La Bourse de Londres en forte hausse après la victoire de BoJo

©Bloomberg

Les valeurs dépendantes de l'économie britannique ont décollé après la victoire de Boris Johnson aux législatives. La livre sterling se renforce et pénalise les multinationales.

La Bourse de Londres a terminé en forte hausse vendredi, après avoir brièvement reculé à l'ouverture, les indices étant dopés par la nette victoire du conservateur Boris Johnson aux législatives, qui devrait dissiper les incertitudes du Brexit.

L'indice vedette FTSE-100 a pris 1,10%, mais est  un peu ralenti par le bond de la livre sterling qui pénalise les multinationales.

De son côté, le FTSE-250, qui représente davantage l'économie britannique, a bondit  de 3,27%, signe de l'optimisme du marché sur le Brexit et l'espoir d'un rebond à court terme de l'activité. L'indice a même atteint un plus haut historique tout près des 22.000 points.

Ailleurs en Europe, les autres places boursières ont aussi profité du résultat  des élections britanniques, mais sont ralentis par les doutes sur l'accord conclu entre la Chine et les Etats-Unis.  L'indice Stoxx 600 a gagné 1,08% et l'Euro Stoxx 50 0,62%. Paris a progressé de 0,57%, Francfort de 0,38%, mais le Bel 20 termine quasi inchangé.

Cette large victoire des conservateurs "va apporter plus de certitudes politiques pour les marchés, ce dont ils avaient besoin", note Samuel Springett, analyste chez Accendo Markets.

Le net mandat obtenu par Boris Johnson devrait lui permettre de réaliser le Brexit fin janvier et donc de mettre fin à une longue période d'incertitudes qui n'a eu de cesse de perturber les marchés et l'économie britannique en général.

Les prochaines étapes du Brexit

Voici les dates clés des étapes à venir dans le long et tortueux processus de Brexit.

  • 13 décembre: un nouveau gouvernement. Boris Johnson se rendra à Buckingham Palace pour être renommé Premier ministre par la reine Elizabeth II.
  • 17 décembre: nouvelle session au Parlement. Les députés nouvellement élus à la Chambre des communes choisiront leur "speaker" (président). Les 650 députés prêteront serment.
  • 19 décembre: discours de la reine. Elle devrait dévoiler le calendrier législatif de Boris Johnson. 
  • 31 janvier: Brexit. Boris Johnson va chercher d'ici là à faire adopter par le Parlement l'accord de divorce qu'il a négocié avec l'UE.
  • 1er juillet: date butoir pour prolonger la période de transition. Après le départ de l'UE, le pays entrera dans une phase de transition dans laquelle ses relations resteront inchangées avec les 27 jusqu'au 31 décembre 2020. Ce délai doit permettre aux deux parties de nouer une nouvelle relation en termes de commerce et de sécurité. Le Royaume-Uni peut aussi vouloir prolonger cette période pour un ou deux ans, mais doit informer l'UE de sa demande avant le 1er juillet. 
  • 31 décembre 2020: fin de la période de transition. C'est en l'état la fin des liens entre l'Union européenne et le Royaume-Uni tels qu'ils auront existé pendant 47 ans. Sans nouvel accord ou extension de la période de transition, commerce et transports, entre autres, risquent des perturbations majeures. 

Les investisseurs espèrent désormais que l'économie, au point mort après avoir échappé à la récession au troisième trimestre, va pouvoir reprendre du poil de la bête.

Les valeurs dépendants de l'économie britannique  en profitent

Les entreprises exposées à l'économie britannique s'envolent après le résultat des élections, bénéficiant notamment de la livre forte, à l'inverse des multinationales.

La banque RBS a pris 8,27%, sa concurrente Lloyds Banking Group 5,58%, le groupe de BTP Persimmon 11,46% et son rival Taylor Wimpey 14,68%.

De même, le groupe de télévision ITV  a grimpé tout comme les fournisseurs d'énergie, à l'image de Centrica , qui craignaient les nationalisations promises par les travaillistes.

Cette large victoire des conservateurs va apporter plus de certitudes politiques pour les marchés, ce dont ils avaient besoin.
Samuel Springett
analyste chez Accendo Markets

Des multinationales pénalisées par la livre sterling

Les entreprises multinationales sont pénalisées par la forte hausse de la livre sterling, qui amenuise la valeur des résultats réalisés à l'étranger une fois qu'ils sont convertis en devise britannique. Le fabricant de spiritueux Diageo  a reculé et le groupe de produits d'hygiène et de santé Reckitt Benckiser  aussi.

Des minières en hausse

Les valeurs du secteur minier ont reculé après les doutes sur un accord partiel entre Washington et Pékin, après 19 mois d'une féroce guerre commerciale entre les deux premières puissances économiques mondiales. Antofagasta et Rio Tinto  ont terminé en baisse.

Boris Johnson, le candidat favori des marchés

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés