La couche intelligente d'Ontex ne séduit pas le marché

Ontex est un spécialiste des produits d'hygiène. Il a présenté un lange équipé de capteurs à destination des maisons de repos et de soins. Il devrait aider le personnel en réduisant le temps consacré à la gestion de la continence. ©Wim Kempenaers (WKB)

Sauf à Londres et à Bruxelles, les marchés européens sont parvenus à avancer malgré un démarrage compliqué. À Bruxelles, Colruyt a repris des couleurs et Ontex a vu rouge.

La Réserve fédérale a donné du fil à retordre aux investisseurs en pointant 2023 comme moment pour faire remonter ses taux. Jerome Powell, le président de la Fed, a aussi avancé plusieurs arguments en faveur d'une diminution de ses achats d'obligations sur les marchés, comme la solide reprise de la première économie mondiale.

Le changement de ton de la banque centrale américaine a secoué les marchés. L'Europe boursière a entamé la journée nettement dans le rouge, certains suiveurs signalant que la Fed a donné le "go" aux prises de bénéfices après la forte remontée des actions européennes ces derniers mois.

Mais les indices européens se sont repris en deuxième partie de séance. Hormis à Londres et à Bruxelles, les grandes places du continent ont terminé la journée en positif. Le Stoxx 600 a mis fin à sa série de neuf séances consécutives dans le vert, abandonnant 0,12% ce jeudi. Il reste cependant à quelques encablures de son record historique.

À la clôture des marchés européens, Wall Street évoluait sans direction. Le Dow Jones abandonnait 0,5% et le Nasdaq, profitant du rebond des valeurs technologiques, prenait plus de 1%. Le S&P 500 (+0,06%) était stable.

Colruyt se reprend

Bruxelles a eu plus de mal que ses voisins européens. Le Bel 20 n'a pu compter que sur l'apport de trois pensionnaires pour tenter d'avancer. Insuffisant. Il termine en repli de 0,52%, mais se maintient au-dessus des 4.200 points.

Colruyt a pu panser ses plaies après la culbute de 11,4% signée la veille en réaction à ses résultats annuels. Le distributeur basé à Halle a glané 4,34% à 47,84 euros.

À l'autre bout de l'indice, on retrouvait Aperam (-3,31%). Comme l'ensemble des valeurs liées aux matières premières, le producteur d'acier inoxydable a passé une séance difficile après l'avertissement chinois. Pékin va puiser dans ses réserves nationales et mettre sur le marché des métaux pour atténuer la flambée des prix des matières premières.

Ontex boit la tasse

Sur les marchés des moyennes capitalisations, Ontex a signé une des plus fortes baisses du jour, malgré le lancement d'un produit innovant. Le producteur de couches et de serviettes hygiéniques a présenté une nouvelle couche intelligente. Équipée d'un capteur qui indique via une appli quand un changement est nécessaire, elle pourrait faire gagner beaucoup de temps au personnel des centres de soins résidentiels et des hôpitaux. Mais le marché ne semble pas y croire. Ontex a lâché 5,09% à 10,45 euros ce jeudi, et cela malgré l'augmentation de l'objectif de cours chez Barclays de 9,7 à 10,8 euros.

Les suiveurs du titre Ontex notent aussi que l'action du groupe belge s'est retrouvée dans le haut de la liste d'un article du magazine d'investissement Barron's paru en début de semaine et reprenant les actions européennes les plus sensibles à l'inflation des matières premières.

-42%
Une étude de terrain menée par Ontex a montré qu'avec sa couche intelligente il y avait 42% de fuites en moins le jour et 50% en moins la nuit. En outre, 75% de lits en moins ont dû être changés en raison de problèmes d'incontinence.

Mithra avance dans son traitement du Covid-19

Toujours à Bruxelles, Mithra (+0,21%) n'a pas fait de vagues avec l'annonce de la fin du recrutement des patients pour la deuxième phase de l'étude de son candidat médicament luttant contre le coronavirus. La biotech liégeoise, spécialisée dans la santé féminine, analyse l'action de l'œstrogène naturel estetrol chez les patientes atteintes du Covid-19.

Mais les investisseurs semblent se méfier de ce type de traitement. Il faut dire que la rouste subie le laboratoire pharmaceutique allemand CureVac en a refroidi plus d'un. L'action CureVac a dégringolé de plus de 41% après l'annonce d'une efficacité limitée à 47% de son vaccin contre le Covid-19.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés