JPMorgan lance sa propre cryptomonnaie

©AFP

La banque JPMorgan Chase lance le JPM Coin, qui sera restreint à des transactions entre grands investisseurs. C'est la première banque à lancer sa propre cryptomonnaie.

La banque américaine JPMorgan Chase a annoncé ce jeudi lancer sa propre cryptomonnaie, JPM Coin, qui sera indexée sur le dollar mais l'usage sera restreint à des transactions financières entre grands investisseurs, excluant de facto les particuliers.

JPMorgan Chase devient ainsi la première grande banque au monde à faire un gros pari sur les monnaies virtuelles, les autres firmes, comme Goldman Sachs, s'étant contentées jusqu'ici de servir d'intermédiaires aux investisseurs souhaitant investir dans des produits financiers basées sur les fluctuations de cryptomonnaies de type bitcoin.

Sa décision intervient au moment où le bitcoin, la mère des monnaies numériques, a perdu environ 80% de sa valeur depuis ses plus hauts niveaux de décembre 2017.

"Ce n'est pas vraiment une surprise", estime Lou Kerner, associé au fonds CryptoOracle, qui investit dans les devises virtuelles. "Chaque grande banque dans le monde est en train d'évaluer la situation et de développer une stratégie sur la cryptomonnaie et la blockchain. Soit les banques redessinent elles-mêmes leur secteur soit elles laissent d'autres le faire. Le génie de la cryptomonnaie s'est échappé de la bouteille", poursuit-il.

Basée sur la technologie blockchain (chaîne des blocs), JPM Coin va servir à effectuer des transferts d'argent instantanés entre investisseurs institutionnels (grandes entreprises, fonds d'investissement, fonds spéculatifs, sociétés de capital investissement, fonds de pensions...), précise Umar Farooq, spécialiste de la blockchain chez JPMorgan.

"Le JPM coin n'est pas à proprement parler une monnaie", souligne le dirigeant. "C'est une pièce de monnaie numérique représentant des dollars américains détenus dans des comptes spécifiques chez JPMorgan Chase. En résumé, un JPM Coin aura toujours une valeur équivalente à un dollar américain". Ce qui signifie que la valeur de la devise virtuelle sera toujours calquée sur celle du billet vert. Autrement dit, le JPM Coin sera une "stable coin" comme le Tether. 

"Quand un client envoie de l'argent à un autre client via la blockchain, les JPM coins sont transférés et échangés instantanément pour leur équivalent en dollars américains, réduisant le temps de règlement traditionnel", développe le dirigeant.

Un pas pour les cryptomonnaies

Grosso modo, un client de JPMorgan Chase dépose de l'argent sur un compte spécifique au sein de la banque et reçoit en échange des JPM coins d'une valeur équivalente. Il peut ensuite effectuer des transactions en devises virtuelles avec d'autres clients de la banque tels que les paiements, les transferts d'argent ou les opérations boursières.

Ces opérations sont enregistrées sur un grand registre de comptes transparent et réputé infalsifiable (une blockchain). Le client peut par la suite convertir ces JPM coins en dollars et les récupérer sur son compte traditionnel.

C'est un virage à 360 degrés pour JPMorgan, dont le PDG Jamie Dimon avait qualifié en septembre 2017 le bitcoin de "fraude" et menacé de licencier des traders qui spéculeraient sur la devise.

"Nous avons toujours cru au potentiel de la technologie blockchain et nous soutenons les cryptomonnaies du moment où elles sont correctement contrôlées et régulées", explique ainsi JPMorgan jeudi.

Des analystes de la firme ont toutefois publié récemment un rapport minimisant certains des avantages de cette technologie pour la finance. "La blockchain ne va probablement pas réinventer le système de paiements mondial, mais pourra apporter des améliorations marginales à certaines parties du processus", écrivaient-ils.

Le JPM coin ne pourra être au début qu'échangé contre des dollars mais la banque espère inclure d'autres devises.

Cette monnaie n'est pour l'instant qu'un prototype, mais JPMorgan prévoit de commencer à la produire dans les prochains jours.

Elle sera testée avec un "petit nombre" de clients institutionnels mais l'établissement compte étendre ce programme pilote d'ici la fin de l'année.

"Parce que nous ne sommes qu'en phase de test, nous n'avons pas de projet de la rendre disponible pour les particuliers à ce stade", indique Umar Farooq.

Lou Kerner estime que l'arrivée de JPM coin pourrait être au secteur des devises numériques ce que les premiers sites internet ont été pour la toile en 1995.

"C'est un pas en avant pour l'industrie de la cryptomonnaie", avance-t-il.

La banque prévoit d'engager des discussions avec les régulateurs pour solliciter leur avis et éventuellement leur feu vert si nécessaire.

"Notre but est de s'assurer que tous les émetteurs de monnaies virtuelles se soumettent aux examens règlementaires classiques", avait déclaré en août dernier Kenneth Blanco, directeur du Fincen, organisme américain chargé de lutter contre la délinquance financière.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect