Aramco fait des étincelles pour son entrée en bourse

©REUTERS

L'action Aramco a ouvert au prix de 35,2 ryals à la Bourse de Ryad, soit 10% de plus que le prix de 32 ryals (7,7 euros) fixé par le groupe pétrolier saoudien pour son IPO. Avec ce début en fanfare, la société Aramco est ainsi valorisée à 2.000 milliards de dollars.

+10%. L'action d'Aramco fait fort pour ses débuts à la Bourse de Ryad, confirmant son statut de plus grosse entrée en bourse de l'histoire. Le titre du spécialiste du pétrole a commencé son parcours sur le Tadawul, l'indice de référence saoudien, avec un prix de 35,2 riyals (8,5 euros) l'action contre 32 riyals (7,7 euros), prix initial. 

Et quand un colosse prend 10%, les chiffres donnent vite le vertige. Valorisé à 1.700 milliards de dollars avant sa cotation, Aramco a désormais franchi la barre symbolique des 2.000 milliards de dollars, ce qui en fait la plus grande société cotée au monde et cela alors que les autorités saoudiennes ont fait le choix de ne mettre que 1,5% des parts de la société sur les marchés. Ce mercredi, la performance restait en deçà des attentes du prince hériter Mohammed ben Salmane qui visait la barre "symbolique" des 2.000 milliards. Ce jeudi, l'objectif est donc atteint. 

Un tremplin vers une cotation internationale

Pour son arrivée sur les marchés, le groupe saoudien avait levé le montant record de 29,4 milliards de dollars. Avant cela, c'était le groupe chinois Ali Baba et ses 25 milliards de fonds levés qui avait réalisé la plus grosse IPO de l'histoire.

La Bourse de Ryad profite également de l'arrivée d'Aramco pour intégrer le top 10 des places boursières mondiales. "La cotation d'Aramco ajoutera de la profondeur à ce marché local en offrant une exposition de choix aux autres secteurs de l'économie saoudienne", note Bassel Khatoun, spécialiste des marchés émergents chez Franklin Templeton. Comme de nombreux investisseurs, il attend que  "Saudi Aramco utilise sa cotation sur le Tadawul comme tremplin vers une éventuelle cotation internationale".

Les projets du gouvernement saoudien de lever des fonds supplémentaires avec l'entrée sur une place boursière internationale restent en suspens et l'introduction à Ryad a finalement été fortement axée sur les investisseurs saoudiens et d'autres pays du Golfe. Les autorités tentent désormais de persuader les familles et les institutions fortunées du pays d'acheter des actions d'Aramco en circulation, pour atteindre la barre des 2.000 milliards de dollars en faisant monter le prix du titre, selon un article du Financial Times. Ce jeudi, l'action a encore bondi de 10% et la barre symbolique de 2.000 milliards de dollars a été franchie.

Deux tiers des actions ont été réservés aux investisseurs institutionnels et le gouvernement saoudien a fini par mettre la main à la poche pour assurer le succès de l'opération, qui devait à l'origine permettre de lever des fonds privés afin de les réinjecter dans la diversification économique du royaume. Les organismes gouvernementaux saoudiens ont ainsi représenté 13,2% de la tranche institutionnelle, investissant environ 2,3 milliards de dollars, selon Samba Capital, une des entreprises chargées de piloter l'introduction en Bourse.

©Mediafin

 

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n