Publicité

L'Europe et les banques voient rouge (+débriefing actions européennes)

Les principaux indices actions en Europe sont repartis en territoire négatif, notamment déçus par les espoirs envolés quant à un traitement potentiel du Covid-19. ©REUTERS

Les marchés européens ont terminé la semaine en nette baisse, plombés notamment par le secteur bancaire qui a souffert d'une note de Standard & Poor's.

Les principaux indices actions en Europe sont repartis en territoire négatif, déçus à la fois par le manque de détails concernant le plan de relance européen et par les espoirs envolés quant à un traitement potentiel du Covid-19.

Le Footsie britannique a reculé de 1,28%, le CAC 40 de 1,30% et le Dax allemand de 1,69%. L'indice paneuropéen a de son côté cédé 1,10%. Tous les sous-indices sectoriels ont terminé dans le rouge, à commencer par les banques (-2,86%) et le compartiment des loisirs (-3,44%).

Le titre Nestlé a pris 1,78% à la Bourse de Zurich. Le géant suisse de l'agroalimentaire a enregistré au premier trimestre la croissance de ses ventes la plus soutenue depuis près de cinq ans, grâce aux achats de précaution effectués par les consommateurs avant l'application de mesures de confinement liées à la pandémie de coronavirus. Son chiffre d'affaires affiche une croissance organique de 4,3% sur janvier-mars, alors que les analystes tablaient en moyenne sur une hausse de 3%. Jefferies note d'ailleurs que Nestlé a réalisé des performances commerciales supérieures à celles de ses principaux concurrents.

Le groupe pharmaceutique Sanofi (+2,31%) a vu son chiffre d'affaires progresser de 6,9% au cours des trois premiers mois de l'année, à 8,973 milliards d'euros. Fort de ces résultats, il a confirmé ses prévisions pour l'exercice annuel, anticipant un bénéfice net par action des activités en croissance d’environ 5% à taux de changes constants "sauf événement majeurs défavorables imprévus".

À Francfort, Lufthansa a perdu 8,02% au lendemain de la publication de ses résultats trimestriels. Le premier groupe européen de transport aérien a fait état d'un chiffre d'affaires en baisse de 18%, à 6,4 milliards d'euros, et d'une perte opérationnelle de 1,2 milliard d'euros au premier trimestre. Selon l'agence Reuters, qui cite des sources proches du dossier, le groupe allemand espère par ailleurs finaliser la semaine prochaine avec les pouvoirs publics un plan de sauvetage qui pourrait atteindre les 10 milliards d'euros.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés