Grosses secousses sur le Dax (débriefing actions étrangères)

©REUTERS

La plupart des indices européens ont clôturé en correction ce mercredi, pliant sous les craintes liées à la pandémie de coronavirus et de nouvelles mesures de confinement.

Devant les craintes d'une nouvelle mise sous cloche de l'économie européenne, les investisseurs ont massivement repris leurs billes ce mercredi sur les marchés européens. Une agitation qui s'est traduite par une chute des grands indices du Vieux Continent.

Le Dax allemand a abandonné 4,17%, le CAC 40 parisien a reculé de 3,37% et le FTSE londonien a effacé 2,55% de sa valeur sur la séance. L'indice paneuropéen Stoxx 600 est redescendu à 342,17 points. Autrement dit, il réduit à néant tous les gains accumulés depuis la fin du mois de mai dernier.  

Déjà malmené depuis le début de la crise sanitaire, le secteur du tourisme a de nouveau plongé. Le groupe hôtelier InterContinental Hotels a glissé de 1,73% et IAG (-2,76%), la maison mère de British Airways et Iberia, a suivi le mouvement. Le premier hôtelier d'Europe, Accor, a lui aussi chancelé de 3,78%. Tendance identique pour Lufthansa, la compagnie aérienne qui chapeaute notamment Brussels Airlines s'affaissant de 4,43%.

Le secteur auto avait lui aussi du mal à tenir la route. Renault a plongé de 7,96% à 21,08 euros alors que son rival PSA a dégringolé de 4,54%. Ce dernier a toutefois promis à la cote qu'il maintenait ses objectifs pour l'exercice en cours. Toujours à Paris, l'équipementier auto Valeo a réalisé un violent cumulet arrière de 5,04% en raison du repli prononcé de ses ventes au troisième trimestre.

La déprime ambiante a déteint sur les prix du pétrole. De quoi mettre les valeurs du secteur sous pression. BP a vu son cours diminuer de 1,18% alors que Shell a perdu 2,45%.

Soutenu par la hausse inattendue de ses ventes de bières, Heineken (-3,17%)  a fait mieux que prévu au troisième trimestre. Mais il a été sanctionné en bourse, la faute au manque de visibilité pour la suite de son exercice.

Sur le Dax, la seule valeur à avoir pu avancer n'est autre que Delivery Hero (+1,67%), la cote misant sur une augmentation de l'activité du livreur de repas avec une population confinée et des restaurateurs obligés de fermer leurs salles.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés