Le marché craint de moins en moins un no deal

©Bloomberg

Investisseurs et analystes tablent de plus en plus sur une sortie ordonnée du Royaume-Uni, certains prévoyant même qu'elle se déroulera comme prévu à la fin de ce mois-ci. Ce qui les pousse à réinvestir dans les actifs britanniques.

"Ce n'est pas le moment de vendre vos actifs britanniques". Tel est en substance le message délivré par les stratégistes alors que le débat fait rage au Parlement britannique autour de l'accord présenté par le Premier ministre Boris Johnson. Rappelons que les parlementaires ont décidé samedi de repousser leur décision, poussant le gouvernement à envoyer une lettre - non signée - à l'Union européenne (UE) pour demander un nouveau report du Brexit.

"Ce n'est pas encore terminé", affirme Jari Stehn, de Goldman Sachs. "Bien que les événements de ce week-end aient certainement brisé une partie de son élan politique, nous pensons qu'ils révèlent également que le Premier ministre britannique peut trouver une majorité multipartite stable en faveur de son accord sur le Brexit". C'est pourquoi il table toujours sur une sortie ordonnée du Royaume-Uni le 31 octobre prochain, évaluant désormais une telle probabilité à 70% (contre 65% auparavant).

"Nous aurons probablement un accord sur le Brexit approuvé pour Noël", avance de son côté Graham Secker, de Morgan Stanley, dans une note publiée ce lundi. Et avec une décote au plus haut depuis 30 ans par rapport aux autres actions cotées dans le monde, cela augure du bon pour les valeurs britanniques, selon lui. "Nous pouvons à nouveau investir dans les actions britanniques".

5%
Le spectre d'un "no deal" disparait
Pour de nombreux stratégistes, la probabilité de voir le Royaume-Uni sortir de l'Union européenne sans accord est de plus en plus faible. Jari Stehn de Goldman Sachs l'évalue désormais à 5%.

Plein feu pour les small et mid caps

Cet optimisme grandissant s'est matérialisé dans le rebond des différents actifs britanniques (actions, obligations, devise), mais aussi des actifs européens ce lundi. L'indice Stoxx 600 - qui est composé d'actions cotées de part et d'autre de la Manche - grimpe ainsi de 0,61%, porté par le retour de l'appétit pour le risque et ses valeurs cycliques.

Les actifs britanniques sont bon marché - ils ont juste besoin de surmonter l'obstacle du Brexit.
Chris Bailey
stratégiste chez Raymond James

Notons que l'indice FTSE 250, qui regroupe les moyennes capitalisations cotées à la Bourse de Londres, a progressé d'environ 16% depuis le début de l'année (contre 15% pour les mid caps en zone euro). Mais plusieurs observateurs tablent sur des gains supplémentaires. "Les actifs britanniques sont bon marché - ils ont juste besoin de surmonter l'obstacle du Brexit", explique Chris Bailey de Raymond James. Et d'ajouter: "Oui, il y a de l'incertitude. Mais la surmonter aide à la création d'un plancher" pour ces actions.

Les stratégistes de Morgan Stanley prévoient pour leur part un potentiel haussier d'environ 10% pour les petites et moyennes capitalisations britanniques.

Et la livre sterling?

Sur le marché des devises, la livre sterling   se sent aussi pousser des ailes ces derniers mois. Elle a gagné près de 8% depuis son point bas atteint le 9 août. "Toute baisse de la livre devrait offrir une opportunité d’achat, le risque d’un Brexit sans compromis ayant diminué", indique Deutsche Bank.

Certains intervenants de marché estiment cependant que le prochain rally sur la monnaie britannique sera limité. Car selon Russell Silberston, gestionnaire de fonds chez Investec Asset Management, la possibilité d'une sortie ordonnée du Royaume-Uni hors de l'Union européenne est déjà majoritairement incluse dans les prix (environ 60%-70%).

"D'un autre côté, la période de transition - jusque décembre 2020 - est relativement courte. Il semble très improbable que nous puissions parvenir à un accord de libre-échange avec l'UE d'ici là. Je pense donc que cela modère la visibilité à moyen terme", ajoute-t-il. C'est pourquoi ils sont nombreux à affirmer que la livre sterling pourrait ne pas dépasser 1,35 dollar dans les prochains mois. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect