1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street termine en hausse, épaulée par l'industrie et la tech

Les gains l'ont emporté sur les marchés boursiers en Europe. Les valeurs télécoms et des banques y sont pour beaucoup. Wall Street a aussi terminé en hausse, aidée par les secteurs de l'industrie et de la technologie.
  • La séance à Wall Street

    Wall Street a terminé en hausse jeudi, aidée par les secteurs de l'industrie et de la technologie tout en gardant un œil sur les négociations autour de la réforme fiscale: le Dow Jones a pris 0,29% et le Nasdaq 0,54%. L'indice élargi S&P 500 s'est apprécié de 0,29%, ou 7,71 points, à 2.636,98 points.

    Des parlementaires du Sénat et de la Chambre des représentants tentent actuellement de trouver un compromis entre leur version respective de cette grande promesse de Donald Trump. Le marché semble malgré tout solidement disposé à continuer à monter, a estimé Adam Sarhan de 50 Park Investment.
    "On n'a pas eu de correction, c'est-à-dire de baisse des indices de 5% ou plus, depuis le premier trimestre 2016 et il ne serait absolument pas étonnant de voir les indices se replier un peu", a-t-il rappelé.
     
    Les courtiers attendent aussi la diffusion vendredi du rapport mensuel officiel sur le marché du travail américain. Les chiffres diffusés jeudi sur l'emploi étaient à cet égard plutôt encourageants: les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis ont très légèrement baissé, contredisant les prévisions des analystes.

    Sur le front des valeurs, le secteur industriel a mené la marche, l'indice le représentant au sein du S&P 500 prenant 0,90%. Celui représentant le secteur technologique a grimpé de 0,65%, emmené par quelques valeurs phares comme Facebook (+2,32%) ou Alphabet (+1,23%), la maison-mère de Google.

    General Electric s'est apprécié de 0,28% à 17,71 dollars. Sa branche énergie GE Power a annoncé une réduction de son effectif mondial d'environ 12.000 postes dans le cadre d'un vaste plan de restructuration visant à "renforcer" sa compétitivité.

  • La clôture à Wall Street

    La Bourse de New York a fini en hausse de 0,30% jeudi , l'indice Dow Jones gagnant 71,88 points à 24.212,79. Le S&P-500, qui restait sur quatre séances consécutives de repli, a repris 7,82 points, soit 0,30% également, à 2.637,09,. Le Nasdaq a avancé de son côté de 36,47 points (0,54%) à 6.812,841, porté par les valeurs technologiques.

  • C’est généralement en hausse les Bourses ont achevé les séances en Europe ce jeudi. L’intérêt des investisseurs pour les valeurs télécoms et celles du secteur des banques ont été les principaux artisans de ce bilan positif. A Paris, avec une hausse de 2,32% à 14,57 euros, Orange a signé la meilleure progression dans le CAC 40 devant Crédit Agricole (+ 1,88% à 14,12 euros). À la Bourse de Londres, en progrès de 2,16% à 262,75 pence, c’est BT Group qui a tenu ce rôle.
    A Bruxelles, c'est Proximus qui a squatté la meilleure du podium dans le Bel 20, en ayant gagné 1,62% à 28,94 euros, devant KBC (+2,34% à 70,03 euros) et ING (++2,03% à 15,34 euros).

    Faisant exception à cette tendance favorable, KPN à Amsterdam a reculé de 1,63% à 1,993 euro. Sur ce marché, ce sont les actions bancaires qu’on a retrouvées en tête de l’indice AEX 25. Avec ABN Amro qui a gagné 2,35% à 25,225 euros et ING 2,03% à 15,335 euros.

    Toutes ces performances ont permis à des indices comme le CAC 40 (+ 0,18%) parisien, le DAX 30 (+ 0,36%) allemand, l’AEX 25 (+ 0,32%) ou encore le Bel 20 (+0,38%) d’enregistrer des performances supérieures à celle de l’indice Stoxx 600 (+0,02%). Ce dernier a été freiné dans son élan par la faiblesse de valeurs telles que celles des compartiments de la chimie (-0,6% en moyenne), de l’agroalimentaire (-0,57%) et des soins de santé (-0,48%).

    bpost détache son dividende

    Le fait saillant parmi les 20 actions de l'indice Bel 20 bruxellois est le recul de 3,3% de l’action bpost, à 25,22 euros. Cette chute fait suite à l’attribution de l’acompte sur divividende d’un montant brut de 1,06 euro par action (0,7420 euro net).  Ce dividende  sera payé aux actionnaires à partir de lundi prochain.
    Egalement en baisse, on trouve UCB (-1,61% à 63,11 euros) et AB Inbev qui a  cédé 0,93% à 94,75 euros.

    En dehors du Bel 20, Smartphoto s’est adjugé 7,1% à 16,66 euros.  Coucke et l'entrepreneur Kaesteker ont renforcé leurs positions dans le capial de cette entreprise. Celle-ci affiche une capitalisation boursière de 65,7 millions d’euros.
    De son côté, Floridienne est monté de 2,13% à 186,9 euros. Ce titre se rapproche de son sommet historique établi il y a un mois à 191 euros. Recul par contre de 2,86% pour Moury Construct à 136 euros.

    Sur les autres marchés, l'euro est stable à 1,18 (+0,03%) dollar, tandis que l'once d'or à New York recule pour le 4e jour de suite (-0,76% à 1.253,7 dollars). A Londres, le baril de Brent s'est raffermi de 1,62% à 61,88 dollars.

  • Brederode affiche sa grande forme

    Le holding note au troisième trimestre des souscriptions nouvelles qui ont porté sur 7 fonds pour un engagement supplémentaire de 151 millions d'euros.

    Le montant total des engagements non-appelés en Private Equity s’élevait à 730 millions d'euros contre 686 millions d'euros au 30 juin 2017.

  • Acquisition à 116 millions en vue pour Befimmo

    Befimmo va racheter l'immeuble bruxellois Arts 56 à AXA Belgique. La SIR et l’assureur ont bouclé les accords sous conditions cadrant l’acquisition d’un droit réel d’emphytéose de 99 ans sur l'immeuble de bureau loué à 98% et totalisant 21.000 m². Montant de la transaction: 116 millions d'euros.

  • Vers des émissions souveraines nettes positives en 2018

     Les émissions de dettes souveraines au sein de la zone euro pourraient dépasser l'année prochaine les montants achetés par la Banque centrale européenne (BCE) pour la première fois depuis le lancement de son programme d'assouplissement quantitatif en 2015 et ce sera entre autres le cas pour la France, qui prévoit d'augmenter ses appels au marché.

    La BCE a annoncé qu'elle réduirait de moitié, à 30 milliards d'euros, le montant de ses achats mensuels d'actifs à compter du mois de janvier tout en les prolongeant jusqu'en septembre.

    Au cours des trois années écoulées, les interventions de la BCE se sont traduites par une baisse du volume d'émissions souveraines nettes de ses achats pouvant atteindre jusqu'à 400 milliards d'euros, selon certains estimations. La pénurie de titres qui en a résulté a précipité une grande partie de la courbe des taux dans les différents pays de la zone euro en territoire négatif.

    "Cette année, les achats de la BCE sont bien plus importants que les émissions nettes. L'année prochaine, les achats de la BCE seront à peu près équivalents aux émissions
    nettes", a dit Seamus Mac Gorain, gérant obligataire chez JPMorgan Asset Management cité par Reuters.


    DE FORTES DIVERGENCES

    Les stratégistes obligataires s'attendent aussi à de fortes divergences dans l'offre et par conséquent dans les conséquences des achats de la BCE au sein de la zone euro.

    Les émissions souveraines de la France et de l'Italie devraient en particulier excéder les achats attendus de la BCE l'année prochaine. En revanche, les émissions nettes de l'Allemagne ou des Pays-Bas devraient demeurer en territoire négatif.

    Aux Pays-Bas, les rentrées fiscales liées à la reprise économique et les produits de cessions d'actifs devraient réduire le besoin de financement de l'Etat et se traduire par des émissions nettes négatives pour la troisième année consécutive.

  • Bill Gross invite la Fed à être "plus prudente et plus souple"

    Bill Gross, investisseur influent sur le marché obligataire, invite la Réserve fédérale à se montrer "plus prudente et plus souple" dans son cycle de relèvement des taux d'intérêt aux Etats-Unis, en raison de l'énorme exposition des investisseurs à des actifs risqués tels que les obligations d'entreprises et la dette spéculative à haut rendement.

    "Si une crise devait survenir en raison d'erreurs politiques, de crises géopolitiques ou d'autres risques actuellement non perçus, la capacité à protéger le principal sera réduite par rapport à des situations passées", écrit Bill Gross, qui gère le fonds obligataire de 2,2 milliards de dollars (1,87 milliard d'euros) de Janus Henderson Investors, dans ses dernières "perspectives d'investissements".

    Les précédents sommets atteints par le marché, notamment en 1987, 2000 et 2007, avaient permis aux gérants d'actifs d'assurer partiellement leurs actifs risqués en achetant des
    emprunts du Trésor dont le prix était susceptible de grimper avec la politique de baisse des taux alors menée par la Fed, relève Bill Gross.

    "Aujourd'hui, cette assurance est limitée avec des taux d'intérêt si bas. Les actifs risqués sont, en conséquence, moins assurables, ce qui devrait être répercuté dans des primes de
    risques plus élevées."

    Les fonds investis dans la dette d'entreprise aux Etats-Unis ont enregistré pour plus de 205 milliards de dollars de souscriptions nettes depuis le début de l'année, contre seulement 153 milliards pour les fonds actions, selon les données de Lipper. Les fonds investis en bons du Trésor américain ont pour leur part généré un flux de souscriptions de 30,56 milliards de dollars cette année.

    Bill Gross adresse aussi une mise en garde sur la dépendance de l'économie américaine à l'égard du crédit. "L'ensemble de notre système de financement, ancré et commandé par les banques, est fondé sur le carry et la capacité à l'encaisser", dit-il. "Quand le crédit aura un prix tel que le carry ne peut plus être rentable à un niveau acceptable d'endettement rapporté au risque, alors le système calera, voire basculera."

    En attendant, Bill Gross invite les investisseurs à prendre des précautions et à ne pas rester exposés trop longtemps: "Nous pourrions être en train d'approcher de ce point de bascule, donc investissez avec plus de prudence."

  • La déprime se prolonge pour AB InBev

    Pour le 3e jour de suite, l'action AB Inbev cède du terrain à la Bourse de Bruxelles. Vers 16 heures, elle accusait une perte de 1,01% à 94,67 euros. Elle porte à 11,7% son recul depuis le 18 octobre, soit quelques jours avant que le groupe ait attribué un acompte sur dividende pour son exercice 2017, d'un montant brut de 1,60 euro.

    Le soupçon de la Commission européenne selon lequel  le brasseur empêche l’importation en Belgique de ses bières étrangères moins chères, continue den toute évidence de peser  sur le prix de son action. "AB InBev devrait pouvoir éviter une lourde amende malgré le jugement des autorités de la régulation européenne", estiment les  analystes de Bloomberg Intelligence. "Le risque persiste néanmoins au cas où les parties n’arrivent pas à se mettre d’accord pour mettre fin à cette pratique. Le montant d’une éventuelle amende peut s’élever jusqu'à 4,5 milliards de dollars au maximun", ajoutent-ils. Il correspond, ce montant, à 76% du bénéfice normalisé réalisé au cours des 3 premiers trimestres de cette année.

    Les analystes suivis par Bloomberg tablent sur un bénéfice par action de 4,26 dollars (3,61 euros) pour l'ensemble de l'exercice 2017 (P/E attendu de 26,2). Soit l'équivalent du montant total du dividende payé au titre de l'exercice 2016.

  • Wall Street tempère son optimisme à l'approche de la fin d'année

     La Bourse de New York a ouvert jeudi en ordre dispersé, les investisseurs étant peu enclins à prendre des positions marquées à l'approche de la fin de l'année et sur fond d'agenda politique chargé aux Etats-Unis.

    Trente après le début des transactions, l'indice Dow Jones affichait un léger gain de 0,17% à 24.181,61 points et le S&P 500 de 0,09% à 2.631,06 points.
    Sur la Bourse du Nasdaq, l'indice général s'améliorait de 0,21% à 6.790,64 points. La composante technologique prenait 0,4% et celle des sociétés biotech 0,65%.

    Sur le front des valeurs, celle du spécialiste des semi-conducteurs Broadcom gagnait 2,21% à 269,72 dollars. La société a fait état mercredi soir d'un chiffre d'affaires et d'un bénéfice trimestriels supérieurs aux attentes, soutenus par la forte demande pour ses puces équipant les smartphones.

    Lululemon Athletica grimpaitv  pour sa part de 6,1% à 71,8 dollars. Le fabricant canadien de vêtements de loisirs et de yoga a publié des résultats supérieurs aux attentes, notamment grâce à ses ventes en ligne, et donné des prévisions pour le trimestre des fêtes de fin d'année meilleures que prévu.

    General Electric avançait de 0,23% à 17,7 dollars, après avoir confirmé qu'il supprimerait 12.000 postes dans le monde dans le cadre d'une restructuration de son pôle énergie.

    Sur le marché des changes, l'euro est inchangé à 1,1797 dollar

  • Wall Street figé à l'ouverture

     

     

      - Dow Jones:  24.141,68 points       =

      - S&P 500    :    2.630,38 points       +0,05%

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Voici les principales valeurs à suivre jeudi à Wall Street où les contrats à terme signalent une ouverture en baisse de 0,2% pour le Dow Jones, sans grand changement pour le Standard & Poor's 500 et en progression de 0,2% pour le Nasdaq Composite.

     

    * ALIBABA GROUP a signé un accord avec FORD MOTOR en vue d'étudier une coopération dans des secteurs comme le "cloud" (informatique dématérialisée), l'intelligence artificielle, la connectivité et la distribution qui pourrait déboucher sur la vente de véhicules du constructeur américain sur la plate-forme Tmall du géant chinois. En avant-Bourse, le titre Alibaba avance de 1,6% et Ford gagne 1,2%. 

    * GENERAL ELECTRIC - GE Power, la filiale énergie du conglomérat américain, a confirmé jeudi la suppression de 12.000 postes dans le monde dans le cadre d'une restructuration de son pôle énergie. Le titre General Electric prend 0,6% en avant-Bourse.

    * BROADCOM a fait état mercredi d'un chiffre d'affaires et d'un bénéfice trimestriels supérieurs aux attentes en raison de la forte demande pour ses puces équipant les smartphones. Le groupe a publié en outre une prévision de ventes pour le trimestre en cours nettement plus élevée que les anticipations des analystes. Le titre gagne 4,6% en avant-Bourse.

    * SEARS HOLDING prend 8,2% en avant-Bourse après une lettre ouverte adressée au conseil d'administration du distributeur en difficulté par un des ses actionnaires, le suisse Memento SA, qui lui demande de réfléchir à des options stratégiques dont une sortie de la cote.

    * SAGE THERAPEUTICS prend plus de 50% en avant-Bourse après l'annonce de résultats positifs d'une étude intermédiaire sur un traitement de la dépression.

    * LULULEMON ATHLETICA - Le fabricant canadien de vêtements de loisirs et de yoga a publié des résultats supérieurs aux attentes, notamment grâce à ses ventes en ligne, et donné des prévisions pour le trimestre des fêtes de fin d'année meilleures que prévu. Le titre prend près de 8% dans les échanges avant l'ouverture et devrait ouvrir à un pic de plus d'un an. 

    * AMAZON - Cowen relève son objectif de cours à 1.500 dollars contre 1.225 dollars.

  • Wall Street hésitante avant l'ouverture

    Wall Street devrait ouvrir sur une note hésitante jeudi dans l'attente de l'adoption finale de la réforme fiscale.

    Vers 14h, le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne sa tendance, reculait de 0,15%, tandis que celui du Nasdaq, à dominante technologique, prenait 0,19% et celui de l'indice élargi S&P 500 était stable (+0,01%).

    Les investisseurs se pencheront jeudi sur les demandes hebdomadaires d'allocations chômage puis sur l'activité des crédits à la consommation d'octobre.

     

    "Les investisseurs semblent être dans l'attente, maintenant, des chiffres de l'emploi aux Etats-Unis, vendredi, et d'informations sur l'harmonisation des projets de réforme fiscale de la Chambre des Représentants et du Sénat".
    Des courtiers de Aurel BCG

  • "Acheter du bitcoin, c'est entrer dans l'Enfer de Dante"

    Acheter du bitcoin revient à pénétrer dans l'Enfer de Dante et prendre des risques inconsidérés, a prévenu jeudi le président de la banque britannique RBS, au moment où la monnaie virtuelle dépassait pour la première fois les 15.000 dollars.

     

    "Tout ce que les autorités peuvent faire, c'est de brandir une pancarte avec une phrase de l'Enfer de Dante: +Toi qui entre ici abandonne toute espérance+". "C'est ce qu'il faut faire et cela doit être fait par la Réserve fédérale mais aussi par la SEC et la Banque d'Angleterre et la Banque centrale européenne en même temps parce qu'il est difficile de voir quelque chose de vraiment rationnel derrière cette évolution."
    Howard Davies
    Président du conseil d'administration de la banque, interrogé sur Bloomberg TV

  • Le point sur les marchés en milieu de journée

    1. Les marchés européens évoluent en légère hausse, dans un marché soutenu par le rebond partiel à Wall Street et par la poursuite du mouvement de repli de l'euro face au dollar. La devise européenne vaut 1,1778 dollar contre 1,1896 à la fin de la semaine dernière.
    2. Aux alentours de 12h30, Francfort gagne 0,36%, Paris 0,19%, Amsterdam 0,16% et Londres 0,06%.
    3. Côté indicateurs, la production industrielle allemande a désagréablement surpris en octobre, reculant de 1,4% sur un mois alors que les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset attendaient un rebond de 0,75%.
    4. Steinhoff plonge encore de 29% sur fond de scandale comptable.
    5. bpost lâche 3,72%, pénalisée par le détachement de coupon qui donne droit à un dividende de 1,06 euro brut.
    6. Ladbrokes Coral s'envole de 25% alors que le bookmaker britannique GVC Holdings (+5%), l'un des leaders des jeux de hasard en ligne en Grande-Bretagne et propriétaire de marques comme Bwin et Sportingbet, est en discussions pour le racheter.
    7. Carrefour baisse de 3,10%, sanctionné par un abaissement de recommandation de Bernstein, qui se montre très prudent face à la nouvelle direction dudistributeur et les mesures de redressement envisagées.
    8. Proximus monte de 3,4% dans un compartiment en hausse de 1,17%, meilleure progression sectorielle en Europe. Selon Bloomberg, le nouveau CEO de KPN a l'intention de reprendre la politique d'acquisitions à l'étranger. Maximo Ibarra, qui prend les commandes de l'entreprise en avril prochain, est à la recherche de cibles potentielles, comme Proximus, TDC A/S ou Elisa.

  • KPN pourrait reprendre sa politique d'acquisitions, Proximus accélère

    Proximus a brutalement accéléré ses gains en fin de matinée, pour progresser pour l'instant de 3,44%.

    Selon Bloomberg, le nouveau CEO de KPN a l'intention de reprendre la politique d'acquisitions à l'étranger, mettant un terme à la politique de désinvestissement de ces dernières années tout en privilégiant l'amélioration du réseau en fibre optique domestique.

    Maximo Ibarra, qui prend les commandes de l'entreprise en avril prochain, est à la recherche de cibles potentielles, comme Proximus, TDC A/S ou Elisa, dans l'optique de créer une structure capable de faire face à la concurrence croissance en Europe, explique Bloomberg.

  • Les 10 prévisions choc de Saxo Bank pour 2018

    Saxo Bank, spécialiste du trading et de l’investissement en ligne, a publié, comme chaque année, ses 10 prévisions choc pour 2018. Elles se concentrent sur une série d’évènements soi-disant improbables dont le potentiel est sous-estimé mais qui, s’ils se produisaient, pourraient provoquer des ondes de choc sur les marchés financiers.

    • 1. La Fed perd son autonomie et le rendement des Treasuries est plafonné suite à un effondrement du marché obligataire.
    • 2. La Banque du Japon perd le contrôle de sa politique monétaire.
    • 3. La Chine émet des contrats à terme sur le pétrole libellé en CNY (yuan chinois) qui ont un succès fou.
    • 4. La volatilité s’envole suite au soudain krach éclair du S&P 500, qui plonge de 25%.
    • 5. Le vote des électeurs américains s’oriente à gauche pour les élections de mi-mandat en 2018.
    • 6. Le centre de gravité de l'Union européenne se déplace de l’axe franco-allemand vers le groupe de Visegrád. Les conséquences pour l’euro seront dramatiques.
    • 7. Le Bitcoin poursuit sa hausse en 2018 atteindre jusqu'à 60.000 dollars, mais la Russie et la Chine orchestrent ensemble un crash.
    • 8. L’Afrique du Sud renaît après le “Printemps africain”.
    • 9. Tencent détrône Apple comme leader sur les marchés en terme de capitalisation boursière.
    • 10. Les femmes s’emparent du pouvoir dans les entreprises.

  • Le bitcoin dépasse les 15.000 dollars

    Malgré le pirate de la plateforme NiceHash, le cours du bitcoin poursuivait son envolée au point de dépasser pour la première fois de son histoire le seuil des 15.000 dollars, à la faveur d'un bond de plus de 50% en une semaine.

    La monnaie virtuelle a atteint 15.075,02 dollars, son nouveau record historique, avant de revenir tourner autour du seuil des 15.000 dollars, selon des données compilées par l'agence Bloomberg.

  • Recommandation d'achat sur Solvay

    "Market moving" équivaut à une recommandation d'achat de la société italienne Equita SIM. Avec un objectif de cours de 160 euros sur 12 mois, l'analyste Massimo Bonisoli est aussi le plus positif pour Solvay . Il y a deux semaines, JPMorgan avec ajusté son conseil à "conserver". Actuellement, il y a 9 recommandations d'achats sur Solvay selon Bloomberg.

  • Le point sur les marchés en début de matinée

    1. Les marchés européens évoluent en légère hausse jeudi matin, dans un marché soutenu par le rebond partiel à Wall Street et par la poursuite du mouvement de repli de l'euro face au dollar. La devise européenne vaut 1,1794 dollar contre 1,1896 à la fin de la semaine dernière.

    2. Aux alentours de 9h45, Francfort gagne 0,25%, Amsterdam ,20%, Paris 0,18% et Londres 0,17%.

    3. Côté indicateurs, la production industrielle allemande a désagréablement surpris en octobre, reculant de 1,4% sur un mois alors que les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset attendaient un rebond de 0,75%.

    4. Steinhoff plonge encore de 23,80% sur fond de scandale comptable.

    5. Deuxième plus forte baisse du Stoxx 600 après Steinhoff, bpost lâche 3,80%, pénalisée par le détachement de coupon qui donne droit à un dividende de 1,06 euro brut.

    6. Ladbrokes Coral s'envole de 27% alors que le bookmaker britannique GVC Holdings, l'un des leaders des jeux de hasard en ligne en Grande-Bretagne et propriétaire de marques comme Bwin et Sportingbet, est en discussions pour le racheter.

    7. Parmi les plus fortes hausses sectorielles, le compartiment technologique avance de 0,33%, dans le sillage du rebond du secteur mercredi soir à Wall Street après une séquence de prises de bénéfices.

  • Degroof Petercam réduit son conseil sur la SIR WEB

    Degroof Petercam réduit son conseil sur la société immobilière cotée Warehouses Estates Belgium (WEB) à "conserver" contre "accumuler". L'objectif de cours est de 64 euros.

  • Smartphoto convoité

    Marc Coucke et l'entrepreneur de vêtements Etienne Kaesteker ont renforcé de manière systématique leurs positions au sein de Smartphoto au cours des dernières semaines, à travers des achats d'actions, selon des documents de la FSMA.

    Kaesteker a réalisé ces dernières semaines une douzaine de transactions sur 84.000 actions Smartphoto pour près de 211.000 euros. Smartphoto - anciennement connu sous le nom de Spector - est une ancienne participation de l'entrepreneur qui est à l'origine de la chaîne de vêtements E5 Mode. Il détient maintenant 17,25% de Smartphoto.

    Coucke a également été actif au cours des dernières semaines. Il a fait trois achats pour près de 300 000 euros. À la fin d'octobre, il était déjà devenu évident qu'il s'intéressait de plus en plus au groupe des services de photographie.

    Coucke est entré dans Smartphoto il y a un an. Il a d'abord acheté une participation de 3,5%. Au début de cette année, il l'a augmenté à 12,53%. Entre-temps, il en détient déjà 14,4%. Smartphoto est l'une de ses cinq valeurs favorites pour 2017. Pour le moment, l'action a perdu 1,5% depuis le 1er janvier.

  • Bpost : l'action perd 3,66% à 25,13 euros, mais le titre est coté ex-dividende de 1,06 euro brut.

  • | Opening Bell |

    • Bruxelles: +0,04%
    • Amsterdam: +0,16%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: +0,09%
    • DJ Stoxx 600: +0,06%

  • Le bitcoin poursuit sa marche en avant, une plate-forme piratée

    La progression du bitcoin ne semble plus connaître d'arrêt. Le cours de cette monnaie virtuelle a ainsi franchi la nuit passée la barre des 14.000 dollars. En un mois de temps, elle a gagné déjà plus de 40% de sa valeur. Mais cette marche en avant a également un revers. On a en effet appris jeudi qu'un site de minage de bitcoins NiceHash avait été piraté.

    L'entreprise est encore en train de mener l'enquête sur le nombre de codes de bitcoins dérobés par les criminels. Ceux-ci pourraient avoir mis la main sur un porte-monnaie électronique de 60 millions de dollars. La plateforme a été mise à l'arrêt pour 24 heures.

  • "Les indices européens devraient ouvrir sans réelle tendance dans le sillage de la clôture des indices américains, les investisseurs étant quelque peu fébriles avant une potentielle fermeture des administrations américaines et la publication des chiffres de l'emploi américain demain vendredi."
    Les experts de Mirabaud Securities Genève

  • A l'agenda ce jeudi

    → A la Bourse de Bruxelles

    Bpost : cotation ex-dividende de  1,06 euro brut
    Brederode : déclaration intermédiaire pour le troisième trimestre (après bourse)
    Sapec : offre de reprise à 60 euros par action par Soclinpar. Jusqu’au 15 décembre
     
    → Indicateurs

    • Chine: Réserves de change en novembre
    • USA : inscriptions hebomadaires au chômage
    • Zone euro: PIB détaillé 3T

  • 160.000 canettes à l'heure pour l'usine chinoise d'AB InBev

    AB InBev parie beaucoup sur le marché chinois. Elle vient ainsi d'inaugurer une nouvelle usine capable de produire 1,5 million de tonnes de bière par an, la plus grande installation de ce type en Asie-Pacifique. Les technologies employées permettent de produire 160.000 canettes par heure, une cadence deux fois plus élevée que les chaînes de production précédentes, selon le brasseur.

     

  • Mithra cède sa filiale française

    Mithra annonce avoir cédé sa filiale française, Mithra France. La vente consiste en deux accords, a précisé dans un communiqué la société liégeoise spécialisée dans la santé féminine.

    Un premier contrat a été conclu avec Laboratoire CCD, un acteur français du même secteur que Mithra. Il concerne le transfert des autorisations de mise sur le marché pour 4 produits, dont le Tibelia, le produit de Mithra à base de tibolone pour le soulagement des symptômes postménopause et la prévention de l'ostéoporose chez les femmes ménopausées.

    En deuxième lieu, l’entreprise biopharma a conclu un accord de vente pour Mithra France avec Theramex, au titre duquel Theramex reprendra la filiale, y compris sa licence pharmaceutique.

    Les détails financiers de ces accords n’ont pas été divulgués.

  • Le bitcoin au-delà des 14.000 dollars

    Pendant votre sommeil, le bitcoin a continué d'augmenter. Les caps de 13.000 et de 14.000 dollars ont tous deux été dépassés hier soir. Nous commençons à envisager de ne plus mentionner systématiquement dans ce live blog les hausses 1.000 dollars. Converti, un bitcoin vaut aujourd'hui plus de 12.000 euros.

  • Hausse prudente en vue en Europe, retour du risque politique

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues en hausse prudente à l'ouverture sur fond de regain des tensions géopolitiques autour du Proche-Orient et de la péninsule coréenne.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien et le FTSE à Londres pourraient gagner autour de 0,1% en début de séance, le Dax à Francfort progressant pour sa part de 0,2%.

    3. La communauté internationale s'est élevée mercredi contre la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale de l'Etat d'Israël en dépit des multiples mises en garde adressées au président américain. Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunira vendredi à la demande de huit Etats pour en débattre.

    4. Les tensions sont vives également entre Washington et la Corée du Nord, dont le ministère des Affaires étrangères a affirmé que les menaces américaines
    rendaient une guerre inévitable.

    5. La Bourse de Tokyo a fini jeudi en nette hausse, les investisseurs reprenant goût au risque après les prises de bénéfices de la veille.

    6. Du côté des ressources de base, le cuivre reprend 0,4% à 6.578 dollars la tonne mais reste proche du creux de deux mois à 6.507,5 dollars touché mercredi.

    7. Sur le marché des changes, le dollar se maintient à proximité d'un pic de deux semaines face à un panier de devises de référence dans l'attente de nouveaux développements sur le dossier de la réforme fiscale promise aux marchés par Donald Trump.

  • Tokyo finit en nette hausse

    La Bourse de Tokyo a fini en nette hausse, les investisseurs reprenant goût pour le risque après les prises de bénéfices de la veille.

    L'indice Nikkei a pris 320,99 points (1,45%) à 22.498,03 points et le Topix, plus large, a gagné 1,18% ou 20,83 points, à 1.786,25 points.

    La tendance a été soutenue notamment par le poids lourd de la cote Fast Retailing, propriétaire de l'enseigne Uniqlo, dont le titre a progressé de 2,37%.

    Le secteur pharmaceutique a également apporté sa contribution, son indice sectoriel prenant 1,04%.

  • Wall Street attend le rapport sur l'emploi

    La Bourse de New York a clôturé sans direction mercredi, marquant une pause faute d'événement économique majeur.

    Le Dow Jones a perdu 0,16% à 24.140,91 points. Le Nasdaq a gagné 0,21% à 6.776,38 points. Le S&P 500 a reculé de 0,3 point à 2.629,27 points. Les trois indices ont oscillé entre pertes et gains pendant toute la séance.

    Il ne s'est vraiment pas passé grand-chose sur les marchés, les investisseurs patientant avant la diffusion vendredi du rapport sur l'emploi.

  • Nouvelle édition du Market Live. Nous sommes le jeudi 7 décembre. Bonne journée à toutes et tous!

     

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content