Publicité
Publicité

Le dragon chinois en tête des actions étrangères préférées des analystes belges

Alibaba se hisse en tête des actions étrangères préférées des analystes belges. ©REUTERS

Notre tour de table sur les actions étrangères préférées a donné lieu à pas moins de 57 nominations. Les analystes se tournent principalement vers la Chine, où est née la pandémie de coronavirus, mais où elle a été le plus rapidement maîtrisée. De plus, les analystes s’intéressent au secteur pharmaceutique et aux entreprises européennes actives dans la transition énergétique.

1) Alibaba

Le premier dragon chinois est Alibaba . Le cours de cette action technologique a déjà augmenté de 25% cette année, mais selon les analystes, elle recèle encore beaucoup de potentiel. "L'entreprise est le leader mondial du commerce en ligne en termes de chiffre d’affaires", déclare-t-on chez BNP Paribas Fortis. "Alibaba est depuis longtemps le numéro un des services internet – surtout du commerce en ligne – sur son marché domestique, qui est aussi le plus important au monde. Après tout, les ‘millenials’ aiment acheter sur internet, ce qui fera automatiquement augmenter la part de marché des ventes en ligne dans les années à venir. Nous nous attendons à ce que le chiffre d’affaires et les bénéfices augmentent de 20% par an au cours des cinq prochaines années."

"Bien que la pression des régulateurs chinois augmente, nous ne pensons pas que cela ébranlera la solide position d'un mastodonte comme Alibaba."
Les analystes de Van Lanschot

Van Lanschot a également placé Alibaba au sommet de sa liste. Le banquier privé ne se montre pas trop inquiet de l’inflation de réglementations en République populaire. "Bien que la pression des régulateurs chinois augmente, nous ne pensons pas que cela ébranlera la solide position d'un mastodonte comme Alibaba." La banque se montre plutôt rassurante quant à la valorisation – peu claire – d’Ant Group, une filiale d'Alibaba. "Selon nos estimations, Ant représente environ 11% de la valeur d'Alibaba. Si la valeur de 'la fourmi' s'avère finalement 30% inférieure aux estimations, son impact – soit un peu plus de 3% – sera de toute façon modeste."

2) Prosus

Prosus est la deuxième société chinoise au menu des analystes. L'action est cotée à Amsterdam, mais comprend les intérêts dans le secteur internet du géant sud-africain des médias, Naspers. L'atout le plus important de Naspers est sa participation de 31% dans Tencent, le géant chinois de l'internet. Prosus a encore fait mieux qu'Alibaba avec une hausse de 40% en 2020, mais les analystes restent enthousiastes.

"À elle seule, la participation dans Tencent vaut plus que la capitalisation boursière de Prosus", a calculé la banque Nagelmackers. "Les autres participations dans les plates-formes en ligne, les livraisons de repas et les systèmes de paiement numérique sont donc gratuites. Pendant la pandémie, tous ces segments de l'économie numérique ont affiché de bons résultats. Cette hausse devrait se poursuivre de manière structurelle dans les années à venir."

Le magazine spécialisé Initié de la Bourse parle de l'attrait de Prosus comme d’une évidence. De nombreux analystes préfèrent Tencent à Alibaba en raison des possibilités d'expansion plus rapide du gaming. Tencent est l'une des entreprises en croissance les plus prometteuses des années à venir."

3) Pfizer

S’il est clair que la pandémie de coronavirus a permis à la Chine de mettre le turbo au niveau technologique, l'arrivée du virus semble également faire le jeu du secteur de la santé pour les années à venir, en mettant davantage l'accent sur le bien-être. Les analystes mettent donc à l’honneur Pfizer , le groupe pharmaceutique qui a développé un vaccin très performant contre le nouveau virus. Pfizer s’en sort également très bien cette année, avec un bénéfice de 39%.

"Ces dernières années, Pfizer a vendu quelques divisions rentables pour se recentrer sur la recherche de pointe en oncologie, dans les maladies respiratoires et les vaccins", explique-t-on chez BNP Paribas Fortis. "Cette nouvelle orientation devrait accélérer son expansion dans les années à venir. La valorisation est attrayante, notamment en raison de la solidité du bilan et de la nouvelle phase de croissance des bénéfices. Pfizer dispose de suffisamment de liquidités et peut continuer à racheter des actions et à verser des dividendes intéressants."

"Pfizer dispose de suffisamment de liquidités et peut continuer à racheter des actions et à verser des dividendes intéressants."
Les analystes de BNP Paribas Fortis

Test-Achats Invest s’attend à une contribution positive du vaccin contre le coronavirus: "Le nouveau vaccin devrait booster les ventes au plus tard en 2021. L'approbation du vaccin par les autorités sanitaires devrait soutenir le cours de l’action."

4) Alstom

Le constructeur français de trains Alstom fait lui aussi son entrée dans le top 10. Selon KBC Asset Management, le "Green Deal" de l'UE pourrait donner un solide coup de pouce au secteur ferroviaire européen. "D'ici 2050, le secteur des transports de l'UE devrait être totalement neutre en CO2. Le train est le seul moyen de transport qui parvient à réduire ses émissions année après année."

Même son de cloche du côté de L’Investisseur qui cite aussi l’action Alstom. "En reprenant la division transport du canadien Bombardier, Alstom est devenue un géant du secteur des trains et des tramways. Le carnet de commandes de 71 milliards d'euros représente plus de 4,5 fois le chiffre d'affaires annuel. L'acquisition générera 400 millions d'euros de synergies et augmentera le bénéfice par action d'au moins 10% dès la deuxième année suivant la clôture de l'opération. En outre, l'action bénéficiera en tant que ‘valeur verte’ des flux de trésorerie du secteur des fonds ESG, en croissance constante."

5) Schneider

Tout comme Alstom, Schneider est bien positionné pour profiter de la transition énergétique en Europe. "Le groupe développe des appareils électroniques qui fonctionnent à l'air – propre – au lieu de gaz  – à effet de serre nocif", souligne-t-on à la banque Nagelmackers. "L'économie mondiale doit rapidement s'électrifier. La technologie de Schneider rendra la transition possible."

"Malgré la valorisation relativement élevée, le potentiel du cours n'a pas encore été épuisé", déclarent les experts de Test-Achats Invest. Schneider continue d'investir dans des centres de données, de plus en plus demandés en raison de l’augmentation du volume du trafic internet. En outre, le groupe se renforce dans le domaine des logiciels et l'entreprise est financièrement solide.

6) Roche

Avec Roche , un deuxième groupe pharmaceutique se retrouve dans la liste des favoris. Selon Van Lanschot, les résultats du troisième trimestre ont été décevants en raison de la diminution des consultations à l'hôpital et des retards de traitement dus à la pandémie. "La baisse est particulièrement visible au niveau des médicaments les plus anciens. Les nouveaux traitements affichent des chiffres d’affaires meilleurs que prévu, ce qui en dit long sur leur potentiel. Avec Hemlibra, par exemple, utilisé pour traiter l'hémophilie, Roche a réalisé un chiffre d'affaires de 3% supérieur aux prévisions." Une fois la pandémie sous contrôle, l’impact négatif temporaire de la crise devrait disparaître.

7) Amazon

Suite à la crise du coronavirus, les consommateurs se sont littéralement rués sur les achats en ligne. "Amazon est le géant incontesté du commerce en ligne", affirme-t-on chez Leleux. "En outre, le groupe développe des services qui permettent aux détaillants et aux sociétés de distribution d'effectuer leurs transactions. Amazon jouit d’une des meilleures notations de crédit. Chaque année, le bénéfice par action augmente de plus de 20%."

+723%
La croissance du chiffre d'affaires d'Amazon ces dix dernières années.

Leo Stevens ne tarit pas d'éloges sur la croissance d’Amazon: "ces dix dernières années, le chiffre d'affaires est passé de 34 à 280 milliards de dollars. Et cette expansion n’est pas près de s’arrêter. Entre-temps, Amazon a développé un écosystème tellement solide que l'Américain moyen a du mal à le contourner. En outre, le service de cloud computing – Amazon Web Services – est de plus en plus utilisé par les entreprises. Cette activité se développe rapidement et est très rentable."

8) Check Point Software

À cause de l’émergence de l'économie du télétravail et de la consommation à domicile, la numérisation des entreprises joue désormais un rôle beaucoup plus important. Le spécialiste en sécurité des infrastructures informatiques Check Point Software en profite clairement. "La sécurité est un secteur en croissance. Les marges bénéficiaires élevées du groupe en font une action attrayante", affirment les spécialistes de Dierickx Leys. En outre, une grande partie des revenus est récurrente. La valorisation est raisonnable compte tenu de la qualité de l'entreprise.

"La sécurité est un secteur en croissance. Les marges bénéficiaires élevées de Check Point Software en font une action attrayante."
Les spécialistes de Dierickx Leys

"La demande de sécurité informatique continuera à augmenter en raison de la numérisation de la société et parce que le stockage des données se fait de plus en plus dans le cloud", explique-t-on chez Test-Achats Invest.

9) Ericsson

"Parmi les principaux acteurs des réseaux mobiles, Ericsson a les meilleures cartes en main, maintenant que le déploiement mondial de la 5G atteint sa vitesse de croisière", estime-t-on chez KBC Asset Management. "Nokia et Huawei, ses principaux concurrents, sont respectivement confrontés à des problèmes technologiques et géostratégiques, ce qui devrait permettre à Ericsson d'accroître sa part de marché."

10) Adobe

"Quiconque s'occupe de conception graphique, de gestion de documents numériques ou de conception web rencontrera Adobe sur sa route", déclare-t-on chez Leo Stevens. "Le groupe bénéficie d'un quasi-monopole dans le domaine des médias numériques, qui représente 70% du chiffre d'affaires. Le reste provient du marketing numérique, un marché en pleine croissance. Depuis que le modèle de vente est passé à un système par abonnements, le marché de l'entreprise a littéralement explosé. L'entreprise ne cesse d'offrir à ses abonnés des mises à jour et de nouvelles applications pour augmenter leur fidélité."

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés