Publicité

Ericsson en méforme à cause de l'inflation

Le groupe de télécoms a déçu les investisseurs en invoquant une hausse de ses coûts. ©REUTERS

Le secteur des télécoms a ployé sous les résultats décevants d'Ericsson et de Tele 2. Les investisseurs se sont interrogés sur l'impact de la crise de l'énergie sur les sociétés.

Les marchés d'actions ont terminé sur une légère hausse, dans un contexte de manque de convictions chez les investisseurs. Le Stoxx 600 a pris 0,38%. Une fois de plus, le secteur des ressources de base et celui de la technologie ont tiré la tendance. Mais les intervenants s'interrogent de plus en plus sur l'impact de la crise de l'énergie, des pénuries de matériaux et d'employés sur les résultats de sociétés. Ericsson et Danone ont jeté un froid avec leurs comptes financiers. Les deux entreprises ont fait état d'une hausse de leurs coûts lors du trimestre écoulé en raison des problèmes dans la chaîne de production mondiale. Danone a perdu 3,16% et Ericsson s'est écrasé de 3,44% à la Bourse de Stockholm.

"Il est difficile de voir comment un optimisme supplémentaire concernant les bénéfices stimulerait encore le marché à ce stade, simplement à cause de la quantité de bonnes nouvelles déjà actualisées dans les cours des actions.
Thomas Matthews
Économiste chez Capital Economics

Après l'enthousiasme des investisseurs la semaine précédente pour les résultats de LVMH et de SAP notamment, le sentiment semble s'être tempéré. "Il est difficile de voir comment un optimisme supplémentaire concernant les bénéfices stimulerait encore le marché à ce stade, simplement à cause de la quantité de bonnes nouvelles déjà actualisées dans les cours des actions" a constaté Thomas Matthews, économiste chez Capital Economics.

Du côté des secteurs, celui des télécoms (-0,76%) a pâti des résultats décevants d'Ericsson, mais également de Tele 2, qui a plongé de 4,29% à la Bourse de Stockholm. Les analystes se sont toutefois montrés optimistes pour la société. Ceux de Goldman Sachs ont pointé que l'action évolue avec une décote de 17% par rapport au reste du compartiment "malgré une croissance et des perspectives de rendement supérieur".

Le secteur des transports et des loisirs a lui progressé de 0,68% malgré les déboires du groupe IAG (maison-mère de British Airways), qui a lâché 5,38%, et du tour-opérateur Tui (-5,39%). Les deux titres ont mal réagi à des informations selon lesquelles l'aéroport de Heathrow près de Londres pourrait augmenter les charges de passagers de 50% d’ici à l’année prochaine. Cette augmentation surviendrait alors que les compagnies aériennes font face à une baisse des voyages en raison de la pandémie.

584
millions de CHF
Bachem a dégringolé après le placement de 750.000 actions qui vont lui permettre de financer sa croissance.

Quant aux valeurs individuelles, il faut citer la dégringolade de Bachem (-10,89%) à la Bourse de Zurich. Le groupe spécialisé dans la production de peptides et d'oligonucléotides a placé 750.000 nouvelles actions à 778 francs suisses pour lever 584 millions de CHF afin de financer sa croissance.

Teamviewer (-2,83%) a poursuivi sa chute alors que de plus en plus d'analystes révisent leur objectif de cours et leur recommandation sur l'action suite aux résultats trimestriels de la société. L'action a même touché en séance un plus bas historique de 13,37 euros. Depuis le début de l'année, elle a perdu 70%.

En revanche, l'éditeur Pearson a bondi de 2,54% suite au relèvement de recommandation par Berenberg, à conserver contre "vendre" précédemment.

Le transporteur maritime Maersk a gagné 4,2% après avoir annoncé un changement de réseau à court terme pour éviter la congestion dans le port anglais de Felixstowe. Toute nouvelle positive dans le secteur est applaudie par les investisseurs dans ce contexte de pénuries.

Hyloris au record

À la Bourse de Bruxelles, Hyloris a bondi de 7,61% et a touché en séance un record de 14,75 euros.

Hyloris a touché un record de 14,75 euros après une annonce bien accueillie par les investisseurs.

La société biopharmaceutique a annoncé l'extension de l'empreinte européenne de Maxigesic IV, un médicament pour le traitement de la douleur postopératoire, au Royaume-Uni et en Irlande.

Dans le même segment, Celyad a progressé de 11,11% et MDX Health de 7,02%.

Melexis , qui cotait ex-dividende ce mardi, a terminé sur une hausse de 1,26%.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés