L'euro fort redonne des ailes à Airbus (débriefing actions européennes)

©REUTERS

Le feu vert de Londres au vaccin de Pfizer et BioNTech n'a pas suffi pour enrayer la vague de prises de bénéfices en Europe alors que l'euro a grimpé à un plus haut de deux ans et demi.

La Bourse Londres a réussi à aller de l'avant ce mercredi, le FTSE 100 (+0,19%) saluant le feu vert officiel des autorités britanniques au vaccin de Pfizer et BioNTech, une première mondiale.

Sur le continent, les indices ont évolué en sens contraire. Les records affichés la veille à Wall Street ont incité à la prudence. Le CAC 40 (+0,03%), qui a passé toute la séance dans le rouge, a redressé la barre dans les derniers instants. Le Dax 30, plombé par les gros cylindres de la cote, a perdu 0,76%. En repli de 0,05%, le Stoxx 600 Europe reste bien cramponné à son niveau de la fin du mois de février.

Airbus a profité de la faiblesse du dollar, qui gonfle mécaniquement le produit des ventes de l'avionneur puisqu'elles sont facturées dans la devise américaine. Plus forte hausse du CAC 40, le titre Airbus a pris 2,15% pour retrouver son niveau de début mars. Le groupe a cependant fondu de 31,61% depuis le premier janvier.

Volkswagen a perdu des plumes. Des tensions sont apparues au sein de l'équipe dirigeante qui devait se prononcer mardi soir sur l'avenir du président du directoire, Herbert Diess. Ce dernier, en conflit avec les syndicats, aurait sollicité l'appui des familles détenant la majorité de contrôle du groupe automobile en vue d'une prolongation de son mandat. Rien n'a filtré à l'issue des débats, mais les suiveurs de VW redoutent une crise de régime à la tête du champion européen de la voiture. L'action du constructeur allemand a reculé de 0,39% à 146,78 euros, évoluant toujours à environ 20% sous son pic de l'année.

Toujours sur le marché allemand, l'assureur Allianz (-0,43%) a mis la main sur les activités d'assurance de Westpac en Australie. Les deux groupes ont également conclu un accord qui permet à l'Allemand de distribuer pendant 20 ans ses produits aux clients de Westpac.

Astrazeneca a progressé de 1,76%. Le groupe pharmaceutique britannique, qui développe son propre vaccin avec l'université d'Oxford, a surfé sur l'annonce du feu vert donné au vaccin Pfizer/BioNTech au Royaume-Uni.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés