L'économie chinoise s'évertue à absorber les chocs

©AFP

La faiblesse du yuan va continuer à soutenir les exportations chinoises. En même temps, Pékin pourrait amplifier son soutien à l’économie domestique.

Donald Trump assure que l’économie américaine est imperméable aux tensions commerciales sino-américaines. Nuance. Peu d’experts, c’est vrai, prévoient des temps difficiles pour les Etats-Unis. Christian Nolting, le CIO de Wealth Management de Deutsche Bank, est de cet avis. Il disait ce lundi "ne pas s’attendre à un ralentissement brutal de l’économie aux Etats-Unis au cours du deuxième semestre de 2019". Ajoutant tout de même qu’"il pense que le conflit commercial a déjà eu un impact sur la chaîne de production".

+6,2%
Les économistes tablent toujours sur une croissance de 6,2% du PIB chinois cette année.

Les statistiques de l’emploi publiées à la veille du week-end aux Etats-Unis reflètent déjà un peu cet impact. On vient d’apprendre par exemple que les créations d’emploi ont sensiblement diminué. Elles sont tombées de 193.000 en juin à 164.000 unités le mois suivant. Autre signe tangible de l’essoufflement de l’économie américaine, 8.000 emplois contre 22.000 l’an passé ont été créés chaque mois dans le secteur manufacturier qui est le plus exposé à la guerre commerciale.

Pour l’heure, le consommateur américain a, lui, toujours bon moral. Mais le conservera-t-il encore longtemps quand il prendra conscience que le projet de Donald Trump d’imposer de 10% supplémentaires les tarifs douaniers en septembre sur quelque 300 milliards de dollars de biens produits en Chine, coûtera 200 dollars. C’est ce qui ressort d’une analyse menée par les économistes d’Oxford Economics. Pour ces derniers, les mesures envisagées par Donald Trump confisqueront 0,1 point de pourcentage à la croissance américaine.

Tassement des exportations

Jusqu’à présent, l’économie chinoise est parvenue vaille que vaille à absorber la hausse des tarifs douaniers américains. Grâce notamment au repli du yuan face au dollar. Selon les statistiques publiées pour le mois de juin par le département du Commerce américain, le déficit des échanges de biens des Etats-Unis avec la Chine a limité son repli à 0,8% à 30 milliards de dollars, avec un recul de 0,7% des importations.

La faiblesse du yuan continuera à favoriser les exportations. Dans le même temps, Pékin va accélérer son soutien la consommation intérieure.

Mais l’économie chinoise sera-t-elle en mesure d’encore faire face à la menace de Donald Trump de procéder à de nouvelles hausses de tarifs? La faiblesse du yuan continuera à favoriser les exportations. Dans le même temps, Pékin va accélérer son soutien la consommation intérieure. Le fait que la Bourse de Shanghai arrive à conserver un gain de 18% depuis le début de cette année, constitue un facteur rassurant, dans la mesure où les marchés boursiers ont cette capacité d’anticipation.

Il reste qu’on ne peut pas exclure un trou d’air pour la croissance de l’activité en Chine. Le recul de 18% depuis le 22 juillet de l’indice Baltic Dry, celui qui suit l’évolution des prix des transports par mer, donne à le penser. Pour l’heure, les économistes tablent toujours sur une croissance de 6,2% du PIB chinois cette année. Elle avait été de 6,8% en 2018.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n