Publicité

La Fed au secours des petites entreprises américaines

"Le rôle de la Fed est d'apporter autant de soutien et de stabilité que possible pendant cette période d'activité économique réduite et nos décisions d'aujourd'hui contribueront à assurer que la reprise à venir sera aussi solide que possible", a indiqué son président Jerome Powell. ©REUTERS

La Réserve fédérale américaine a annoncé de nouvelles mesures de soutien pour 2.300 milliards de dollars. Les petites et moyennes entreprises, grandes oubliées des précédentes mesures, sont à présent au centre des préoccupations.

"L'inflation n'est plus le problème numéro un de la Réserve fédérale aujourd'hui." Le message du Jerome Powell, président de la Fed, est clair: éviter que la crise actuelle liée au Covid-19 ne provoque une explosion du chômage aux États-Unis et soutenir le plus possible l'économie américaine. Tous les moyens sont bons pour y arriver. La banque centrale américaine a annoncé de nouvelles mesures de soutien ce jeudi pour un montant de 2.300 milliards de dollars (2.115 milliards d'euros).

1.100
milliards de dollars
Avec les nouvelles mesures de la Fed, ce sont environ 1.100 milliards de dollars de prêts qui sont mis à disposition à des collectivités locales, ainsi que des petites et moyennes entreprises.

Sont visées en priorité les petites et moyennes entreprises. La Fed prévoit désormais de fournir 600 milliards de dollars d'argent frais à des entreprises employant jusqu'à 10.000 personnes, ou avec un chiffre d'affaires de 2,5 milliards de dollars en 2019. "Cela montre que les États-Unis ont sous-estimé la violence du choc économique créé par la pandémie du coronavirus", souligne Bernard Keppenne, économiste en chef de CBC Banque. "Les autorités ont peur que de nombreuses entreprises se retrouvent sur le carreau, dont de petites entreprises qui ne bénéficiaient pas des mesures de la Fed auparavant."

Les collectivités locales sont également concernées par les nouvelles mesures, avec un dispositif de prêts d'un montant de 500 milliards de dollars, pour "s'assurer que la reprise sera aussi vigoureuse que possible quand elle viendra".

Un rebond de la croissance au second semestre?

Bernard Keppenne rappelle que contrairement à la Banque centrale européenne (BCE), la Fed a d'autres objectifs que de maintenir une stabilité des prix, à savoir des taux d'intérêt à long terme modérés et le plein emploi. Ce dernier objectif est mis à mal aujourd'hui. Le département du Travail a fait état ce jeudi de 6,606 millions de demandes d'allocations de chômage reçues la semaine dernière. Un chiffre supérieur aux attentes des analystes, qui tablaient en moyenne sur 5,25 millions de demandes. Sur les trois dernières semaines, plus de 15 millions d'Américains se sont ainsi inscrits au chômage.

"La Réserve fédérale n'a plus de scrupules à être sans limite."
Bernard Keppenne
économiste en chef de CBC Banque

"Le contexte actuel est totalement différent de la crise financière de 2008. Le choc est plus brutal, plus court, mais demande aussi plus de besoins", explique l'économiste. "La Réserve fédérale n'a donc plus de scrupules à être sans limites."

Les marchés financiers ont naturellement bien réagi à ces nouvelles mesures. À Wall Street, les grands indices actions ont ouvert la séance sur un bond de plus de 1%. Le marché obligataire a également salué l'annonce: le taux américain à 10 ans a reculé à 0,72% contre 0,77% mercredi soir.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés