Le DAX 30 est mort, longue vie au DAX 40

©EPA

Dans moins d'un an, le principal indice boursier allemand accueillera 10 nouvelles valeurs. Elles devront toutefois répondre à de nouveaux critères, plus qualitatifs.

L’indice phare de la Bourse de Francfort va connaître au cours des prochains mois la réforme la plus importante de son histoire. Le changement le plus symbolique est sans conteste l’accroissement du nombre des valeurs qui le composent. À partir de septembre 2021, le DAX comptera officiellement 10 membres supplémentaires, pour un total de 40. La taille de son petit frère, le MDAX, sera à l'inverse réduite de 60 à 50 composants.

Cette refonte – souhaitée depuis longtemps par l’actuel CEO de la Deutsche Boerse – permettra au DAX de refléter davantage la diversité de l’économie allemande et de ne plus être dominé par de grandes entreprises des secteurs automobile et chimique. "Les indices de référence européens sont généralement trop étroits par rapport aux indices américains", souligne auprès de l’agence Bloomberg Frederik Hildner, gestionnaire de portefeuille chez Salm-Salm & Partner. Or, "des indices de référence étroits sont souvent fortement affectés par les mouvements brusques de leurs poids lourds. J'ai donc tendance à apprécier la future extension" du DAX.

Rappelons que l’origine de cette réforme est liée au scandale Wirecard. La fintech allemande, qui était entrée en fanfare au sein de l’indice boursier en septembre 2018, a acté deux ans plus tard un trou d’environ 2 milliards d’euros dans ses comptes. Pour ne plus revivre un tel événement, la Deutsche Boerse a lancé début octobre une grande consultation populaire pour moderniser les règles régissant la composition de son indice de référence.

Les candidats potentiels

Après avoir pris le pouls auprès de 600 intervenants de marché, la Bourse de Francfort a annoncé ce mardi les nouveaux critères de sélection - plus qualitatifs - pour entrer au sein du DAX. Il y a très peu de changements par rapport aux propositions présentées en octobre. Une seule n'a pas été retenue: celle d'exclure les entreprises impliquées dans la production/vente d'armes controversées.

"Nous avons reçu des avis très partagés sur les thèmes de la durabilité et des critères ESG. De nombreux participants ont soulevé la question de savoir si ces critères devraient jouer un rôle dans la sélection des membres du DAX", explique Qontigo, la filiale de Deutsche Boerse en charge de la gestion des principaux indices allemands, dans un communiqué.

Les rumeurs vont bon train dans les salles de marché pour savoir qui va entrer au sein du DAX. Parmi les candidats potentiels, on retrouve notamment Airbus SE , Siemens Healthineers AG , Sartorius AG , Zalando SE , Knorr-Bremse AG et Hannover Rueck SE .

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés