Le luxe souffre, Sanofi se distingue (Débriefing actions européennes)

©Bloomberg

Le secteur du luxe peine dans un contexte de marché tendu par les tensions commerciales. Sanofi est porté par une note d'analystes.

Les Bourses européennes ont clôturé dans le rouge, victimes de prises de profits après trois séances de hausse, les tensions commerciales poussant les investisseurs vers les valeurs refuges comme l'or, le yen et les emprunts d'Etat.

À Paris, l'indice CAC 40 perd 0,49%. À Francfort, le Dax cède 0,41% et à Londres, le FTSE perd 0,42%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,33%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,44% et le Stoxx 600 de 0,23%.

Une majorité dees indices sectoriels européens restent dans le rouge. Le secteur du transport aérien et des loisirs (+0,11%) a souffert du fort recul d'Easyjet (-3,31%). La compagnie aérienne a vu sa recommandation abaissée chez Kepler Cheuvreux à "réduire" contre "conserver" précédemment.

À Paris, les valeurs du luxe souffrent avec des replis de 1,69% pour Kering et de 1,99% pour LVMH.

À noter encore, la baisse de 6,29% d'Iliad qui a annoncé avoir perdu 127.000 abonnés en France au premier semestre.

Thyssenkrupp perd 3,80%. Le groupe d'acier et de technologies a émis avec succès un emprunt obligataire d'un milliard d'euros et d'une durée de 3 ans et demi, versant un coupon annuel de 1,875%, avant qu'il soit très probablement rétrogradé du Dax, selon la révision de l'indice qui sera communiquée mercredi soir. 

Sanofi (+1,91%) est l'une des rares valeurs à garder la tête hors de l'eau, portée par une note de Bernstein, qui entame son suivi sur la valeur avec une recommandation à "surperformer".

Renault est la deuxième plus forte hausse du CAC, avec un gain de 0,82%, le titre s'étant retourné à la suite d'une information de Bloomberg signalant des progrès dans les discussions entre le Japon et la France en vue de renforcer le partenariat avec Nissan.

Le distribution de produits de plomberie Ferguson signe une progression de 2,12% à la Bourse de Londres après avoir annoncé la séparation de sa division britannique  pour se focaliser sur ses activités en Amérique du Nord. 

La baisse de la devise profite aux  multinationales britanniques, qui peuvent gonfler leurs résultats réalisés à l'étranger une fois qu'elles en convertissent le montant en livre. Parmi ces titres, le fabricant de spiritueux Diageo prend 0,96% et le groupe de produits d'hygiène et de santé Reckitt Benckiser 0,96%.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés