L'Europe cherche en vain des catalyseurs (débriefing actions européennes)

©AFP

Les marchés européens ne sont pas parvenus à profiter de la tendance haussière à Wall Street. Les actions les plus sensibles au commerce ont été délaissées au profit de valeurs plus défensives. Le titre ASM International a signé la plus forte hausse en Europe.

Les principaux indices boursiers en Europe ont clôturé en ordre dispersé ce mercredi, les investisseurs se montrant circonspects avant de prendre connaissance du contenu de l'accord commercial entre les États-Unis et la Chine. "Le marché est très prudent. Il n'attend pas grand chose de l'accord et préfère se concentrer sur l'achat de titres défensifs", a observé auprès de l'AFP Daniel Larrouturou, gérant Actions chez Dôm Finance.

Le CAC 40 a reculé de 0,14%, le DAX allemand de 0,18%, tandis que le Footsie britannique a grimpé de 0,27%. L'indice paneuropéen Stoxx 600   a de son côté pris 0,01%, coincé entre ses valeurs défensives comme les "utilities" (+1,26%) et ses valeurs cycliques comme l'automobile (-1,66%).

À la Bourse d'Amsterdam, ASM International a bondi de 8,59% et signé la plus forte progression au sein du Stoxx 600. Le groupe néerlandais a fait état mardi soir de prises de commandes "nettement supérieures aux prévisions" au quatrième trimestre, à 370 millions d'euros, contre une fourchette de 290 à 310 millions visée précédemment. Sur base de ces chiffres préliminaires (les résultats définitifs seront publiés le 25 février), le chiffre d'affaires devrait avoir atteint près de 330 millions d'euros. "Impressionnant", a réagi ING, qui a réitéré sa recommandation d'"acheter".

Les titres Safran (+1,20%) et Eurazeo (+4,50%) ont tous les deux profité d'un changement de recommandation de la part de Goldman Sachs. La banque d'investissement américaine est passée à l'achat sur les deux valeurs, estimant notamment que Safran est bien positionné pour résister à la plupart des scénarios catastrophes concernant le 737 MAX.

Côté baisses, Chr. Hansen Holding a lâché 6,09% à la Bourse de Copenhague. En marge de la publication de ses résultats pour le premier trimestre de son exercice décalé 2019-2020, le fabricant danois d'ingrédients alimentaires a abaissé sa prévision de croissance organique pour l'exercice annuel. "Même si le premier trimestre était très conforme à nos attentes, nous resserrons nos prévisions pour 2019/20. Nous avons commencé l'année avec des perspectives prudentes en raison des défis auxquels nous étions confrontés, et ces défis se sont révélés persistants", explique son CEO Mauricio Graber. Il vise désormais une fourchette entre 4% et 6% contre une fourchette entre 4% et 8% précédemment.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect