Deutsche Wohnen plombe les valeurs immobilières (Débriefing actions européennes)

©Bloomberg

Les marchés d’actions en Europe ont connu une séance mitigée après la BCE. Renault chute après le refus de Fiat Chrysler pour une fusion.

Les Bourses européennes terminent en ordre dispersé, dans un marché refroidi par la prudence de la Banque centrale européenne qui a décidé de continuer à maintenir ses taux au plus bas pour encore au moins un an.

A Paris, le CAC 40 a perdu 0,26%. A Francfort, le Dax a reculé de 0,23%, mais à Londres, le FTSE100 a progressé de 0,55%. L’indice Euro Stoxx 50 a légèrement baissé de 0,12% et le Stoxx 600 a stagné.

Du côté des valeurs, Renault a chuté de 6,41%, sa plus forte baisse en une séance depuis novembre, après la décision par Fiat Chrysler , qui a stagné en Bourse, de retirer son offre de fusion à 30 milliards d'euros avec le constructeur français.

Volkswagen a reculé de 0,66%. Le constructeur a dévoilé un plan d'économies légèrement moins vaste que prévu, avec 4.000 suppressions d'emplois, contre 5.000 à 7.000 prévues par l'entreprise précédemment. Les autres valeurs automobiles étaient également dans le rouge: BMW a baissé de 1,08% et Daimler de 1,53%. L'équipementier Continental a perdu 0,61%.

Après une ouverture positive en réaction à ses résultats annuels supérieurs aux attentes, Remy Cointreau s'est retourné à la baisse et a lâché 3,1%. Les analystes de Liberum évoquent notamment un free cash flow nettement inférieur à leurs prévisions, ainsi qu'un résultat net publié et une dette nette sous les attentes.

A Londres, Taylor Wimpey a chuté de 7,48% et Vodafone de 3,85%. Les deux titres cotaient ex-dividende.

A Francfort, Deutsche Wohnen, le plus gros propriétaire immobilier allemand, a perdu 7,73% sur des craintes que Berlin ne gèle les montants des loyers pendant cinq ans afin de répondre à une hausse des prix du logement. Ce recul a pesé sur l’indice sectoriel de l’immobilier en Europe (-2,22%) lanterne rouge du Stoxx 600. Vonovia, un autre groupe immobilier allemand, a lâché 6 ,41%.

Commerzbank a reculé de 1,28 % après la publication d'informations de presse selon lesquelles l'Allemagne et les Pays-Bas discutent d'un possible rapprochement entre la deuxième banque allemande et le groupe néerlandais ING.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés