Publicité

Inditex n'est plus dans le rouge, mais peine à convaincre les marchés

Le propriétaire des magasins Zara, Bershka ou encore Pull & Bear est redevenu bénéficaire, battant même largement les estimations des analystes. Mais le chemin est encore long pour retrouver les niveaux enregistrés avant la pandémie. ©Bloomberg

Les marchés ont encore joué la carte de la patience avant l'inflation américaine et la BCE au menu ce jeudi. À Bruxelles, les biotechs du Bel 20 ont fait des étincelles.

Bruxelles et son Bel 20 ont fait figure d'exception dans le paysage boursier européen, actant à la clôture un gain de 1,03% grâce à la progression surprenante de ses biotechs Argenx (+9,95%) et Galapagos (+6,62%), qui profitent du retour au calme constaté sur le marché obligataire.

Ailleurs en Europe, les indices, qui restent une belle séquence haussière depuis la fin 2020, ont perdu un peu de terrain ce mercredi, à l'exception de Paris et d'Amsterdam, revenus dans le vert en deuxième partie de séance.

Le secteur du tourisme a profité de l'assouplissement des recommandations aux voyageurs publiées par les autorités américaines.

À la veille des décisions de la BCE et des très attendus chiffres mensuels de l'inflation aux États-Unis, la tendance était à la prudence. Le Stoxx 600 Europe a fini quasi inchangé pour rester confortablement installé au-dessus des 454 points.

Sur les marchés US, la tendance était aussi à l'hésitation à mi-séance. Le Nasdaq a pu compter sur son compartiment technologique pour aller franchement de l'avant alors que le Dow Jones , ralenti par les banques, a tournoyé autour de l'équilibre.

Les minières dans le dur

Les titres liés au tourisme ont signé une des plus fortes progressions du jour en Europe. L'assouplissement des recommandations aux voyageurs publiées par les autorités américaines a donné de l'air aux compagnies aériennes et aux grands noms de l’hôtellerie. Exemple avec la Lufthansa qui a grappillé 3,70% sur la journée, assez pour afficher à présent une performance positive depuis le début de l'année.

Le groupe suisse de magasins d'aéroport Dufry s'est adjugé plus de 9% et l'exploitant des aéroports parisiens ADP 8,15%, deux des plus fortes montées du Stoxx 600.

4,9
milliards €
Le chiffre d'affaires du trimestre février-avril d'Inditex a atteint 4,9 milliards d'euros, soit une hausse de 48% par rapport au premier trimestre 2020, mais toujours en dessous des 5,93 milliards d'euros enregistrés en 2019.

Du côté des perdants du jour, on retrouvait les titres liés aux matières premières. Ils ont mal réagi aux chiffres de l'inflation chinoise qui montrent une tension dans les prix à la production, ce qui fait craindre l'adoption de mesures d'encadrement des prix chez le premier consommateur mondial de minerai de fer. À Bruxelles, Aperam en a fait les frais. L'action a terminé en queue de Bel 20, pliant de 1,95%.

Les financières étaient elles aussi coincées dans le bas du tableau européen, pénalisées par le recul des rendements obligataires.

Inditex peut mieux faire

À Paris, Unibail-Rodamco-Westfield (+5,69%) ne cesse de grossir. L'action du champion de l'immobilier commercial a enflé de plus de 15% depuis le début de la semaine, une envolée que des traders expliquent par l'impact d'importants volumes d'options d'achats sur fond de poursuite du déconfinement.

L'action D'Ieteren était recherchée après le relèvement de l'objectif de cours du holding bruxellois par les analystes d'ING.

Les chiffres du géant espagnol de la vente au détail, Inditex, ont été particulièrement scrutés par la cote. Le propriétaire de magasins Zara a fait état d'un bénéfice net de 421 millions d'euros au premier trimestre. C'est bien plus que le consensus des analystes qui se situait autour des 360 millions. L'action Inditex (-2,17%), qui affiche un gain de plus de 20% depuis le premier janvier, n'a pourtant pas fait d'étincelles à la Bourse de Madrid. Les suiveurs mettent en avant le long chemin qu'il reste à parcourir pour Inditex avant de retrouver les niveaux enregistrés avant la pandémie.

D'Ieteren grimpe grâce à ING

À la Bourse de Bruxelles, la SIR du Bel 20 Aedifica a lancé une augmentation de capital via un placement privé. Sans compter la décote et le dividende détaché, l'opération atteint 302,4 millions d'euros. La cotation a été suspendue en cours de séance et reprendra ce jeudi.

Hors Bel 20, l'action D'Ieteren (+3,13% à 102 euros) était recherchée après le relèvement de l'objectif de cours du holding bruxellois par les analystes d'ING. Il passe de 134 à 142 euros.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés