AirBnB prépare son arrivée sur le Nasdaq

©REUTERS

La plateforme de location de logements a introduit un dossier pour une cotation sur l’indice phare des valeurs technologiques, mais reste encore floue sur le calendrier de son IPO.

AirBnB a annoncé ce mardi qu’elle avait choisi de se faire coter sur l’indice technologique Nasdaq. La plateforme de location de logement a déposé en toute confidentialité au mois d’août dernier une demande d'introduction en bourse auprès de la SEC, l’autorité américaine des marchés. Aucun calendrier n’a toutefois été précisé pour le moment.

Cette décision de se faire coter sur le Nasdaq, avec une telle valorisation, met surtout en évidence l’optimisme retrouvé de la société par rapport au printemps dernier.

Plus tôt ce mois-ci, l’agence Reuters avait déjà rapporté que la société basée à San Francisco visait une IPO d’ici la fin de l’année afin de lever quelque 3 milliards de dollars, ce qui la valoriserait à plus de 30 milliards de dollars au total. Une bonne nouvelle pour le Nasdaq, qui est passé à coté de grands noms comme Uber Technologies ou encore plus récemment Snowflake qui lui ont préféré le New York Stock Exchange pour leur cotation.

30
milliards de dollars
La valorisation que pourrait atteindre AirBnB sur le Nasdaq

Une santé retrouvée?

Cette décision de se faire coter sur le Nasdaq, avec une telle valorisation, met surtout en évidence l’optimisme retrouvé de la société par rapport au printemps dernier, lorsqu’elle s’était refinancée en urgence auprès de ses investisseurs alors que les perspectives pour l’industrie du voyage commençaient déjà à s’assombrir fortement en raison de la propagation du coronavirus et des premières mesures de confinement prises un peu partout dans le monde.

Au mois de juillet dernier, son management avait ainsi annoncé à la surprise générale que ses clients avaient réservé plus d’un million de nuits en une seule journée, pour la première fois depuis le début du mois de mars.

AirBnB avait déjà annoncé qu’elle privilégiait une introduction en bourse traditionnelle, alors que les spéculations allaient bon train quant à la possibilité de la voir se faire coter au travers d’une Spac, ces coquilles vides qui visent à acquérir une société pour l’introduire directement en bourse. Les banques d’affaires Morgan Stanley et Goldman Sachs ont été mandatées pour s’en charger.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés