Publicité

JD Logistics met le paquet pour ses premiers pas en bourse

JD Logistics terminant son baptême boursier sur un gain de 3,32%, à 41,70 dollars. ©REUTERS

Le logisticien lié au spécialiste chinois de l'e-commerce JD.com a levé 2,5 milliards d'euros, soit la deuxième plus grosse IPO de l'année à Hong Kong.

Entrée remarquée pour JD Logistics ce vendredi à la Bourse d’Hong Kong. La filiale livraison de JD.com, le numéro deux chinois du commerce en ligne, avait toutefois inquiété les suiveurs en arrivant sur le marché avec une action à 40,36 dollars d'Hong Kong (HK), soit le prix plancher de la fourchette indicative de son IPO.

2,5 milliards
d'euros
JD Logistics a levé environ 2,5 milliards d'euros. C'est la deuxième plus forte IPO de l'année à Hong Kong, derrière les 4,5 milliards d'euros levés par Kuaishou.

Mais dès les premiers échanges, les doutes se sont évaporés à mesure que l'action du nouveau venu grimpait. Elle a rapidement poussé son ascension jusqu'à 47,75 dollars HK, soit une montée de 18,3%. L'euphorie s'est quelque peu dégonflée en fin de séance, JD Logistics terminant son baptême boursier sur un gain de 3,32%, à 41,70 dollars.

Cap sur l'Europe

Créé en 2007, JD Logistics dispose d'un vaste réseau d'entrepôts à travers la Chine et d'une armée de livreurs reconnaissables entre mille grâce à leur tenue rouge. Son autre atout, ce sont ses immenses bâtiments réfrigérés qui lui permettent d'assurer des activités dans l'alimentaire en respectant la chaîne du froid.

L'an dernier, une délégation de JD Logistics en quête d'un pied-à-terre pour construire un centre de distribution européen avait sillonné les quais du port de Zeebruges.

Avec seulement 2,7 % du marché chinois de la logistique en poche, JD Logistics cherche à étendre son empreinte en dehors de la Chine, notamment en Europe. L'entreprise pourrait même poser ses valises en Belgique.

L'an dernier, une délégation de JD Logistics en quête d'un pied-à-terre pour construire un centre de distribution européen avait sillonné les quais du port de Zeebruges en compagnie du ministre-président flamand Jan Jambon. D'autres sites européens ont aussi été visités et une décision devrait tomber dans le courant de l'année.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés