Publicité

Danone parle d'inflation, les investisseurs avalent de travers

©Tim Dirven

Le groupe français retrouve progressivement son chiffre d'affaires d'avant la crise covid. Mais il doit faire face à une hausse des coûts de plus en plus forte.

Le débat sur l'inflation rend les investisseurs nerveux et la moindre évocation d'une hausse de prix/coûts par une société cotée se traduit souvent par des prises de bénéfices. Le géant français de l'agroalimentaire Danone l'a appris à ses dépens ce mardi. Son action a perdu jusqu'à 3% à la Bourse de Paris.

6,16
milliards d'euros
Le chiffre d'affaires net de Danone s'élève à 6,16 milliards d'euros au troisième trimestre 2021, contre 5,82 milliards un an plus tôt.

Son rapport trimestriel démarrait pourtant sur de bonnes bases. Le propriétaire des marques Evian, Volvic ou encore Activia a enregistré un chiffre d'affaires net de 6,16 milliards d'euros entre juillet et septembre, ce qui représente une croissance de 3,8% à données comparables par rapport au troisième trimestre 2020. C'est légèrement mieux que les 3,6% espérés en moyenne par les analystes.

Qui plus est, les trois pôles du groupe affichent une performance positive. Les ventes de sa principale division – produits laitiers et d’origine végétale – ont progressé de 4,1% en données comparables, à 3,27 milliards d'euros. Celles de la nutrition spécialisée ont augmenté de 2,9% (1,7 milliard) et celles des eaux de 4,6% (1 milliard).

Baisse des volumes et hausse des coûts

Mais l'affaire se corse lorsque l'on s'attarde sur les volumes. Dans l'ensemble, ils ont reculé de 0,8% sur un an. Danone fait état de "difficultés logistiques et de perturbations au sein de la chaîne de distribution, qui entravent la capacité de l'entreprise à produire et à servir la demande des consommateurs". Sa branche nutrition spécialisée est particulièrement touchée, avec une baisse de 5,3% en termes de volumes.

"Si, au départ, [l'inflation] concernait surtout le coût des matières premières, elle s'est généralisée et affecte désormais l'ensemble de notre chaîne d'approvisionnement, dans de nombreuses régions du monde."
Juergen Esser
Directeur général finances de Danone

Autre point d'achoppement: la hausse des coûts. "À l'image de l'ensemble de notre secteur, et même au-delà, nous sommes touchés par l'accélération de l'inflation", indique le directeur général finances de Danone, Juergen Esser, dans le communiqué. "Si, au départ, l'inflation concernait surtout le coût des matières premières, elle s'est généralisée et affecte désormais l'ensemble de notre chaîne d'approvisionnement, dans de nombreuses régions du monde."

Selon lui, la hausse des coûts devrait atteindre 9% au second semestre, contre 7% pour la première partie de l'année. Sont affectés les prix du lait, des ingrédients, des emballages et des coûts logistiques.

Malgré cela, Danone table encore sur "un retour à la croissance rentable au second semestre", et une marge opérationnelle courante 2021 "globalement en ligne avec celle de 2020". Mais Juergen Esser prévient que, pour 2022, la situation "sera similaire à celle de 2021, voire peut-être pire". "Cela dépendra en grande partie de ce qui se passe dans les chaînes d'approvisionnement mondiales."

En bref

> Capitalisation boursière: 38 milliards d'euros

> Performance depuis le début de l'année: +4,04%

> Ratio cours-bénéfices: 18,17

> Rendement brut du dividende: 3,47%

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés