Feu vert pour l'IPO d'Aramco, l'entreprise la plus rentable du monde

La Bourse de Ryad se prépare à accueillir Aramco ©REUTERS

Le régulateur saoudien du marché financier a donné le coup d'envoi à l'introduction en bourse du géant pétrolier Aramco en indiquant avoir approuvé la demande pour une telle opération, potentiellement la plus grande IPO de l'histoire. Les premiers échanges pourraient avoir lieu d'ici la fin de l'année sur le marché local.

Le Conseil de la Capital Market Authority (CMA), gendarme des marchés saoudiens, a publié sa résolution approuvant la demande du groupe pétrolier Aramco de cession d'une partie de ses parts", explique ce dimanche le régulateur dans un communiqué publié sur son site internet.

Il n'a pas fourni les étapes de cette introduction en bourse, mais les transactions sur le titre devraient commencer à la mi-décembre sur le marché saoudien.

Une IPO très attendue 

Cette introduction constitue la pierre angulaire d'un programme de réformes du prince héritier Mohammed ben Salmane, surnommé "MBS". L'opération valoriserait l'entreprise entre 1.500 et 1.700 milliards de dollars, soit la plus grosse capitalisation mondiale, selon une source proche du dossier. En 2018, l'homme fort du royaume avait décidé de reporter l'opération parce que la capitalisation calculée par les banquiers, après des rencontres avec de potentiels investisseurs, était en dessous de ce seuil. Par la suite, Aramco, qui devait lancer en octobre la première partie de son introduction, avait décidé de repousser la date à décembre ou à janvier.

Aramco en chiffres

Actuellement, Aramco possède quelque 260 milliards de barils de réserves prouvées de pétrole, ce qui place l'Arabie saoudite derrière le Venezuela, qui détient les premières réserves du monde.

Depuis les années 1990, Aramco a investi des centaines de milliards de dollars dans des projets d'expansion, portant sa capacité de production à plus de 12 millions de barils par jour.

En avril, le groupe a ouvert ses comptes pour la première fois, annonçant un bénéfice net de 111,1 milliards de dollars en 2018, en hausse de 46% par rapport à l'année précédente, et un revenu annuel de 356 milliards de dollars.

Selon la source proche du dossier, le calendrier prévoit une entrée en deux temps: d'abord à la Bourse locale saoudienne, le Tadawul, en décembre, puis, en 2020, sur une place financière internationale encore à définir.

Aramco devrait céder en tout 5% de son capital, dont 2% lors de son baptême boursier sur le Tadawul.

10%
Du pétrole mondial est produit par Aramco
Aramco, qui produit environ 10% du pétrole mondial, est l'entreprise la plus rentable au monde et est considérée comme le joyau économique du royaume et le pilier de sa stabilité économique et sociale.

Montrer que le prince tient ses promesses 

L'introduction en bourse d'Aramco avait été envisagée depuis 2016 par le prince héritier saoudien. La semaine dernière, le bulletin spécialisé Energy Intelligence a cité des sources disant s'attendre à ce que les Saoudiens acceptent une évaluation de 1.600 à 1.700 milliards de dollars de l'entreprise. Si cette hypothèse est confirmée, elle laisserait supposer que les Saoudiens sont prêts à un compromis au-dessous du montant de 2.000 milliards de dollars sur lequel le prince héritier a longtemps insisté.

En ce qui concerne l'évaluation d'Aramco, les autorités saoudiennes doivent trouver "un compromis entre la préférence déclarée du prince héritier et les réalités du marché", a estimé Kristian Ulrichsen, chercheur à l'Institut Baker de l'Université Rice aux États-Unis. "Comme le processus a été retardé à plusieurs reprises et qu'il fait partie intégrante du plan du prince héritier visant à transformer l'Arabie saoudite, les investisseurs internationaux seront très attentifs à la performance d'Aramco sur le marché (financier) intérieur", souligne Kristian Ulrichsen. 

L'Arabie saoudite a redoublé d'efforts pour séduire les investisseurs en promettant des dividendes annuels de 75 milliards de dollars, selon le site internet de l'entreprise.

Ryad cherche également à encourager des familles saoudiennes riches à acheter des participations dans la firme, tandis que certains commentateurs saoudiens ont cherché à présenter cet investissement comme un devoir patriotique.

"Une fonction importante de l'introduction sur la Bourse locale est de projeter de la confiance dans l'entreprise à destination du marché international", indique Cinzia Bianco, chercheur à l'European Council on Foreign Relations. "Cela permet au prince Mohammed de montrer qu'il tient ses promesses et qu'il fait ce qu'il a à faire, une nouvelle étape pour rassurer les investisseurs internationaux sur le fait que l'introduction en Bourse aura lieu après tout", a ajouté Cinzia Bianco.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n