Sachs, qui voit la pression sur les marges des supermarchés britanniques se relâcher en 2018.

    L'intermédiaire relève sa recommandation sur Tesco, passant directement de "vendre" à "acheter", et sur WM Morrison, avec un conseil désormais à "neutre". Goldman Sachs reste à "vendre" sur Sainsbury, qui n'en profite pas moins du mouvement.

  • Des investisseurs néérlandophones prennent une part importante de Deceuninck

    H.P. Participations, une structure derrière laquelle on retrouve certains investisseurs flamands, ont pris un intérêt de plus de 7% dans Deceuninck.

    On comprend dès lors un peu mieux qui a acheté la semaine dernière les titres cédés par Sofina. La société holding a annoncé avoir cédé un gros paquet - 10 millions - d'actions Deceuninck. L'opération a rapporté 30 millions d'euros, mais Sofina encaisse malgré tout une perte par rapport à son investissement de départ.

    Je connais Francis (CEO Deceuninck) depuis longtemps. Nous avons souvent voyagé ensemble pendant nos journées d'étudiant, a expliqué Wim Hendrix, l'un des partenaires et le porte-parole de H.P. Participations (HPP). J'espère que nous écrirons une histoire plus agréable, a ajouté Hendrix.

    Derrière HPP, se cachent cinq autres partenaires, mais Hendrix ne veut pas divulguer les noms.

    Hendrix est directeur général de Homeport Investment Management, qui fournit des conseils d'investissement à un certain nombre de familles aisées à Anvers.

     

  • Le point sur la tendance boursière

    1. Les indices actions européens évoluent sur une note contrastée, alors que l'euphorie sur la réforme fiscale américaine retombe et dans le sillage du repli du secteur technologique qui a pesé en Asie et à Wall Street.

    2. Aux alentours de 10h15, Amsterdam gagne 0,23% mais Paris abandonne 0,29% tandis que Francfort (-0,04%) est à l'équilibre. Londres progresse de 0,31%, avec l'affaiblissement de la livre sterling.

    3. La livre sterling recule de 0,5% face à l'euro, à 1,1304. Le gouvernement britannique et l'Union européenne n'ont pas réussi à se mettre d'accord lundi sur les modalités de la sortie du Royaume-Uni, en raison notamment d'un désaccord sur l'avenir des relations entre Dublin et l'Irlande du Nord.

    4. Le compartiment des valeurs minières signe la plus forte baisse sectorielle en Europe (-1,05%), sur des prises de profits par des investisseurs qui ignorent les données positives sur l'accélération de l'activité dans le secteur des services en Chine en novembre.

    5. Provident Financial Plc plonge de 15%, après que la Financial Conduct Authority a ouvert une enquête distincte sur la division des prêts automobiles subprime du groupe.

    6. Tesco gagne de l'ordre de 3%. Goldman Sachs est passe à "acheter" sur la valeur.

    7. A Bruxelles, l'indice Bel20 gagne 0,12%, dans le sillage notamment du rebond de Colruyt (+1,43%). Balta, qui a vu ING réduire son objectif de cours à 10,5 euros avec une recommandation d'achat, est à l'équilibre.

  • Les Bourses chinoises clôturent en nette baisse, dans la foulée du Nasdaq

    Les Bourses chinoises clôturent en nette baisse, souffrant du recul des valeurs technologiques, dans la foulée du Nasdaq en repli la veille à New York.

    À Hong Kong, l'indice composite Hang Seng a cédé 1,01% (ou 295,48 points) à 28.842,80 points.

    En Chine continentale, à la Bourse de Shanghai, l'indice composite a abandonné 0,18% (-5,94 points) à 3.303,68 points.

    De son côté, la Bourse de Shenzhen a perdu 1,89% (-35,93 points) à 1.866,98 points.

  • AEX: +0,35% à 543,36 points

  • ING réduit son prix cible sur Balta

    L'analyste Giel-Jan Triest d'ING réduit son prix cible sur Balta à 10,5 euros contre 17, pour tenir compte d'un abaissement de respectivement 12 et 18% de ses prévisions d'Ebitda récurrent pour 2017 et 2018, compte tenu de l'incapacité pour le fabricant de tapis de répercuter l'inflation du prix des matières premières, des effets de change et d'une croissance organique plus faible qu'attendue en 2017, entre autres.

    La recommandation reste à "acheter".

  • | Opening Bell |

    Les indices actions européens ont démarré sur une note stable, prenant du recul après l'euphorie suscitée sur les marchés par l'avancée de la reforme fiscale américaine. Il n'y a pas de cours pour l'instant pour l'indice AEX.

    • Bruxelles: +0,03%
    • Amsterdam: n.c.
    • Francfort: +0,08%
    • Paris: -0,15%
    • DJ Stoxx 600: -0,19%

  • KBC Securities abaisse son target sur Ontex

    KBC Securities réduit son objectif de cours sur Ontex à 27 euros contre 29,5. La recommandation reste à "conserver".

  • Un contrat pour la coentreprise entre Deme et Boskalis

    Deme (Groupe CFE ) a obtenu un contrat majeur en Amérique latine pour l’approfondissement et le dragage d’entretien du Canal Martín García, situé entre l’Uruguay et l’Argentine, dans la partie nord de l’estuaire du Rio de la Plata, large de 50 km.

    Le contrat de 5 ans pour la coentreprise 50/50 avec Royal Boskalis Westminster porte sur une valeur totale d’environ 110 millions d'euros. Sa signature est prévue dans les semaines qui viennent.

  • 20,3 MLN EUR
    Nouvelle cession pour Euronav
    Après les navires Artois et le Cap Georges, Euronav cède un nouveau vaisseau, le Flandre ce qui se traduira par une plus-value de 20,3 millions de dollars sera enregistrée sur le trimestre en cours.

  • Goldman Sachs relève sa prévision pour le cours du pétrole

    Goldman Sachs a relevé sa prévision de cours du pétrole en 2018 en évoquant une contraction des réserves mondiales et la détermination affichée par la Russie et l'Arabie saoudite pour piloter un rééquilibrage du marché via une limitation de leur offre l'année prochaine.

    La banque américaine a porté sa prévision de cours du Brent pour 2018 à 62 dollars le baril et celle pour le brut léger américain (WTI) à 57,50 dollars. Cette révision reflète également une hausse des tarifs des oléoducs aux Etats-Unis et un creusement de l'écart de prix entre Brent et WTI, souligne la banque.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    1. Les principales Bourses européennes devraient ouvrir sur une note stable voire légèrement baissière, dans le sillage du repli du secteur technologique qui a pesé sur la tendance en Asie et à Wall Street.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre 0,16% à l'ouverture, le Dax à Francfort reculerait de 0,02% et le FTSE à Londres serait inchangé.

    3. Déjà perceptibles la semaine dernière, les dégagements sur le secteur technologique se sont accentués avec les progrès enregistrés aux Etats-Unis par le projet de réforme fiscale, considéré comme plus favorable aux valeurs financières et de la distribution.

    4. Le repli du compartiment technologique a pénalisé aussi l'indice Nikkei à Tokyo, qui a clôturé en repli de 0,37%. L'indice Hang Seng de la Bourse de Hong Kong recule également de 0,51%, plombé notamment par le repli de près de 2% du géant technologique Tencent.

    5. A Shanghai, l'indice composite perd 0,2% en dépit de l'annonce d'une accélération de la croissance des services en Chine en novembre. Les investisseurs attendent également dans la journée les indices PMI et ISM des services en zone euro et aux Etats-Unis.

  • Tokyo finit en baisse 0,37%

    L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a fini mardi en baisse de 0,37%, plombé par la faiblesse du secteur des semi-conducteurs dans le sillage des pertes subies par les valeurs technologiques à Wall Street.

    Le Nikkei a perdu 84,78 points à 22.622,38 points, accusant sa deuxième baisse d'affilée.

    En revanche, le Topix, plus large, a gagné 5,26 points (+0,23%) à 1.790,97 points.

  • A l'agenda ce mardi

    Voici les principaux éléments à l'agenda de ce mardi 5 décembre 2017:

    ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne

    • 9h55 Indice PMI services IHS Markit définitif/novembre

    Chine
    • Indice PMI Caixin-Markit des services/novembre

    Etats-Unis
    • 14h30 Balance commerciale/octobre
    • 16h Indice ISM services/novembre

    Zone euro
    • 10h Indice PMI services IHS Markit déf./novembre
    • 10h30 Indice PMI services IHS Markit/novembre
    • 11h Ventes au détail/octobre
    Réunion de l’Ecofin

    ENTREPRISES

    Belgique
    • Sapec: offre publique d’achat à 60 euros par action par Soclinpar. Jusqu’au 15 décembre

    France
    • Derichebourg: résultats annuels 2016/2017 (après Bourse)
    • OL Groupe: assemblée générale des actionnaires
    • Wavestone (ex solucom): résultats 1S 2017/2018 (après Bourse)

  • Les marchés actions asiatiques ont le blues

    Les actions asiatiques sont en baisse, alors que le blues des techs à Wall Street est à peine compensé par le relatif optimisme pour la réforme fiscale aux Etats-Unis. Les investisseurs se tournent vers les banques. La livre sterling retombe de ses plus hauts depuis deux mois en l'absence d'accord sur le Brexit.

    Certains secteurs comme ceux de l'industrie, des produits de consommation ou des banques vont largement bénéficier des mesures fiscales américaines. Quant aux sociétés du secteur de la technologie, elles sont moins à la fête car leur taux d'imposition effectif tourne déjà plutôt autour de 19%.

     

  • Carmat veut lever 46 millions d'euros

    Carmat annonce l'émission de nouvelles actions pour un montant de 46 millions d'euros, avec une priorité pour les actionnaires actuels, afin de poursuivre le développement de son coeur artificiel.

    Cette opération, annoncée dans les grandes lignes aux actionnaires en avril dernier, comporte une clause d'extension pouvant porter le montant levé jusqu'à un maximum de 52,9 millions d'euros, selon un communiqué du groupe.

    Au total, entre 2,3 et 2,6 millions d'actions devraient être émises au prix de 20 euros maximum, soit une décote de plus de 20% par rapport au cours actuel.

  • bpost va verser un acompte sur dividende de 1,06 euro brut par action

    A l'occasion de la publication de ses résultats pour la période de 10 mois prenant fin le 31 octobre dernier, bpost a indiqué qu'il versera un acompte sur dividende de 212,0 millions d'euros, soit 1,06 euro brut par action le 11 décembre 2017, ce qui, selon Koen Van Gerven, le CEO du groupe postal, "résulte en un dividende intérimaire identique à celui de 2016.

    Sur les 10 premiers mois de son exercice 2017, bpost a aussi dégagé un résultat net après impôts de 248,9 millions d'euros.

  • Bonjour à toutes et tous et bienvenue sur le "market live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre les principaux événements de cette séance de bourse.

     

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content