Deutsche Bank sanctionnée, PSA et FiatChrysler décollent (Débriefing actions européennes)

©REUTERS

Les résultats décevants de Deutsche Bank et Crédit Suisse ont pesé sur le secteur bancaire européen. L'annonce de discussions entre PSA et FiatChrysler fait bondir les deux titres.

Les Bourses européennes ont terminé dans le désordre dans l'attente de plusieurs indicateurs économiques importants et les annonces de la Réserve fédérale américaine. Plusieurs résultats de sociétés sont venus animer la séance.

À Paris, le CAC 40 a gagné 0,45%. À Francfort, le Dax a  perdu  0,23%, et à Londres, le FTSE a pris 0,37%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a avancé de 0,21%, l'EuroStoxx50 de la zone euro a reculé de 0,1% et le Stoxx 600 a pris 0,06%.

Les résultats de Deutsche Bank et Crédit Suisse ont pesé sur le secteur bancaire européen (-1,98%). Deutsche Bank a publié pour le deuxième trimestre consécutif une perte nette de 832 millions d'euros au troisième trimestre en raison des coûts liés à sa vaste restructuration et des faibles revenus tirés de son activité sur les marchés obligataires. Le titre a lâché 7,93%. 

Crédit Suisse a perdu 2,63% après avoir été prudente sur les perspectives, disant s'attendre à "l'habituel ralentissement saisonnier" au dernier trimestre tout en indiquant que les incertitudes, notamment la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine mais aussi le Brexit, pourraient peser sur les décisions d'investissement en 2020 et 2021. 

Les bonnes nouvelles du côté du secteur automobile n'ont pas suffi à compenser l'impact négatif du secteur bancaire en Bourse. PSA s'est envolé  de 4,53% à Paris et Fiat Chrysler a  bondi de 10,09% à Milan, les deux constructeurs automobiles ayant confirmé avoir engagé des discussions visant à créer un leader automobile mondial.

Le groupe Renault , qui a longtemps été en discussion avec le constructeur italo-américain, a lui accusé une perte de 4,02%. Autre baisse notable dans le secteur automobile, celle du fabricant de pneus italien Pirelli , qui a chuté de 9,92% après avoir abaissé ses prévisions annuelles. 

L'Oreal  s'est adjugé 7,56%, à un plus haut record, la forte demande en Asie ayant permis au géant mondial des cosmétiques de dégager au troisième trimestre une croissance de ses ventes supérieure aux attentes.

X-Fab a chuté de 6,71% après des résultats du troisième trimestre, en dessous des attentes du marché, et jugés "faibles" par les analystes de NBIC. Michael Roeg chez Degroof Petercam estime que le groupe ne reviendra à la rentabilité qu'en 2021 au lieu de 2020.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n