La Bourse de Francfort veut faire peau neuve

Deutsche Boerse veut moderniser les règles régissant la composition de ses indices. ©BELGAIMAGE

Deutsche Boerse souhaite fixer de nouvelles règles en matière de bonne gouvernance pour les membres actuels et futurs de ses indices afin d'éviter une nouvelle affaire Wirecard.

Redonner confiance dans les marchés financiers et redorer l'image de la Bourse de Francfort. Telle est la mission que s'est donné l'opérateur boursier Deutsche Boerse après le scandale Wirecard.

Il a annoncé, ce lundi, le lancement d'une grande consultation dans le but de moderniser les règles régissant la composition de son indice de référence, le DAX, mais également des indices plus petits MDAX, SDAX et TecDAX.

Les entreprises qui composent déjà le DAX devront faire le point sur leurs activités chaque trimestre et publier un rapport annuel audité.

"L'objectif est d'introduire des mesures plus sélectives, de les aligner sur les normes internationales, tout en maintenant la transparence, la prévisibilité et l'objectivité d'un tel cadre réglementaire", explique Qontigo, la filiale de Deutsche Boerse en charge de la gestion des principaux indices allemands.

Rentabilité et respectabilité

L'opérateur boursier a dévoilé une série de propositions qui vont de l'évolution des bénéfices à la bonne gouvernance des membres actuels ou futurs. Outre les traditionnelles exigences en matière de valorisation et de volumes d'échange, les sociétés candidates pour entrer au sein du DAX devront, par exemple, être rentables en affichant un ebitda positif au cours des deux années précédant l'inclusion dans l'indice de référence.

Le CEO de Deutsche Boerse Theodor Weimer souhaite l'expansion du DAX 30 vers un DAX 40. ©REUTERS

Les entreprises qui composent déjà le DAX devront, de leur côté, faire le point sur leurs activités chaque trimestre et publier un rapport annuel audité. "Les noms des groupes qui ne respectent pas ces règles seront dévoilés et si les résultats ne sont pas publiés dans les 30 jours, les valeurs seront retirées de l'indice dans un délai de deux jours ouvrables", précise Qontigo.

À noter également que les sociétés devront disposer d'un comité d'audit et ne pas produire ou vendre des armes "controversées" telles que les mines antipersonnel ou les armes biologiques/chimiques.

Vers un élargissement du DAX?

Deutsche Boerse propose enfin de revoir le nombre de sociétés qui composent le DAX et le MDAX. L'indice phare de la Bourse de Francfort n'aurait plus 30 mais 40 composants tandis que son petit frère verrait la liste de ses membres réduite à 50 contre 60 précédemment.

40
sociétés
Doetsche Boerse propose de relever à 40 le nombre de sociétés reprises dans son indice phare qui deviendrait le DAX 40.

"Ce n'est un secret pour personne que je serais personnellement heureux de l'expansion du DAX 30 vers un DAX 40", reconnaît Theodor Weimer, CEO de Deutsche Boerse.

Les investisseurs ont jusqu'au 4 novembre, 20 heures, pour se prononcer sur cette série de propositions. Les résultats de la consultation devraient être dévoilés d'ici le 23 novembre afin que les éventuelles modifications réglementaires soient effectives l'année prochaine pour la plupart.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés