Publicité

Gilead ravive les espoirs des investisseurs (+débriefing actions européennes)

Les principaux indices actions en Europe ont conservé leur tendance haussière, délaissant les chiffres du PIB américain pour l'annonce de Gilead sur son traitement Remdisivir. ©Arne Dedert/dpa

Les marchés européens ont terminé en nette hausse ce mercredi, toujours portés par les valeurs bancaires, qui profitent des spéculations autour des banques centrales. L'avancée de la lutte contre le Covid-19 booste également les investisseurs.

Les principaux indices actions en Europe ont conservé leur tendance haussière, délaissant les chiffres du PIB américain pour l'annonce de Gilead sur son traitement Remdisivir. "Plus nous nous rapprocherons du développement d'un traitement ou d'un vaccin, plus vite nous rouvrirons l'économie et plus le risque d'une deuxième ou troisième vague faiblira", a commenté Neil Wilson chez CMC Markets.

Le CAC 40 a progressé de 2,22%, le Footsie britannique de 2,77% et le Dax allemand de 2,89%. L'indice paneuropéen Stoxx 600 a de son côté gagné 1,75%.

Le compartiment bancaire a encore une fois soutenu la tendance (+5,19%), emmené notamment par Barclays (+12,70%). Son bénéfice avant impôts a reculé de 38% à 923 millions de livres, contre 1,5 milliard un an plus tôt. Les analystes tablaient en moyenne sur 1,27 milliard de livres. Le produit net bancaire a toutefois augmenté de 20% à 6,3 milliards de livres, soutenu par l'activité banque d'investissement aux États-Unis.

Le titre Airbus a bondi de 10,06% à la Bourse de Paris malgré des résultats trimestriels en forte baisse. L'avionneur européen a fait état d'une perte nette de 481 millions d'euros pour les trois premiers mois de l'année. Son chiffre d'affaires a reculé de 15,2%, à 10,6 milliards d'euros. Le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire, a cependant indiqué que la France était prête à aider "totalement et s'il le faut massivement" le géant européen de l'aéronautique.

Le constructeur automobile Daimler (+6,68%) a pour sa part vu son bénéfice avant intérêts et impôts (Ebit) tomber à 617 millions d'euros au premier trimestre, contre 2,8 milliards d'euros un an plus tôt. Si le groupe allemand s'attend à un repli en 2020 de son chiffre d'affaires et de son résultat opérationnel en 2020, il estime cependant que le résultat opérationnel de sa seule division Mercedes-Benz Cars & Vans devrait augmenter compte tenu d'une charge exceptionnelle importante enregistrée l'an dernier.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés