La Bourse de Francfort doublée par celle de Paris

Les constructeurs auto allemands souffrent bien plus que leurs concurrents français à la fois des menaces américaines et de la baisse des ventes en Chine, leur premier marché. ©EPA

Les avertissements sur résultats pleuvent en Allemagne. Dernier en date, celui de SAP ce jeudi. Dans la foulée, la Bourse de Francfort a perdu sa place de leader en Europe, au profit du CAC 40 notamment.

Les investisseurs à la Bourse de Francfort ne font pas dans la dentelle. Quand ils sont déçus, ils n’hésitent pas à le faire savoir. Pas plus tard que ce jeudi, le groupe actif dans les services numériques SAP en a fait les frais. Le cours de son action a démarré la séance en chutant de plus de 10%, avant de réduire de moitié ce recul en clôture. Le spécialiste des logiciels professionnels a annoncé une baisse de 21% de son bénéfice d’exploitation et averti qu’il ne voyait pas d’amélioration sur ses marges avant 2020.  

Avertissements en série

La mise en garde émise par SAP pourrait apparaître comme un simple accident de parcours, la vie des  affaires étant faite ainsi, tantôt de hauts, tantôt de bas. Le hic, c’est que les prévisions peu emballantes de SAP s’ajoutent à d’autres de la même veine entendues ces derniers temps. A celles, par exemple, qu’ont communiquées, entre autres, BASF, Daimler, BMW, ou encore Deutsche Bank la semaine passée. A celles de la compagnie aérienne Deutsche Lufthansa, qui avait averti à la mi-juin sur ses résultats 2019. A celles encore tenues un mois auparavant par le spécialiste des produits de consommation courante Henkel (Persil, Le Chat), qui a dû admettre une baisse de sa marge opérationnelle ajustée.

Rien ne va-t-il donc plus dans la maison "AG"? Le scandale des moteurs truqués affectant l’ensemble du secteur automobile en Allemagne et les doutes du marché sur la solidité de Deutsche Bank n’avaient-ils pas suffi? Ils avaient semé le trouble sur la réputation de gestionnaires rigoureux qui était celle des patrons allemands au cours des dernières décennies. Tout comme les milliers de plaintes que Bayer doit affronter actuellement de gens qui disent être victimes du Roundup, cet herbicide tombé dans l’escarcelle du chimiste basé à Leverkusen suite à l’acquisition de l’américain Monsanto en 2018.

La Chine et l’automobile allemande

Tout n’est cependant pas aussi sombre qu’il n’y paraît à la Bourse de Francfort. C’est ce que tend à indiquer l’évolution des principaux indices boursiers de la cote allemande, comparé à celle d’autres indices de marchés voisins. La progression de l’indice DAX 30 Cours, celui qui comme le CAC 40 de Paris ou le Bel 20 de la Bourse de Bruxelles et, contrairement donc au DAX 30 habituellement suivi, ne prend pas en compte dans son calcul les dividendes payés par les entreprises, affiche une performance à peine inférieure à celle du CAC 40 depuis le début de cette année. Il affiche une progression de 12,6% à 5.476 points, contre une hausse de 17,6% pour l’indice français, à 5.640,10 points.

Pour mémoire, ces deux indices ont été lancés le 31 décembre 1987.

Le DAX 30 Cours a inscrit son dernier record historique en janvier 2018. Soit quelques jours avant la chute des Bourses chinoises sur l’apparition des premières craintes de ralentissement de la croissance économique en Chine.

L’indice français tient certes l’avantage sur le DAX 30 cours. Mais cet écart se justifie pour l’essentiel par la sensibilité plus importante de l’économie allemande, fort tournée à l’exportation dans le monde, aux menaces américaines qui pèsent sur le commerce mondial. Sujets à des mesures de rétorsion fiscales que pourrait prendre le président américain Donald Trump à l’encontre des importations de voitures européennes aux Etats-Unis, les voitures allemandes par exemple sont davantage concernées par ce risque que les constructeurs français.

La Chine étant devenue le premier marché pour les constructeurs allemands, la baisse des nouvelles immatriculations depuis plusieurs mois dans ce pays les affecte en outre bien plus que leurs concurrents français. Il est piquant de noter à ce propos que le DAX 30 Cours a inscrit son dernier record historique (6.426,9 points) le 23 janvier 2018. Soit quelques jours avant la chute des Bourses chinoises sur l’apparition des premières craintes de ralentissement de la croissance économique en Chine.

Publicité
Publicité

Echo Connect