L'aversion au risque a dominé la séance boursière (débriefing actions européennes)

©Bloomberg

Recul de la plupart des indices boursiers européens sur fond de regain d'inquiétudes sur la guerre commerciale. Les pétrolières ont baissé alors que les semi-conducteurs ont évolué contre la tendance.

La tendance boursière s'est inversée. Les actions sensibles à la conjoncture ont pâti d'un retournement du sentiment des investisseurs à l'égard des perspectives pour l'économie mondiale. Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a déclaré qu'il restait encore un long chemin avant un accord avec la Chine, ce qui a sapé le moral des intervenants des marchés, déjà mardi à Wall Street.

La plupart des places européennes ont suivi le mouvement ce mercredi, rattrapées par les inquiétudes au sujet de la guerre commerciale. Les grands indices nationaux ont légèrement reculé: le CAC 40  a baissé de 0,76%, le DAX  a perdu 0,72% et le FTSE 100  a diminué de 0,55%.

Notons que l'indice AEX  de la Bourse d'Amsterdam a fait exception en gagnant 0,20% à la faveur d'un bond de 5,17% de l'action ASML Holding . Le groupe spécialisé dans les équipements pour semi-conducteurs a publié une marge brute supérieure aux attentes au deuxième trimestre, tout en confirmant ses prévisions pour le reste de l'année.

Toujours dans le secteur des semi-conducteurs, l'allemand Dialog Semiconductor  a relevé sa prévision de bénéfice pour le deuxième trimestre. Son action a toutefois subi des prises de bénéfice en clôture (-0,11%).

Ces bonnes nouvelles ont permis a plusieurs valeurs de ce secteur d'évoluer contre la tendance, comme Infineon  (+0,32%) et STMicroelectronics  (+0,16%).

Mais globalement, c'est l'aversion au risque qui a dominé la séance, ce qui a pesé sur les valeurs cycliques, comme ArcelorMittal  (-3,28%).

Les valeurs pétrolières ont subi des dégagements après la chute de plus de 3% des prix du brut la veille et leur rebond avorté de ce mercredi. BP  a perdu 2,86%, Total  a cédé 2,75% et Royal Dutch Shell  a abandonné 1,33%.

La baisse des immatriculations de voitures en juin a pesé sur les équipementiers Michelin  (-3,95%) et Continental  (-1,48%).

Le groupe suédois Ericsson  a vu son action plonger de 11,84% après avoir annoncé que sa marge bénéficiaire serait sous pression au cours du deuxième semestre.

Publicité
Publicité

Echo Connect