La plus grosse IPO de l'histoire vise encore plus haut

©EPA

La filiale de paiement d’Alibaba revoit sérieusement à la hausse son offre pour sa prochaine IPO qui pourrait valoriser Ant Group à 280 milliards de dollars.

Ant Group, en lice pour devenir l'IPO la plus importante de l'histoire, fait monter les enchères. La filiale financière du champion asiatique de l'e-commerce Alibaba vise à présent un objectif de valorisation d'au moins 280 milliards de dollars, soit environ 12% de plus que les précédentes estimations qui tournaient autour des 250 milliards d'euros.

35
milliards $
Avec son introduction en bourse, Ant Group pourrait lever 35 milliards de dollars (29,8 milliards d'euros). Un record mondial.

À l'échelle du secteur, 280 milliards de dollars, c'est 70 milliards de plus que Bank of America, la plus grande banque outre-Atlantique.

Ant espère ainsi lever environ 35 milliards de dollars avec son arrivée à la Bourse de Hong Kong et celle de Shanghai. Pour rappel, le record en la matière est détenu par le roi du pétrole Aramco qui a levé 29,4 milliards de dollars pour ses premiers pas en bourse.

Du monde au balcon

Si la fintech revoit ses ambitions à la hausse, c'est avant tout grâce à l'engouement des investisseurs pour son offre. De nombreux fonds publics chinois ont ainsi soutenu l'IPO de Ant.

Dans le même temps, l'entreprise technologique explique qu'elle avance bien dans les méandres de l'administration chinoise pour faire valider son prospectus. La date de sa première cotation pourrait être fixée la semaine prochaine, selon des sources proches du dossier qui indiquent que des grandes banques internationales ont promis de sauter à pieds joints dans l'aventure boursière de Ant.

Le fonds souverain de Singapour prévoit aussi d'investir plus d'un milliard de dollars dans le fondateur d'Alipay.

Ant, la prochaine cible de Trump après TikTok

L'application de paiement mobile Alipay, fer de lance de la stratégie commerciale d'Ant Group, n'est pour l'instant pas accessible aux consommateurs américains aux États-Unis.

Cela n'empêche pas certains membres de l'administration Trump à vouloir placer Ant sur sa liste noire d'entreprises chinoises, indique l'agence Bloomberg. Le ministère américain des Affaires étrangères semble craindre une fuite des données bancaires des citoyens US.

La liste noire dressée par Washington, qui limite la capacité des entreprises américaines à faire des affaires avec les sociétés chinoises qui en font partie, est devenue l'un des principaux instruments de l'administration Trump dans sa campagne visant à freiner la montée en puissance de la Chine sur la scène économique mondiale.

Si Alipay est très majoritairement utilisé par des consommateurs chinois disposant de comptes bancaires en yuans, la plate-forme est connectée à de nombreux commerçants américains pour accepter des paiements de touristes, d'hommes d'affaires et d'entreprises chinois.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés