Attentisme sur les marchés européens (débriefing actions européennes)

©REUTERS

Les principaux indices boursiers d'Europe ont clôturé sans direction claire. Les investisseurs sont partagés entre de bons indicateurs et la guerre technologique. Marks & Spencer et Ryanair sous pression.

Au terme d'une séance hésitante, les indices boursiers européens ont fini en sens divers. Les investisseurs sont longtemps restés indécis, partagés entre les récents indicateurs conjoncturels qui laissent entrevoir une résistance de la croissance économique en Europe et les inquiétudes au sujet de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, qui s'est muée en guerre technologique.

Sur ce front-là, des informations de l'agence Bloomberg au sujet de mesures américaines susceptibles d'affecter d'autres groupes technologiques chinois après Huawei ont pesé sur les actions. Mais les indices boursiers ont remonté la pente quand le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a déclaré que le président américain Donald Trump rencontrerait les dirigeants chinois à la fin du mois de juin.

En clôture, le CAC 40  a perdu 0,12%, le DAX  a gagné 0,21% et le FTSE 100  a grappillé 0,07%.

Le secteur du détail en difficulté

Parmi les valeurs en vue ce mercredi, Marks & Spencer  a plongé de 9,37% après la publication de résultats annuels 2018-2019 peu convaincants. Le programme de transformation du groupe de distribution alimentaire a pesé sur les ventes durant son exercice clôturé fin mars. Le groupe britannique a prévenu que ce plan continuerait à affecter ses ventes durant l'année en cours. Les dépenses consacrées à cette restructuration en 2019-2020 pourraient dépasser de 400 millions de livres celles qui lui ont été consacrées l'an dernier.

Les déboires de Marks & Spencer ont déprimé l'ensemble du secteur de la vente au détail en Europe. L'action de la chaîne de supermarchés britanniques Sainsbury  a chuté de 3,74%. Le distributeur français Casino  a abandonné 3,40%. Le groupe de prêt-à-porter Next  a perdu 2,47%.

Les actions du transport aérien ont enregistré l'une des plus nettes baisses sectorielles du jour. Dans une note publiée ce mercredi, HSBC met en garde contre les risques pour les compagnies aériennes à bas prix dans un contexte de ralentissement économique accentué par le Brexit. La banque a réduit sa recommandation sur l'action Ryanair de "conserver" à "réduire", avec un objectif de cours diminué à 9,40 euros, contre 12 euros auparavant. L'action Ryanair  a perdu 3%. Dans la foulée, easyJet  a cédé 5,83%.

Publicité
Publicité

Echo Connect