Euronext fonce sur la Bourse de Milan (Débriefing actions étrangères)

Le secteur du tourisme a encore énormément souffert des derniers développements liés à la crise sanitaire. ©REUTERS

Les craintes sanitaires et économiques persistent et ont poussé les marchés européens à la déprime alors que les banques et les transports ont fortement pesés sur la tendance.

Les nouveaux signaux qui présagent d'un retour de potentielles mesures de confinement sur le Vieux Continent ont sapé le moral des investisseurs européens ce vendredi. Dans un contexte où les incertitudes sur l'état de l'économie mondiale restent fortes, les indices des principaux marchés européens n'ont pas réussi à avancer.

Le CAC 40 parisien a reculé de 1,22% pour redescendre sous les 5.000 points. Le Dax allemand a abandonné 0,70% et le FTSE 100 de la Bourse de Londres a cédé 0,71%.

Les actions des opérateurs boursiers étaient fortement suivies alors que se dessine un mariage important dans le secteur. Le London Stock Exchange (LSE, +1,33% à 8.960 pence) est entré en "discussions exclusives" avec Euronext (+4,28% à 102,30 euros), l'opérateur de la Bourse de Paris, de Bruxelles ou encore d'Amsterdam pour lui vendre la Bourse de Milan. Deutsche Börse, qui était également dans la course au rachat d'une des plus belles places d'Europe, a malgré tout avancé de 0,24% à 148 euros.

À Paris, une autre tentative de noces a animé la cote. Veolia a lâché 0,69% à 18,76 euros, Suez 2,63% à 14,65 euros et Engie 1,86% à 11,60 euros. Engie a décliné jeudi en l'état l'offre faite par Veolia de lui racheter sa participation dans Suez, tandis que le gouvernement temporise, soucieux d'éviter d'éventuelles conséquences sociales.

Le secteur du tourisme a encore énormément souffert des derniers développements liés à la crise sanitaire. Alors que les mesures de restrictions se multiplient dans le monde pour faire face au Covid-19, le groupe aérien britannique IAG a chuté de 14,60% à 110,55 pence et le croisiériste Carnival de 7,91% à 947,60 pence.

Les opérateurs de centres commerciaux Unibail-Rodamco-Westfield et Klépierre ont glissé respectivement de 10,53% et 9,55% deux jours après l'annonce par le premier d'un vaste plan de renforcement de son bilan.

Les banques étaient également à la peine avec la perspective de voir les taux d'intérêt demeurer historiquement bas pendant longtemps.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés