L'Europe portée par les espoirs de reprise (débriefing actions étrangères)

©REUTERS

Les actions européennes sont reparties de l'avant profitant des nouveaux records inscrits à Wall Street et d'un regain d'optimisme sur la reprise économique.

Les principales bourses européennes ont repris des couleurs, retrouvant le chemin des gains après quatre séances consécutives de repli. L'élan donné la veille par Wall Street en réaction à de solides indicateurs économiques a rassuré les investisseurs.

À Paris, le CAC 40, qui avait perdu 2,2% sur les quatre séances précédentes, a gagné 1,90% à 5.031,74 points. Londres était aussi à la fête, le FTSE 100 ayant glané 1,35%. Tendance similaire à Francfort où le DAX a avancé de 2,07%.

À l'exception de celui des banques, tous les grands indices sectoriels européens Stoxx ont évolué dans le vert.

Sur le marché parisien, on retrouvait Kering (+5,33%) et Airbus(+3,61%) parmi les meilleures performances du CAC 40. Hors indice, Eurazeo a bondi de 7,16% après une recommandation d'achat de Bank of America.

Pernod Ricard a grappillé 2,55% même si le groupe de vins et spiritueux s'attend à un environnement encore "volatil et incertain" pour son exercice 2020-2021 après une chute de 9,5% de son chiffre d'affaires et de 13,7% de son bénéfice courant sur 2019-2020.

Suez s'est adjugé 2,72% après l'évocation par Antoine Frérot, le patron de Veolia (+3,09%) de la possibilité d'une offre publique d'achat en cas d'échec du projet de rachat des parts d'Engie (+1,38%) dans Suez.

Sur le DAX, Bayer (+1,41%) était à la traîne par rapport aux autres membres de l'indice. Le groupe chimique a demandé à la Cour suprême de Californie de réexaminer le verdict accordant 20,5 millions de dollars d'indemnités à un jardinier ayant accusé l'herbicide Roundup d'être à l'origine de son cancer, estimant que cette décision de justice est en contradiction avec la loi fédérale.

À Amsterdam, les investisseurs ont apprécié le comportement écoresponsable d'Unilever (+2,58%). Le propriétaire, notamment, des produits nettoyants CIF va investir un milliard d'euros pour abandonner les produits chimiques dérivés de combustibles fossiles pour ses produits d'entretien d'ici 2030.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés