Des sociétés endettées fort malmenées (Débriefing actions européennes)

Les Bourses européennes inquiètes d'une récession. ©EPA

Les sociétés très endettées ont été malmenées, tout comme le secteur de l'industrie. Inditex et Tarkett coupent dans leur dividende.

Les bourses européennes ont terminé en baisse mercredi, les doutes sur la capacité des États à faire face à la crise économique et financière déclenchée par le coronavirus décourageant toute tentative de rebond tout en alimentant la raréfaction de la liquidité.

À Paris, le CAC 40 a perdu 5,94%. À Londres, le FTSE 100 a cédé 4,05% et à Francfort, le Dax a reculé de 5,56%.

L’indice EuroStoxx 50 a accusé une baisse de 5,72%, le FTSEurofirst 300 de 4,25% et le Stoxx 600 de 3,92%. 

La quasi-totalité des secteurs de la cote européenne a perdu plus de 2% et la baisse a atteint 7,39% pour celui des valeurs industrielles, qui souffre entre autres des commentaires négatifs de JPMorgan sur les perspectives du secteur de l’aéronautique avec la chute du trafic aérien.

Airbus a chuté ainsi de 22,17%, Safran de 22,87%, le motoriste Rolls-Royce de 10,84%.

Les sociétés cotées lourdement endettées ont elles aussi affiché une forte baisse: à Paris par exemple, EDF a décroché de 13,38%.

H&M a perdu 7,88% après l'annonce de la fermeture de ses magasins pendant 2 mois en Europe et en Amérique du Nord au cours du deuxième trimestre. Suite à cette annonce, Crédit Suisse a réduit ses prévisions de bénéfices par action sur 2020 de 53%.

Inditex a lâché 1,61%. Le propriétaire de la chaîne de vêtements Zara a décidé de suspendre la distribution de son dividende 2019, alors que la moitié de ses magasins dans le monde sont fermés à cause de l'épidémie. Il a publié un bénéfice net pour l'exercice décalé 2019 en hausse de 6%, mais amputé par l'impact de la pandémie de nouveau coronavirus.

Tarkett a reculé de 0,6%. Le fabricant de revêtements de sols Tarkett a lui aussi annoncé qu'à titre exceptionnel, il supprimera son dividende prévu en 2020, pour protéger sa trésorerie dans le contexte de la crise liée à la pandémie de Covid-19. 

Parmi les baisses sectorielles les moins marquées, le compartiment des télécoms a profité de son statut défensif: Orange a gagné 6,82% à Paris, BT Group 4,79% à Londres, Telecom Italia 9,94% à Milan. 

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés