Publicité

Didi, le Chinois qui vient snober Uber à Wall Street

Cheng Wei, le CEO de Didi Chuxing, peut compter sur le soutien d'actionnaires bien connus; comme les Chinois de Tencent et Ali Baba. Apple, le fonds nippon Softbank et même Uber. Ce dernier a préféré monter dans le capital de son rival plutôt que de le concurrencer sur les routes. ©REUTERS

Le géant chinois des VTC s'apprête à débarquer à la Bourse de New York. Didi Chuxing pourrait même être la plus grosse IPO de l'année à Wall Street.

Ce n'est pas tous les jours qu'un nouveau venu ambitionne de lever 10 milliards de dollars pour son arrivée à Wall Street. Le mastodonte en question, c'est Didi Chuxing, l'application la plus utilisée en Chine pour "prendre un Uber".

100
Milliards $
Didi Chuxing n'a pas révélé la taille de l'offre. Mais selon l'agence Reuters, la société pourrait lever environ 10 milliards de dollars et chercher une valorisation proche de 100 milliards de dollars.

Autrement dit, Didi, c'est le groupe technologique derrière l'application de véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) qui occupe pratiquement tout le marché chinois et qui revendique sur les quinze pays où elle est active près d'un demi-milliard d’utilisateurs.

Elle avait "bouté" le rival américain Uber hors de Chine il y a cinq ans en lui livrant une concurrence acharnée. Uber avait alors décidé de monter dans le capital de Didi Chuxing au lieu de se bagarrer sur les routes. Les Américains détiennent à présent un peu moins de 13% de l'application de VTC, contre 20% au moment de la "fusion" de leurs activités chinoises.

Un colosse de plus à Wall Street

Ce jeudi, Didi a déposé son dossier pour être coté à Wall Street sans préciser la taille de l'offre. Le montant indiqué à titre informatif est de 100 millions de dollars. Le chiffre pourrait fortement changer quand le groupe chinois divulguera les conditions de la vente d'actions.

Malgré son jeune âge, Didi Chuxing a très rapidement pu compter sur le soutien de grands noms de la technologie.

Selon l'agence Reuters, des sources au courant des tractations situent la levée de fonds accompagnant son IPO autour de 10 milliards de dollars avec une valorisation proche des 100 milliards de dollars. D'autres sources parlent d'une valorisation de 70 milliards de dollars. À titre de comparaison, la capitalisation boursière d'Uber est d'environ 92 milliards de dollars.

À cette valorisation, l'IPO de Didi serait la plus importante offre d'actions chinoises à Wall Street depuis qu'Alibaba y a levé 25 milliards de dollars en 2014.

Des actionnaires influents

Malgré son jeune âge, Didi Chuxing a très rapidement pu compter sur le soutien de grands noms de la technologie. AliBaba (qui employait le cofondateur de Didi) et Tencent étaient là dés le début en 2015, soutenant une société présidée par la fille du fondateur de Lenovo.

Son arrivée à Wall Street prouve que l'écosystème "tech" de Chine est en pleine ébullition.

Les appuis se trouvent aussi hors des frontières chinoises. Didi est l'un des plus gros investissements du portefeuille du fonds japonais SoftBank. Apple est aussi entré dans la danse en 2016.

Son arrivée à Wall Street prouve que l'écosystème "tech" de Chine est en pleine ébullition. L'application Kuaishou a levé plus de 6 milliards de dollars lors de son entrée en bourse à Hong Kong en janvier, tandis que ByteDance devrait elle-même lancer une cotation dans le courant de l'année.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés