Publicité

Bpost profite des nouvelles ambitions de PostNL

En raison de l'impact du confinement, la distribution de colis et de courrier aux Pays-Bas a enregistré des résultats bien supérieurs aux estimations du marché. ©ANP

Les bourses européennes ont avancé prudemment ce lundi, gardant des réserves pour une semaine très chargée. Les matières premières avaient la cote. PostNL a brillé.

Les grands indices européens ont démarré la semaine en mode mineur. L'agenda calme de la journée de ce lundi a permis aux investisseurs de faire le point avant plusieurs grands rendez-vous les jours à venir. Le marché attend ainsi les décisions de la Réserve fédérale américaine ce mercredi. Les statistiques sur le PIB de la zone euro ou celui des États-Unis seront également scrutées pour mesurer si la reprise économique se confirme ou non. De nombreux résultats d'entreprises vont également animer cette dernière semaine du mois d'avril, avec notamment les bulletins trimestriels des champions technologiques américains, à commencer par Tesla ce lundi soir.

Les principales places européennes ne se sont pas aventurées bien loin de l'équilibre ce lundi. Paris , Francfort et Londres ont mis du temps à prendre la bonne direction. À Bruxelles, le Bel 20 (+1,12%) a fait mieux que ses voisins européens, affichant la plus franche hausse du jour grâce à la progression de KBC (+3,52%), Umicore (+2,07%) et Galapagos (+2,44%).

Les titres liés aux matières premières étaient très recherchés avec des prix pour les métaux de base en forte hausse.

À l'heure où les marchés européens fermaient leurs portes, Wall Street pointait timidement son nez dans le vert. La semaine dernière les trois grands indices new-yorkais avaient affiché un bilan hebdomadaire négatif, une première depuis la mi-mars pour le Dow Jones , le Nasdaq et le S&P 500.

Le bitcoin s'est ressaisi après sa correction à plus 20% subie la semaine dernière en réaction des rumeurs de taxation. La plus connue des monnaies virtuelles est repassée ce lundi au-dessus des 50.000 dollars, gagnant plus de 11% sur la journée.

Le secteur auto paralysé

Sur les marchés européens, les titres liés aux matières premières étaient très recherchés. Les prix des métaux de base poursuivent en effet leur envolée alors que la demande est repartie à la hausse depuis le dernier trimestre 2020. Le cuivre a ainsi retrouvé son plus haut niveau en dix ans et le palladium bondit de record en record.

250
millions d'euros
PostNL vise désormais un Ebitda d'au moins 250 millions d'euros pour l'ensemble de son exercice 2021. Les précédentes estimations ne dépassaient pas les 225 millions d'euros.

La tendance était moins réjouissante pour le compartiment auto. Le secteur a mis de nombreuses chaînes d'assemblage en sourdine à cause de la pénurie des semi-conducteurs. Selon le Financial Times, Volkswagen (-0,89%) prépare le terrain pour annoncer à ses équipes une nouvelle diminution de la production au deuxième trimestre. Ses concurrents allemands comme BMW et Daimler ont mieux tenu la route. À Paris aussi où Renault a pris 1,75%.

Les valeurs liées au tourisme ont repris des couleurs. Selon la cheffe de l'exécutif européen, Ursula von der Leyen, les Américains ayant été vaccinés contre le Covid-19 devraient être autorisés à se rendre dans l'Union européenne cet été. Une perspective qui a fait monter les titres des compagnies aériennes et de leurs sous-traitants. Exemple à Londres où IAG , la maison mère de British Airways, a gagné 4,12% et le motoriste Rolls Royce a vrombi de plus de 5%.

Bpost a profité des résultats meilleurs que prévu de son concurrent PostNL.

Effet ricochet sur bpost

Sur le Bel 20, AB InBev (-0,26%) faisait partie des rares perdants du jour avec Elia (-0,83%). UCB (+0,30%) a résisté alors que deux brokers ont réduit leur objectif de cours sur le groupe pharma.

Hors Bel 20, bpost  (+2,31%) a profité des résultats meilleurs que prévu de son concurrent PostNL (+8,51%). Le postier néerlandais a fait mieux que prévu au premier trimestre et relève ses ambitions pour le reste de l'année.

La banque ING a relevé son objectif de cours pour Barco à 20 euros, contre 17 euros précédemment. Les analystes saluent le carnet de commandes bien fourni du spécialiste flamand de l'imagerie qui a gagné 4,84% à 20,56 euros.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés