Des valeurs pétrolières en progression et des résultats bien accueillis (débriefing actions européennes)

©AFP

Le secteur pétrolier a progressé suite à la remontée des prix du brut. John Wood se distingue grâce à une note de Bernstein. Le secteur de la chimie recule.

Les Bourses européennes ont clôturé sans beaucoup de variation comme lors de la séance précédente. Elles ne sont pas parvenues à tirer profit des signaux envoyés par Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale américaine, en faveur d'une baisse des taux d'intérêt.

À Paris, le CAC 40 a lâché 0,28% alors qu'à Francfort, le DAX a cédé 0,31% et qu'à Londres, le FTSE a abandonné 0,25%.

L'Euro Stoxx 50 de la zone euro a perdu 0,16% et le Stoxx 600 0,12%.

Le secteur du pétrole et du gaz se place en tête du Stoxx 600 avec un gain de 0,90%, porté par les cours du brut. A Paris, TechnipFMC a occupé la première place du CAC 40 avec un gain de 1,26%. A Londres, John Wood a progressé de 5,17%, alors que Bernstein a placé la valeur parmi ses top picks pour le secteur pétrolier, en citant "une combinaison de revenus solides, de révisions à la hausse des bénéfices et une valorisation attractive".

La plus forte progression du Stoxx 600 revient à la firme pharmaceutique allemande Gerresheimer, qui a pris 13,76% suite à la publication de ses résultats du deuxième trimestre, en ligne avec les attentes des analystes.

Le britannique Reckitt-Benckiser a avancé de 2,32% après avoir décidé de régler 1,4 milliard de dollars pour mettre fin aux enquêtes fédérales américaines sur un traitement de l'addiction aux opioïdes commercialisé par son ancienne filiale pharmaceutique Indivior , scindée il y a cinq ans. Indivior a flambé de 6,73% après avoir relevé ses prévisions pour les ventes et les bénéfices, en raison d'une demande soutenue pour son médicament de substitution, le Suboxone.

En revanche, le secteur de la chimie a perdu 0,60%, pénalisé par Sika. Le titre a lâché 3,99% suite à une baisse de recommandation chez deux analystes. Vontobel a abaissé sa recommandation à "conserver" contre "acheter" et UBS a changé à "vendre" contre "neutre" sa note sur le titre. L'analyste Patrick Rafaisz, chez UBS, souligne que la valorisation de l'action est élevée. "A ce niveau, soit les bénéfices doivent grimper plus rapidement que prévu, soit l'action va corriger", indique-t-il.

En baisse, Suedzucker, propriétaire en France de Saint-Louis Sucre, a cédé 1,20% après avoir fait état d'une chute de 40% de son bénéfice trimestriel en raison de l'effondrement mondial des cours du sucre.

Publicité
Publicité

Echo Connect