Hausse symbolique sur fond d'attentisme (débriefing actions européennes)

La Bourse de Francfort. ©Bloomberg

Les actions européennes ont très légèrement progressé, toujours portées par l'espoir d'un soutien monétaire. Mais les investisseurs sont restés prudents face à la persistance des principaux risques.

L'attentisme a dominé la tendance boursière sur les places européennes. Ce jeudi, les principaux indices boursiers d'Europe ont très légèrement progressé, les investisseurs étant restés prudents, toujours partagés entre, d'une part, l'espoir d'interventions des banques centrales pour contrer le ralentissement de la croissance économique et, d'autre part, les craintes dues aux principaux risques, à savoir les conflits commerciaux internationaux ou encore le Brexit.

En clôture, le Cac 40  a gagné 0,01%, le Dax  a progressé de 0,44% et le FTSE 100  a pris 0,01%.

Signe de la prudence des intervenants des marchés, ce sont les actions des entreprises actives dans l'immobilier qui ont signé la meilleure performance sectorielle du jour. Parmi les titres en vue dans ce secteur, Deutsche Wohnen  a grimpé de 1,97% et Vonovia  s'est apprécié de 0,77%. Ces deux actions ont récemment reçu un avis favorable de JP Morgan qui se montre optimiste pour l'immobilier en Allemagne.

Le secteur de l'emballage en carton et du papier s'est également distingué. La société DS Smith  a annoncé des résultats annuels supérieurs aux attentes. Jefferies juge les perspectives du groupe britannique encourageantes. Dans la foulée, l'action de ce dernier a bondi de 5,13%. Elle a entraîné dans son sillage les titres d'autres entreprises liées à ce domaine, comme UPM-Kymmene  (+2,71%) ou Smurfit Kappa  (+4,78%).

Aurubis  a chuté de 7,95%, soit le plus net revers du jour au sein de l'indice Stoxx 600 . Le spécialiste du cuivre, qui avait notamment intégré le belge Cumerio en 2008, a mis un terme à un projet d'investissement dans une nouvelle usine métallurgique, une décision jugée surprenante par des analystes. Le groupe allemand a aussi mis un terme au mandat de son patron plus tôt que prévu. Les courtiers sont réservés sur les perspectives du groupe mais évoquent aussi l'hypothèse d'une reprise par le sidérurgiste Salzgitter.

Ferguson  a bondi de 5,88%. Après avoir battu en retraite lundi après la publication de résultats décevants au troisième trimestre, le groupe britannique de distribution de produits de plomberie et de matériaux de construction a bénéficié de l'arrivée d'un fonds activiste dans son capital.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect