L'amour du risque s'évapore en Europe (Débriefing actions européennes)

©EPA

Les investisseurs sont toujours inquiets de voir monter l'inflation, ce qui se traduit par une tension sur le marché obligataire. Le secteur technologique est particulièrement secoué.

Journée rouge sur les marchés européens. La récente envolée des rendements obligataires, déclenchée par les inquiétudes concernant l'inflation, a encore pesé sur le sentiment de marché. Et cela, même si les banques centrales ont multiplié les signaux garantissant la poursuite de leur politique monétaire accommodante.

Les indices européens ont tous terminé dans le rouge. Le CAC 40 de Paris a perdu 1,39%. Londres, pénalisée par ses minières, a lâché 2,53%. Le Dax de Francfort (-0,67%) a un petit peu mieux résisté.

Les grands noms de l'immobilier commercial ont perdu des plumes en France après l'évocation d'un durcissement du confinement à Paris. Les actions d'Unibail-Rodamco-Westfield et de Klépierre ont respectivement maigri de 0,52% et de 1,59%

À la baisse aussi, Engie (-4,13%) a fait état d'une perte nette de 1,5 milliard d'euros en 2020, conséquence de dépréciations d'actifs de 2,9 milliards d'euros liées à ses actifs nucléaires en Belgique.

À la hausse, Saint-Gobain s'est ragaillardi de 3,09%. Le groupe de matériaux de construction a publié des résultats records au second semestre.

Deutsche Telekom (+0,40%) a dépassé les attentes lors du dernier trimestre de son exercice 2020. Une année où l'opérateur historique allemand a dépassé les 100 milliards d'euros de chiffre d'affaires pour la première fois de son histoire. Une performance de choix qui lui permet d'ailleurs de confirmer la distribution d'un dividende.

Toujours à Francfort, le champion européen de la voiture, Volkswagen (+1,13%), s'attend pour 2021 à une "hausse significative" de son chiffre d'affaires après une chute en 2020.

À Londres, les minières ont fait les frais de la baisse du prix des matières premières. Anglo American a cédé 6,13%. Même tendance pour Evraz. Le spécialiste du minerai de fer et du charbon a abandonné 4,58%.

Parmi les meilleures performances du Stoxx 600, IAG s'adjuge 3,06% malgré une perte annuelle de 4,37 milliards d'euros. Mais le groupe qui chapeaute les compagnies British Airways et Iberia a assuré qu'il n'aurait pas besoin de se refinancer. Son cours a gonflé de près de 30% depuis le début de l'année et a doublé ces quatre derniers mois.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés