Démarrage en trombe pour Stellantis (Débriefing actions étrangères)

©Photo News

L'Europe des marchés a terminé en ordre dispersé. Marche arrière forcée pour le titre Carrefour. Infineon et ses semi-conducteurs étaient à l'inverse très recherchés.

Les places boursières européennes ont eu du mal à prendre une direction claire ce lundi alors que les marchés américains sont restés fermés pour la célébration du Martin Luther King Day.

La cote a pu apprécier l'accélération de la croissance chinoise au quatrième trimestre. Le PIB chinois a grimpé de 6,5% en rythme annuel. Les analystes misaient sur un chiffre tournant autour des 6,1%.

La bonne tenue de l'économie chinoise n'a pas enthousiasmé les acteurs de marché en Europe. Il faut dire que l'agenda du jour, pauvre en indicateur économique, n'a pas permis aux investisseurs européens de prendre des risques démesurés avant une semaine chargée avec notamment une pluie de résultats d'entreprise, l'investiture de Joe Biden ou encore les réunions de la Banque du Japon et de la BCE.

Le CAC 40 (+0,10%), plombé par Carrefour, a fait du surplace. Le Dax allemand (+0,44%) a signé son retour au-dessus des 13.800 points. Le FTSE 100 de Londres (-0,22%) a été pénalisé par son secteur aérien en forte baisse après la décision de Boris Johnson d'imposer une quarantaine à tous les voyageurs sans exception entrant dans le pays.

Carrefour s'est pris les pieds dans le tapis après la confirmation de l'arrêt des discussions de mariage avec le canadien Couche-Tard en raison de l'opposition du gouvernement français à un tel rapprochement. L'action Carrefour (-6,92%) est pratiquement redescendue à son niveau d'avant les premières informations sur le projet d'alliance.

Le feuilleton Veolia-Suez a une nouvelle fois capté l'attention des investisseurs parisiens. Suez a glané 3,24% après la présentation dimanche d'une proposition alternative de deux fonds d'investissements pour contrer la tentative de rachat hostile de Veolia . Ce dernier a lâché 1,77%.

Sur le Dax de Francfort, Infineon a joué les premiers rôles. Le titre du fabricant de semi-conducteurs a chauffé de 2,79% après le relèvement de la recommandation des analystes de Goldman Sachs qui passent à l'achat sur le numéro un mondial du marché des composants pour cartes à puce. Sur les six deniers mois, Infineon a grossi de plus de 50% en bourse.

Sur le marché d'Amsterdam, les actionnaires d'Akzo Nobel (-2,52%) se sont montrés préoccupés par la proposition du premier producteur mondial de peintures de racheter son concurrent finlandais Tikkurila pour 1,4 milliard d'euros, soit un peu plus que les 1,24 milliard offerts il y a deux semaines par le groupe américain PPG Industries. Pour rappel, ce dernier avait lancé en 2017 une OPA hostile de 27 milliards d'euros sur Akzo Nobel qui s'est soldée par un échec après 3 approches rejetées.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés