La Bourse de Paris adore le luxe (Débriefing actions européennes)

©REUTERS

Les Bourses européennes ont ponctué la semaine par une nette hausse ce vendredi, effaçant en une séance la majeure partie des pertes accumulées sur les quatre précédentes.

Après la gifle de la veille, les marchés européens sont repartis de l'avant, réconfortés à l'idée de savoir que Pfizer pourrait déposer dès le mois de novembre une demande d'homologation d'urgence pour son candidat vaccin.

Déjà dans le vert, les indices européens ont amplifié leur rebond à cette annonce. À la cloche, le CAC 40 parisien a glané 2,03%. À Londres, le FTSE 100 a pris 1,49% et à Francfort, le Dax a grossi de 1,62%. Le Stoxx 600 Europe est remonté de 1,26%, mais il affiche un repli de près de 1% sur l'ensemble de la semaine.

À Paris, le numéro un mondial du luxe LVMH a grimpé de plus de 7%, porté par la publication de ses résultats d'un troisième trimestre qui a vu la division Mode et Maroquinerie faire des étincelles. La bonne tenue du marché asiatique a aussi permis au groupe français de limiter la casse par rapport à l'année 2019, qui, pour rappel, était une année record dans le secteur du luxe.

La bonne tenue de LVMH a déteint sur les autres poids lourds français en la matière. Hermès a gagné 2,33%, et Kering, maison mère des Yves Saint Laurent, Balenciaga et autres Gucci, a aussi avancé de 4,01%. Avec les hausses signées ce vendredi, les trois virtuoses français du luxe sont repassés dans le vert en séance sur l'ensemble de l'année 2020.

La plus forte hausse sectorielle du jour en Europe est pour l'automobile. La hausse des immatriculations sur le marché européen, une première en 2020, a réconforté la cote. Le secteur a aussi bénéficié des résultats trimestriels meilleurs qu'attendu présentés par Daimler, dont l'action a vrombi de 5,48%. La maison mère de Mercedes retrouve quasiment son niveau du début de l'année après une remontée de plus de 120% depuis son point bas du 19 mars dernier.

Le géant allemand Thyssenkrupp a progressé de 10,79% après l'offre du groupe Liberty Steel sur ses activités sidérurgiques.

Sur le marché londonien, le groupe publicitaire J.D. Wetherspoon (-19,43%) a chancelé en dévoilant des chiffres trimestriels très affectés par les restrictions imposées à l'horeca britannique, un de ses principaux clients.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés