Des fusions qui animent un marché terne (débriefing actions européennes)

©ANP

BME et Qiagen ont fortement progressé alors que les candidats acquéreurs se multiplient autour des deux sociétés. Volkswagen chute après la révision à la baisse de ses prévisions de ventes.

Les Bourses européennes ont terminé en légère baisse, sur fond d'inquiétudes sur les tensions commerciales. La pause qui se dessine pourrait s'expliquer en outre par une respiration logique après la progression récente des indices. L'indice large européen Stoxx 600 est ainsi à moins de 2% de son record établi en avril 2015. 

À Paris, l'indice CAC 40 a  cédé 0,16%.  À Francfort, le DAX a lâché 0,36% et à Londres, le FTSE a stagné. L'indice Euro Stoxx 50 de la zone euro a abandonné 0,32%, le FTSEurofirst 300 0,16% et le Stoxx 600 a perdu 0,12%.

Du côté des valeurs, des fusions et acquisitions sont venues animer la tendance. Bolsas y Mercados Espanoles (BME) a signé une progression de 37,95% après l'offre amicale déposée par Six Group, l'opérateur de la Bourse de Zurich, qui valorise la société à 2,843 milliards d'euros. Euronext, le groupe qui gère les Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne, Dublin et Oslo, a aussi indiqué avoir entamé des discussions avec BME.

Qiagen a grimpé de 8,51% alors que la société a indiqué que d'autres candidats acquéreurs se sont manifestés pour venir concurrencer Thermo Fisher Scientific. Jeudi dernier, l'agence d'informations financières Bloomberg avait révélé que le fabricant américain d'équipements de laboratoire s'intéressait à un rachat de l'entreprise hollandaise de tests. Les analystes de Berenberg estiment que le titre Qiagen pourrait grimper à 50 euros en cas de rachat. 

Demant a pris 6,85% après  avoir annoncé la relance de son programme de rachat d'actions de 1,2 milliard de couronnes danoises, arrêté en septembre suite à une cyberattaque.

L'assureur Aviva a chuté de 4,81% et entraîné dans son sillage les autres assureurs comme Old Mutual après avoir annoncé qu'il conserverait ses activités en Chine et à Singapour suite à une révision. Beaucoup d'analystes estimaient que le groupe vendrait ses filiales chinoises et singapouriennes pour rembourser sa dette ou rétribuer les actionnaires. 

Volkswagen a perdu 4,42% après avoir revu à la baisse ses prévisions de ventes pour 2020 en raison de l'affaiblissement de la demande en Chine.

Peugeot a lâché 3,7% alors que Deutsche Bank a abaissé à "conserver" sa recommandation, estimant que le constructeur automobile prend trop de risques avec le rachat de Fiat Chrysler. 

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés