"La nervosité a repris le dessus" (débriefing actions européennes)

©REUTERS

Les marchés européens ont vu rouge après une série de mauvaises annonces: le secteur manufacturier US s'est contracté en août, la Bundesbank ne voit pas la nécessité d'adopter un plan fiscal, certains membres de la Fed gardent un ton peu accommodants...

Les principaux indices actions ont clôturé en nette baisse ce jeudi en Europe. Malgré la quasi-certitude que la Banque centrale européenne (BCE) va annoncer plusieurs mesures de soutien après sa réunion de septembre, les investisseurs ont surtout réagi aux mauvais indicateurs économiques. Le secteur manufacturier américain a, pour la première fois depuis septembre 2009, connu une contraction en août selon les données d'IHS Markit. Combiné aux propos peu accommodants de certains membres de la Réserve fédérale, cela a provoqué une baisse des marchés et une nouvelle inversion de la courbe des taux américains.

"On pensait avoir une séance d'accalmie mais on repart dans des excès de volatilité. La nervosité a repris le dessus", a commenté Thierry Claudé, gérant chez Kiplink Finances. Le Dax allemand a reculé de 0,47%, le Cac 40 de 0,87% et le Footsie britannique de 1,05%. L'indice paneuropéen Stoxx 600  a de son côté perdu 0,40%, plombé par les valeurs technologiques (-1,77%) et de la construction (-1,09%).

Le titre NMC Health s'est envolé de 18,60% à Londres. Selon l'agence Reuters, deux consortiums, dont l'un soutenu par le chinois Fosun, seraient en concurrence pour acquérir une participation de 40% dans ce gestionnaire de clinique valorisé à près de 2 milliard de dollars.

À la Bourse de Francfort, Thyssenkrupp a bondi de 5,59%. L'industriel allemand a annoncé porter plainte contre le refus par la Commission européenne de son projet de fusion avec l'indien Tata dans l'acier, accentuant à travers cette procédure rare la pression sur des règles européennes de la concurrences jugées trop strictes. La Commission avait interdit début juin ce mariage, disant craindre une réduction de la concurrence dans le secteur de l'acier.

Côté baisse, Sunrise Communications a cédé 6,37% à Zurich. L'opérateur suisse de télécoms a défendu son projet d'acquisition de son concurrent UPC Suisse contre son actionnaire allemand Freenet qui s'oppose à une augmentation de capital destinée à financer l'opération. En février, Sunrise avait annoncé une offre de 6,3 milliards de francs suisses (5,7 milliards d'euros à taux actuels) pour racheter son concurrent local auprès du groupe américain Liberty Global. Mais Freenet estime que le prix proposé est trop élevé.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect